Navigation – Plan du site
Expérience de guerre et travail de deuil

Main coupée, main errante, main absente

Allégorie réelle de la Grande Guerre
A True Allegory of Great War: the Severed Hand, the Straying Hand and the Missing Hand
Claire Maingon
p. 53-65

Résumés

Parmi les images fondatrices de la culture de guerre, qui ont nourri l’imaginaire de la propagande anti-allemande, figure celui de la main coupée. Ce motif renvoie à la fois à l’amputation des soldats sur le front mais également à l’image du patrimoine mutilé. Cet article propose d’analyser la fortune iconographique et littéraire de ce motif inquiétant (chez Blaise Cendrars notamment, auteur de La Main coupée) qui hante l’esprit de la guerre. La main coupée est devenue une forme d’allégorie de la barbarie allemande, qui s’exprime à la fois dans des œuvres représentant le front, l’assimilation du soldat au martyr christique, et les images associées aux artistes blessés, de façon réelle et symbolique (à l’exemple de Ludwig Kirchner) et leur impossible retour dans la société civile.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

La main coupée : enjeu symbolique au cœur du mythe patriotique
Main errante : symbole de la mort sur le no man’s land
Main absente : allégorie de la mort de l’artiste 
Le lys rouge : vision du paragone dans l’œuvre de Blaise Cendrars

Aperçu du texte

En 1855, le peintre réaliste Gustave Courbet livrait une « Allégorie réelle déterminant une phase de sept années de ma vie artistique et morale » : il s’agit de L’Atelier du peintre (Paris, musée d’Orsay). L’exemple de ce manifeste nous est utile. Si le concept d’allégorie réelle peut dérouter, il reflète pourtant explicitement bien la combinaison entre le réel et l’imaginaire à laquelle nulle représentation ne peut échapper tout à fait. L’image est une projection subjective, l’art est une vue de l’esprit. Dans la toile de Courbet, chaque personnage représente plus que lui-même. Il incarne une valeur, fonctionne comme un symbole (par exemple une mendiante incarnant la pauvreté). Ce mélange entre le réel et l’imaginaire forme l’essence même du mythe, histoire vraie nourrie d’éléments surnaturels ou extraordinaires, qui permet d’exprimer, sous le vernis de la légende, des principes et des valeurs communs à u...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Maingon, « Main coupée, main errante, main absente », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 123-3 | 2016, 53-65.

Référence électronique

Claire Maingon, « Main coupée, main errante, main absente », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 123-3 | 2016, mis en ligne le 31 octobre 2018, consulté le 24 juin 2017. URL : http://abpo.revues.org/3401

Haut de page

Auteur

Claire Maingon

Maître de conférences en histoire de l’art, GRHis EA 3831, Normandie Université (Rouen)

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page