Navigation – Plan du site
La mobilisation de l’art

De la représentation à la recréation : l’expérience immersive du Panorama de la guerre (1916)

From Representation to Re-creation, the Immersive Experience of War Panorama (1916)
Anne-Sophie Aguilar
p. 17-31

Résumés

Cet article s’intéresse au Panorama de la guerre, projet proposé en avril 1916 au ministère des Affaires étrangères par un collectif d’artistes, et destiné à servir la propagande française dans les pays neutres, en particulier aux États-Unis. Noël Dorville (1874-1938) et Émile Othon Friesz (1879-1949), à l’origine du projet, imaginent d’intégrer ce panorama itinérant à un surprenant « camp de la guerre » (ou War fair) accueillant des attractions militaires.

Après avoir étudié les buts politiques du Panorama de la guerre – la démonstration des « crimes allemands » à travers la mise en scène d’épisodes empruntés à une iconographie assez convenue de la propagande française –, nous nous attardons sur l’intérêt du panorama en tant que média de masse susceptible de convaincre une audience lointaine de s’engager dans la guerre. Selon les promoteurs du projet, au-delà des « impressions fugaces et floues du Cinématographe », le Panorama de la guerre propose une expérience immersive transfigurée par l’art, conçu comme le seul moyen d’accéder à la réalité d’un conflit irreprésentable. Enserré dans un véritable cirque de la guerre alternant attractions foraines et images édifiantes, ce dispositif – qui restera à l’état de projet – relève à la fois de l’œuvre d’art totale chère au xixe siècle et du média de masse du xxe siècle, et entend affronter les défis posés par la représentation de la guerre moderne.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Réinventer un dispositif démodé
Le spectacle édifiant des « crimes allemands »
Un média de masse plus influent que le cinématographe ?
De la recréation à la « récréation » : la mise en scène du cirque de la guerre

Aperçu du texte

« La “bataille” moderne fait beaucoup pour les écrivains, psychologues, poètes, auteurs, dramatiques, moralistes, quelque chose peut-être pour les musiciens : elle ne fait rien pour les peintres. » Cette phrase de Robert de la Sizeranne, datée de mai 1918, résume l’opinion de bon nombre d’observateurs de la vie artistique durant la Première Guerre mondiale. Le célèbre critique d’art de la Revue des deux mondes examine longuement, dans L’Art pendant la guerre 1914-1918, les défis lancés par la guerre moderne aux artistes : tranchées, mitrailleuses et machines rendent l’action invisible pour les peintres, qui ne peuvent offrir qu’une vision fragmentée du conflit. Cette idée que la Grande Guerre serait « irreprésentable », aussi bien pour les avant-gardes que pour les peintres indépendants ou proches des institutions, est encore largement admise aujourd’hui. S’ils sont attentifs aux œuvres des « artiste...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Sophie Aguilar, « De la représentation à la recréation : l’expérience immersive du Panorama de la guerre (1916) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 123-3 | 2016, 17-31.

Référence électronique

Anne-Sophie Aguilar, « De la représentation à la recréation : l’expérience immersive du Panorama de la guerre (1916) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 123-3 | 2016, mis en ligne le 31 octobre 2018, consulté le 19 août 2017. URL : http://abpo.revues.org/3396

Haut de page

Auteur

Anne-Sophie Aguilar

docteur en histoire de l’art contemporain, post-doctorante Labex CAP (INHA/CRAL), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page