Navigation – Plan du site
Compte rendus

Le Bouclier de Neptune

La politique de défense des bases françaises en Méditerranée (1912-1931)
Jean-Baptiste Bruneau
p. 199-200
Référence(s) :

Saffroy, Frédéric, Le Bouclier de Neptune. La politique de défense des bases françaises en Méditerranée (1912-1931), Rennes, PUR, coll. « Histoire », 2015, 391 p.

Texte intégral

1Avec la publication de la thèse de Frédéric Saffroy sur les fortifications côtières françaises de la première moitié du XXe siècle se voit comblé un vide historiographique.

2Si les ouvrages et la pensée stratégique du « système Séré de Rivière », tous comme ceux de la « ligne Maginot », ont fait l’objet de nombreux travaux, la question du dispositif mis en place entre le début du siècle et la Seconde Guerre mondiale restait en souffrance et c’est un des grands mérites de cet ouvrage d’y répondre de manière étayée.

3Si le sentiment de l’opinion publique au lendemain de la Première Guerre mondiale est d’avoir assisté à la faillite de la doctrine navale traditionnelle, qui prévoyait l’engagement des gros bâtiments de surface dans une très classique guerre d’escadre, les enseignements du conflit sur mer n’en sont pas moins considérables. En effet, l’arme sous-marine a montré toute l’efficacité de sa doctrine d’emploi, révélant par là même toute la dangerosité des atterrages qui nécessitent dès lors une protection renforcée.

4Si la défense des côtes n’est évidemment pas délaissée par la marine française à la veille du conflit, alors qu’elle se voit confier la responsabilité du bassin méditerranéen dans le cadre de la répartition entre les flottes alliées des théâtres d’opération, elle est rapidement mise à mal par les besoins de l’Armée qui, sur le front de l’Ouest, rapatrie tous les renforts en hommes et en artillerie lourde répartis sur le littoral.

5En réalité, à la veille du premier conflit mondial, malgré les réformes entreprises au début des années 1890, puis à nouveau en 1904 et 1913, ­l’Armée refuse de prendre réellement en compte les besoins spécifiques de la Marine, révélant une analyse antagoniste des besoins ; ainsi, à la notion d’inviolabilité des frontières, posée comme un principe absolu par l’Armée, répond la protection des bases et arsenaux pour la Marine qui se soucie peu de la seule maîtrise territoriale. La guerre venue, la contradiction éclate au détriment de la Marine.

6Dépouillée de son artillerie lourde, elle n’a pourtant de cesse de reprendre la main sur la défense des côtes qu’elle finit, en septembre 1917, par se voir enfin transférer, prélude à la récupération, en janvier 1918, de l’ensemble des fortifications et du matériel.Au lendemain de la victoire, malgré la déception qui entoure l’action de la marine française au cours du conflit, la question de sa pérennité ne saurait être sérieusement envisagée.

7En revanche, celle de son format reste d’autant plus en suspens que la guerre a ruiné les espoirs de « bataille décisive » envisagée dans la continuité des thèses mahaniennes, ruinant toutes les conceptions stratégiques, conditions du matériel, qui s’étaient imposées de manière hégémonique avant-guerre.

8Une marine oui, mais pour quoi faire ? C’est pour répondre à cette question, et présenter au Parlement un format cohérent, qu’est élaboré, à partir de 1923, par le Conseil supérieur de la Marine un statut naval, reposant sur les impératifs dit des « besoins absolus », qui comprend quatre volets : le format de la flotte, l’approvisionnement en combustibles liquides, l’aéronautique maritime et l’organisation de la défense des frontières maritimes.

9Avec ce statut, la politique navale de la France dispose d’un fil rouge qui va s’imposer, non sans limites, au cours de l’Entre-deux-guerres.En ce qui concerne le dernier volet de ce statut, une des questions pendantes est celle de définir la forme qu’elle doit prendre : flottante ou terrestre, fixe ou mobile, directe ou indirecte. Dans cette recherche de la défense idéale, les stratèges et historiens, tel l’amiral Daveluy, fort de son expérience de commandant du front de mer de Toulon, mettent en avant la nécessité d’une réorganisation de la défense des côtes qui doit être concentrée autour des bases et arsenaux, d’un renforcement de l’artillerie, et de la mise en place d’une défense anti-aérienne dont le conflit a montré l’importance.

10Si les deux premières mesures sont rapidement entérinées, notamment grâce aux stipulations de la conférence de désarmement de Washington qui permettent le transfert des canons des navires désarmés vers les batteries côtières, la question de la menace aérienne reste en suspens.

11Outre les pesanteurs, liées notamment à la question de l’attribution des forces aériennes qui se pose à toutes les grandes nations qui sortent du conflit sans avoir réglé la question de cette arme nouvelle, et le conservatisme de l’institution, les difficultés financières interdisent toute prise en compte sérieuse de cette menace.Loin d’être cantonnés aux cercles militaires, les débats entourant les différentes options envisagées pour cette nouvelle organisation de la défense des côtes témoignent, sous la plume ici particulièrement claire de Frédéric Saffroy, de la parfaite maîtrise des enjeux stratégiques par les parlementaires de la commission de la Marine, démentant une nouvelle fois la légende installée par l’amiral Darlan, et depuis assez complaisamment entretenue, de l’ignorance de la Chambre pour la chose militaire.

12Outre le rappel de la place cardinale tenue par le Parlement, dont Frédéric Saffroy souligne qu’il « a également orienté la Marine quand celle-ci n’était pas suffisamment prête », cette étude permet aussi de réévaluer la place, dans cette refondation des structures de la marine de l’Entre-deux-guerres, d’un ministre écrasé par la figure tutélaire de Georges Leygues, Flaminius Raiberti dont l’impulsion et la constance dans l’implication, rue Royale mais aussi au Sénat, ont été décisives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Baptiste Bruneau, « Le Bouclier de Neptune », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 123-2 | 2016, 199-200.

Référence électronique

Jean-Baptiste Bruneau, « Le Bouclier de Neptune », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 123-2 | 2016, mis en ligne le 28 juin 2016, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://abpo.revues.org/3348

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Bruneau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page