Navigation – Plan du site

L’Académie protestante de Saumur et les Néerlandais

The Protestant Academy of Saumur and the Dutch
Willem Frijhoff
p. 61-91

Résumés

Au 17e siècle, Saumur était une étape incontournable du grand tour des jeunes Néerlandais, tout d’abord pour une visite ou un séjour d’études à l’Académie protestante qui y a fonctionné jusqu’à la Révocation, mais tout autant en raison du climat agréable, des maîtres particuliers qui y offraient leurs services, du vin d’Anjou et de la pureté reconnue de la langue française que l’on pouvait y apprendre, sans oublier l’académie des Pères de l’Oratoire aux Ardilliers. Saumur était pour les Néerlandais une ville multifonctionelle hautement appréciée qui attirait étudiants, futurs pasteurs et prêtres, savants, marchands, touristes fortunés ou simples passants. À défaut d’un livre matricule (= liste des étrangers ayant fréquenté Saumur, explication pour la traduction, AA), on trouvera des témoignages détaillés et éloquents dans les sources privées de plusieurs grands noms du Siècle d’Or hollandais. Cet article dresse un bilan de l’importance de Saumur pour les Néerlandais avant d’analyser en détail le journal de voyage de Pieter de la Court, fils d’un drapier de Leyde, théologien manqué et important auteur politique républicain, qui y séjourna en 1642, ainsi que la correspondance de Joan Huydecoper avec son père, puissant bourgmestre d’Amsterdam, et le journal comptable qu’il a tenu pendant les neuf mois de son séjour à Saumur en 1648-49, sous la Fronde.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

Saumur

Chronologie :

XVIIe siècle
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Académies et universités
Saumur, le « grand tour » et les jeunes Néerlandais
Passants à Saumur
Joan Huydecoper, un jeune aristocrate en formation
Pieter de la Court, le théologien manqué

Aperçu du texte

L’attrait combiné du vin d’Anjou, de la pureté de la langue française, de la vigueur, puis de la modération théologique ont fait de Saumur une étape incontournable du grand et du petit tour des jeunes Néerlandais pérégrinant au xviie siècle. Contrairement à Angers, Bourges et surtout Orléans, où les étudiants venaient soit pour obtenir un grade facile soit, surtout s’ils étaient nobles ou avaient des prétentions aristocratiques, pour parader et se faire valoir dans les Nations Germaniques et autres structures de sociabilité réglée, Saumur était une petite ville où la convivialité était la règle et le protestantisme dominant, ce qui rendait la ville extrêmement populaire parmi les jeunes bourgeois néerlandais désireux d’apprendre l’esprit de la France sans se fatiguer outre mesure, tout en restant dans le droit fil religieux. L’attrait de Saumur était double : la ville se trouvait au cœur de la région réput...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Willem Frijhoff, « L’Académie protestante de Saumur et les Néerlandais », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 123-4 | 2016, 61-91.

Référence électronique

Willem Frijhoff, « L’Académie protestante de Saumur et les Néerlandais », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 123-4 | 2016, mis en ligne le 30 décembre 2018, consulté le 18 août 2017. URL : http://abpo.revues.org/3429

Haut de page

Auteur

Willem Frijhoff

Professeur émérite d’histoire moderne de l’Université Libre d’Amsterdam – Professeur invité à l’Université Érasme de Rotterdam

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page