Navigation – Plan du site
La mobilisation de l’art

La photographie mobilisée 1914-1918

Mobilised Photography: 1914-1918
Alexandre Lafon
p. 33-49

Résumés

À la veille de la Première Guerre mondiale, la photographie connaît une certaine démocratisation comme pratique privée et comme support de communication dans la presse généraliste et spécialisée. Elle permet de donner à voir ce que l’on présente alors encore souvent comme « la réalité ». Le conflit qui s’ouvre en août 1914 accélère sa diffusion du fait même d’une demande publique et privée de voir ce qui se déroule, d’en donner une représentation visuelle la plus réaliste possible, de conserver les souvenirs du conflit. Il s’agit aussi pour les décideurs de contrôler la production et la diffusion des images, et d’alimenter l’imaginaire de l’arrière sans dévoiler les aspects les plus démoralisateurs du front. Plus largement, elle s’inscrit dans la problématique assez spécifique de la Première Guerre mondiale, celle du « témoignage ». Les soldats en particulier, contre les interdits de la hiérarchie, développent une pratique spécifique de la photographie centrée sur la profondeur de leurs liens relationnels.

L’image photographique comme support mémoriel du « vrai » apparaît ainsi massivement mobilisée durant l’ensemble du conflit. La presse, l’autorité militaire, l’État, les soldats usent de la photographie selon une logique commune : donner à voir la guerre et en conserver le souvenir. Mais la confrontation des corpus montre combien la « réalité » supposée de la guerre fixée par l’image photographique connaît des divergences selon les producteurs et les diffuseurs mentionnés plus haut, presse, autorité militaire, État et soldats.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

La photographie pour voir la guerre
La photographie pour « montrer »
Contrôler et encadrer : la photographie militaire
Les photographies exposées
Une mobilisation plus technique : photographies médicales et aériennes
Conserver la mémoire : la photographie comme attestation et pratique sociale
La photographie comme outil de conservation et de justification
La photographie privée de combattants : attester, témoigner, conserver

Aperçu du texte

La réalité de guerre est depuis la deuxième moitié du xixe siècle de plus en plus accessible grâce à des média et supports de plus en plus variés. La photographie fait partie de ceux-là et participe à la mise en images de la guerre, et à la « guerre des images », pour reprendre le titre de l’ouvrage récent de Benjamin Gilles et Arndt Weinrich. Toutefois, l’intérêt accordé aux images en général et à la photographie en particulier comme sources est apparu assez récemment dans l’historiographie de la Grande Guerre.

Il y a à la fois des pratiques publiques, médiatisées, de la photographie, mais aussi des pratiques privées, celles des combattants au front, qui ont massivement existé entre 1914 et 1918, mais que les premiers historiens-combattants du conflit ont ignoré. De plus, soulignons que la photographie participe aujourd’hui encore à la construction de notre imaginaire de la guerre. Deux logiques nous semblent à l’œuvre durant le conflit autour de la photographie comme médium : le so...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Lafon, « La photographie mobilisée 1914-1918 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 123-3 | 2016, 33-49.

Référence électronique

Alexandre Lafon, « La photographie mobilisée 1914-1918 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 123-3 | 2016, mis en ligne le 31 octobre 2018, consulté le 18 août 2017. URL : http://abpo.revues.org/3398

Haut de page

Auteur

Alexandre Lafon

Post-doctorant, FRAMESPA UMR 5136, Université de Toulouse, Jean Jaurès, CRID 14-18, Conseiller historique du GIP « Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale »

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page