Navigation – Plan du site
Résonances contemporaines de la Grande Guerre

Mémoires du camouflage de la Grande Guerre dans l’art contemporain

The Impact of Great War Camouflage on Contemporary Art
Renaud Bouchet
p. 167-185

Résumés

Le camouflage matériel appliqué durant la Grande Guerre est apparu comme une nécessité immédiate s’appliquant en contexte terrestre et naval dans la perspective défensive et offensive. Fait nouveau dans l’histoire militaire, sa théorisation comme son application ont principalement été confiées à des artistes et artisans d’art dont les compétences spécifiques ont été sollicitées notamment pour la dissimulation d’objectifs soit par fusion homotypique avec les milieux d’implantation, soit par déstructuration des formes révélatrices au moyen de procédés graphiques et chromatiques.

Les démarches plasticiennes contemporaines ont pu croiser ce champ du camouflage sans que leurs initiateurs (A. Jacquet, A. Warhol, E. Rutten, K. Meyffret, S. Lang, R. Lichtenstein, M. Aubry, T. Hirschorn) aient toujours une conscience pleine et documentée de ce qu’ils devaient aux camoufleurs de la Grande Guerre et à leur contribution multiforme. D’autres ont clairement corrélé leurs pratiques à cette dernière - filiation à valeur de légitimation peut-être parfois délibérément recherchée - réinvestie et interprétée dans l’optique terrestre de la dissimulation ou bien au contraire dans celle de la Dazzle Painting ou « peinture tape-à-l’œil » navale (Lakonik, J.-C. Le Gouic, J. Koons, A. Bantjes, A. Judic, R. G. McHarg III, P. Van Lubeck, A. Reimann, F. Moreno, C. Fudge, J.-B. Sauvage, C. M. Kubricht). Tous ont assumé la dimension artistique voire esthétique du camouflage, niée, pressentie ou pleinement identifiée par ses expérimentateurs initiaux parmi lesquels H. Bouchard, F. Marc et E. Wadsworth. Une dimension très souvent autonome, faisant du « néo-camouflage » une expression étrangère à l’interrogation de la mémoire traumatique de la guerre.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Postérités postmodernes du camouflage terrestre
Postérités du camouflage naval

Aperçu du texte

Le camouflage matériel appliqué durant la Première Guerre mondiale est apparu comme une nécessité immédiate, tout particulièrement dans le contexte d’un conflit de position révélant la vulnérabilité des forces exposées. Fait inédit dans l’histoire militaire, sa théorisation et son application ont été confiées à un ensemble d’artistes et artisans d’art dont les compétences spécifiques ont été sollicitées notamment pour la dissimulation d’objectifs soit par fusion homotypique avec le milieu d’implantation, soit par destructuration des formes révélatrices au moyen de procédés graphiques et chromatiques.

Les plasticiens de la seconde moitié du xxe siècle ont pu rencontrer ce champ du camouflage d’abord développé pour la guerre terrestre dans l’optique défensive et offensive. De 1961 à 1964, le français Alain Jacquet l’a ainsi assumé dans le contexte de création artistique, en obtenant avec ses Camouflages des surfaces traitées selon un principe de superposition et juxtaposition de formes...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Renaud Bouchet, « Mémoires du camouflage de la Grande Guerre dans l’art contemporain », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 123-3 | 2016, 167-185.

Référence électronique

Renaud Bouchet, « Mémoires du camouflage de la Grande Guerre dans l’art contemporain », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 123-3 | 2016, mis en ligne le 31 octobre 2018, consulté le 18 août 2017. URL : http://abpo.revues.org/3412

Haut de page

Auteur

Renaud Bouchet

Maître de conférences en histoire de l’art contemporain, CERHIO UMR 6258, Université du Maine (Le Mans)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page