Navigation – Plan du site
La constitution des collections méditerranéennes

Les monnaies arabes et à légende arabe trouvées dans le Grand Ouest

François Clément
p. 159-187

Résumé

Plus de 80 monnaies arabes ou à légende arabe ont été trouvées dans le Grand Ouest de la France entre 1837 et 2001. Pour l’essentiel, il s’agit de dinars d’or, avec quelques dirhams d’argent, s’échelonnant de la fin du viiie siècle au début du xve siècle. Tous, à une exception près, sont d’origine occidentale (péninsule Ibérique et Maghreb). L’analyse du corpus permet de distinguer trois groupes principaux : les dirhams du viiie siècle, à mettre en relation avec l’activité diplomatique entre les Omeyyade d’Espagne et les Carolingiens ; les dirhams du ixe siècle, très probablement importés par les Vikings ; et les dinars et alfonsins des xiie et xiiie siècles, qui pallient l’absence d’or dans les émissions monétaires d’Europe occidentale à l’époque. Le catalogue des monnaies inclut la détermination de neuf pièces inédites et la description corrigée de deux autres.

More than 80 Arabic coins or coins with Arabic inscriptions have been found in the Great West of France between 1837 and 2001. The majority of them are gold dinars with a few silver dirhams ranging from the end of the 8th Century to the beginning of the 15th. All except one are of Western origin (Iberian peninsula and Maghreb). It is possible to make out three main groups: the 8th Century dirhams which should be related with the diplomatic activity between the Omeyyads of Spains and the Carolingians; the 9th Century dirhams which very likely have been brought along by the Vikings; and the 12th and 13th Centuries dinars and alfonsinos which compensate for the lack of gold issues in Western Europe at the time. The catalogue of coins includes the typing of nine unpublished items and the corrected descriptions of two other ones.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Lorsque Dominique Frère m’a proposé, au printemps 2005, d’enquêter sur les monnaies arabes conservées dans les collections publiques régionales, j’étais loin d’imaginer que le Grand Ouest, c’est-à-dire la zone géographique située entre la boucle de la Loire à l’est, le Finistère à l’ouest et la Gironde au sud, serait d’une telle richesse, surtout lorsqu’on y ajoute les zones périphériques. Non que les collections soient riches (c’est même le contraire : une seule pièce est certaine, à Nantes ; peut-être en existe-t-il une deuxième à Quimper), mais parce que les trouvailles sont abondantes.

2Celles-ci s’échelonnent de 1837 à 2001 pour le Grand Ouest, de 1694 à 1980 pour sa périphérie. Au total, cela représente plus de 80 monnaies, le double si l’on intègre la périphérie. Je précise qu’il s’agit des trouvailles connues et documentées, c’est-à-dire publiées d’une manière ou d’une autre ; et des trouvailles dénombrées avec un taux de précision acceptable. Elles ne constituent donc qu’une partie des découvertes réellement effectuées. On constate que le nombre des trouvailles déclarées s’effondre à partir du milieu du xxe siècle, c’est-à-dire corrélativement à la mise en place d’une réglementation contraignante concernant les fouilles archéologiques et la découverte de vestiges culturels (loi du 27 septembre 1941).

3Pour l’essentiel, il s’agit de dinars, c’est-à-dire de pièces d’or d’un poids oscillant entre 3,70 g et 4,63 g, avec quelques dirhams d’argent, le tout couvrant une période de six siècles, depuis la fin du viiie siècle jusqu’à l’orée du xve siècle. L’écrasante majorité de ces monnaies (plus de neuf sur dix) sont datées des xiie et xiiie siècle. Je vais y revenir.

4Une telle richesse est d’autant plus remarquable qu’elle se vérifie à l’échelle de l’Europe occidentale hors péninsule Ibérique et Italie méridionale où, pour des raisons évidentes, la présence de monnaies arabes n’a rien d’inhabituel : 16 sites de trouvailles pour les îles Britanniques, 13 pour le Grand Ouest (17 si l’on y inclut sa périphérie), 8 pour l’ensemble Rhône-Saône-Rhin supérieur, 7 pour Venise et l’Italie du nord, 7 également pour la Septimanie orientale, 6 pour l’ensemble Frise-Hollande-Rhin inférieur (carte 1). Ainsi, les sites du Grand Ouest représentent le cinquième des sites de l’Europe occidentale, le quart si l’on prend en compte les zones périphériques.

Carte 1 – Les trouvailles de monnaies arabes en Europe occidentale (hors Andalus et Italie méridionale).

Carte 1 – Les trouvailles de monnaies arabes en Europe occidentale (hors Andalus et Italie méridionale).

(Sources : Duplessy 1955 et 1985 ; Travaini 1991 ; divers)

5Le rapport s’amplifie à l’échelle du territoire national (carte 2) : les sites qui nous intéressent contribuent au total pour moitié (Grand Ouest seul) ou pour les deux tiers (Grand Ouest et périphérie).

Carte 2 – Les trouvailles de monnaies arabes ou à légende arabe en France (nombre de sites par département).

Carte 2 – Les trouvailles de monnaies arabes ou à légende arabe en France (nombre de sites par département).
  • 1 Jean Duplessy, Les Trésors monétaires médiévaux et modernes découverts en France, I (751-1223), Par (...)
  • 2 Les superbes découvertes qui viennent d’être faites à Ruscino (Castel-Roussillon, près de Perpignan (...)

6On objectera que l’effet de loupe sur une zone fausse en partie les résultats. C’est vrai. Mais la distorsion ne modifie pas le tableau général. Par rapport aux recensements effectués par Jean Duplessy (1956 pour les monnaies arabes, 1985 et 1995 pour les monnaies médiévales toutes origines confondues)1, l’apport de l’enquête enrichit le corpus de six trouvailles : le chiffre, à première vue, est loin d’être négligeable (nous sommes sur de petits nombres). Cependant, qu’on retranche ces six trouvailles ou qu’on attribue aux autres régions une proportion équivalente de trouvailles inconnues de Duplessy, le classement qui place le Grand Ouest en tête n’est pas remis en question2.

7L’analyse séquentielle du corpus est tout aussi instructive. On peut distinguer trois groupes de taille très inégale.

  • 3 Voir Philippe Sénac, Les Carolingiens et al-Andalus, Paris, 2002, p. 59 sq.

8Un premier groupe est constitué par les deux dirhams de Contres (Loir-et-Cher) et de Chaunay (Vienne), émis à Cordoue en 161 H/777-78 AD et 164 H/780-81 AD (Figure 1). Les deux localités sont situées sur la route qui relie l’Espagne à Aix-la-Chapelle par l’Aquitaine, c’est-à-dire via Bordeaux, Angoulème, Poitiers et Orléans. Or, les années 778-801, entre l’expédition de Saragosse et la prise de Barcelone par Louis d’Aquitaine, voient les contacts se multiplier entre les Andalous et le pouvoir carolingien, notamment à l’initiative des chefs rebelles de la vallée de l’Èbre. On peut imaginer que les deux dirhams, frappés à quatre années de distance, sont les témoins de ces allées et venues3.

  • 4 Voir François Clément, « Deux dirhams arabo-andalous de la période émirale trouvés en Loire », Madr (...)

9Le deuxième groupe est constitué par les deux dirhams d’Ancenis, eux aussi cordouans et frappés en 198 H/813-14 AD et 238 H/852-53 AD (Figure 2). On peut sans doute y inclure les dirhams de Nantes, malheureusement non documentés. Selon toute vraisemblance, les dirhams d’Ancenis ont été enfouis ou perdus dans les années 870-875, c’est-à-dire à une époque où le contexte régional est caractérisé par la présence des Vikings. On sait que Charles le Chauve est parvenu à leur faire évacuer Angers en 873, contre l’autorisation d’hiverner dans « l’île de la Loire ». Ce lieu correspond-il à l’asilum (refuge) dont parle Adrevald, c’est-à-dire à cet ensemble de constructions édifiées dans une île située au pied du monastère de Saint-Florent (Saint-Florent-le-Vieil, Maine-et-Loire), soit à une dizaine de kilomètres en amont du lieu de la trouvaille ? Ce serait un indice important. Le rapprochement s’impose également avec la grande expédition viking de 858-862, au cours de laquelle les princesses capturées à Nakūr, sur la côte méditerranéenne du Maghreb, ont été libérées contre le versement d’une rançon réglée – forcément en dirhams – par l’émir Muh.ammad Ier de Cordoue. C’est justement à l’embouchure de la Loire que s’installent les rescapés de l’expédition4.

10Le troisième groupe est composé par les dinars et alfonsins des xiie et xiiie siècle. Je l’ai dit, c’est de loin le plus abondant : près de 80 pièces dénombrables, toutes occidentales à l’exception du dinar de Clisson.

  • 5 La chapelle Sainte-Madeleine, dont les parties les plus anciennes remontent au xiie siècle, témoign (...)

11Un mot sur celui-ci, d’abord. Connu d’une note de Parenteau, il s’agit moins, semble-t-il, d’un dinar fatimide du calife al-Āmir (début du xiie siècle) que de son imitation croisée, comme il s’en est abondamment frappé à Acre jusqu’à la fin du siècle. Je serais d’autant plus enclin à penser qu’il a pu arriver sur les bords de la Sèvre à la faveur des croisades que le Temple s’installe à Clisson vers la même époque, aux alentours de 11505. On a aussi retrouvé des monnaies bretonnes à Tripoli du Liban, indice d’une connexion entre le duché de Bretagne et les états francs de Syrie. Toutefois, l’arrivée d’une telle pièce dans la région demeure un fait isolé. Je me suis donc abstenu de créer pour elle un groupe particulier.

12Les autres monnaies d’or des xiie et xiiie siècle forment, en revanche, un groupe cohérent (carte 3). Elles ont été trouvées à Quimperlé et Rédéné (Finistère), dans l’estuaire de la Loire et à Nantes (Loire-Atlantique), à Poitiers (Vienne), au Poiré-sur-Velluire (Vendée) et à La Rochelle (Charente-Maritime). On peut leur associer, en périphérie, les trésors de Meslay-le-Vidame (Eure-et-Loir), Courcy-aux-Loges (Loiret), Cordes (Allier) et Aurillac (Cantal). Il s’agit en effet, dans tous les cas, de monnaies provenant des Espagnes musulmane et chrétienne et du Maghreb : dinars almoravides, dinars d’Ibn Mardanīš (premier royaume de Murcie), dinars almohades, dinars d’Ibn Hūd (deuxième royaume de Murcie), alfonsins castillans (Figures 3, 4, 8).

Carte 3 – Les trouvailles de monnaies arabes ou à légende arabe dans le Grand Ouest (nombre d’exemplaires par site).

Carte 3 – Les trouvailles de monnaies arabes ou à légende arabe dans le Grand Ouest (nombre d’exemplaires par site).

13La présence de ces monnaies d’or, souvent mêlées dans les trésors à des monnaies d’argent féodales et royales, tient à l’absence de frappe du métal jaune en Europe cispyrénéenne entre le ixe et le milieu du xiiie siècle : le numéraire en or est alors assuré par l’importation de dinars arabes et de sous byzantins, ou de leurs imitations. C’est donc au gré des échanges commerciaux et des transactions financières que les dinars et les alfonsins ont été introduits dans le Grand Ouest. Il n’y a là rien de très original.

  • 6 Sur le rôle des Gaditains (musulmans) comme des Lisboates (chrétiens) dans les échanges maritimes e (...)

14En revanche, l’origine exclusivement occidentale de ces monnaies (hormis le dinar de Clisson) mérite qu’on s’y arrête. Elle laisse deviner, en effet, l’existence d’une sorte d’arc atlantique entre la Chrétienté et l’Islam, bien moins connu que l’interface méditerranéenne. L’exportation vers l’Angleterre et la Flandre de produits andalous à forte valeur ajoutée, comme les soieries, les articles en cuir, les fruits secs et le sucre, est florissante au xive siècle. On peut supposer que cette route de l’ouest, déjà frayée par les Vikings au ixe siècle, puis par les nefs anglaises, frisonnes et flamandes en route pour la Terre Sainte dans le cadre des deuxième, troisième et cinquième croisades (xiie-xiiie siècle), n’a, en réalité, jamais cessé d’être empruntée par le commerce et qu’une partie du trafic vers le monde atlantique échappait, ainsi, à la Méditerranée6.

15À ce groupe de monnaies d’or, j’associerai une pièce tardive, qui est le dinar nasride trouvé « en Bretagne » (Figure 6) : il a été frappé à Grenade vers la fin du xive siècle ou le tout début du xve, époque où la production grenadine de luxe s’écoulait sur les marchés de Gand, Bruges et Southampton. Certes, ce commerce à longue distance était aux mains des Génois et des Florentins. Mais cela ne signifie pas que tout transitait obligatoirement par Gênes et par Florence.

16Peut-on enfin trouver dans la pièce ottomane de Guérande, frappée à Tunis en 1171 H/1763-64 AD, l’écho lointain des échanges médiévaux (figure 7) ? Libre à chacun d’imaginer comment elle est arrivée là. Pour ma part, je verrais volontiers un marin la rapportant en souvenir d’une escale à Bizerte ou à la Goulette pendant les années 1770-1790, époque où le commerce français est particulièrement actif avec la Tunisie.

17Voici, à présent, le catalogue des monnaies. Il inclut la détermination de neuf pièces inédites et la description corrigée de deux autres.

Catalogue des monnaies

A – Médiévales

18Il s’agit de trouvailles dans l’ensemble bien documentées et de monnaies identifiées ou identifiables, à quelques exceptions près, en tout cas plus ou moins datables.

1. Dirham cordouan de Contres (Loir-et-Cher), viiie siècle

19Un dirham, al-Andalus (Cordoue), 161 H (777-78 AD).

20Découvert « tout récemment » (1863) à Contres, près de Blois (Loir-et-Cher), dans une des tombes de pierre « en forme de gaines » découverte en tranchant une « élévation » (tumulus ?) sur la route de Celles.

21La pièce est rognée aux trois cinquièmes, pour la ramener au module des deniers de Pépin, ayant « fort peu frayé ». Elle a été déterminée et publiée dans la Revue numismatique par Adrien de Longpérier à partir d’une empreinte « faite avec beaucoup de soin » par l’archéologue d’Orléans Charles-François Vergnaud-Romagnési :

  • 7 Adrien de Longpérier, « Monnaie andalouse trouvée à Contres », Revue numismatique, nelle série, VII (...)

« Le symbole religieux se lit, tracé en trois lignes sur une face [= première partie de la šahāda], en quatre lignes sur l’autre [= Coran CXII]. La légende circulaire qui contenait le nom de lieu et la date écrite en toutes lettres suivant l’usage est tellement coupée qu’on n’aperçoit plus que l’extrémité inférieure des lettres à queue telles que le sin, le ié, le noun. Si le style de la pièce n’était pas si parfaitement espagnol, on pourrait hésiter sur son origine et la chercher dans le vaste domaine de l’Islamisme au second siècle de l’hégire, mais le doute n’est pas permis. Je vais plus loin, et malgré la mutilation de la légende circulaire, j’y reconnais après le mot Andalous des traces, certaines par l’observation des distances, des nombres un et soixante et cent ; lorsqu’on place cette pièce rognée sur une monnaie complète de l’année 161, on voit facilement que la concordance des traits est parfaite7. »

2. Dirham cordouan de Chaunay (Vienne), viiie siècle

Figure 1 – Le dirham de Chaunay (Vienne).

Figure 1 – Le dirham de Chaunay (Vienne).

22Un dirham, al-Andalus (Cordoue), 164 H (780-81 AD).

23Découvert en 1928 « au lieu dénommé La-Brousse, sur la pente nord de la petite vallée de la Bouleur, à environ deux kilomètres du bourg de Chaunay, canton de Couhé », dans la Vienne.

  • 8 Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest, Poitiers, 1928, p. 148 et 229 (communication de (...)

24La pièce a été présentée par l’abbé Chapeau à la Société des Antiquaires de l’Ouest et déterminée par Émile Blochet, conservateur des manuscrits orientaux à la Bibliothèque nationale, à la demande de Georges Thouvenin qui la publie dans le Bulletin de la Société8.

  • 9 Georges Thouvenin, op. cit., p. 543, n. 2.
  • 10 Henri Lavoix, Catalogue des monnaies musulmanes de la Bibliothèque nationale publié par ordre du Mi (...)

25Poids « primitif » (?) : 2,59 g9 (Thouvenin renvoie en fait à Lavoix)10. Diamètre : 27 mm.

  • 11 Georges Thouvenin, op. cit., planche h. t., face à la p. 548.

26Le texte arabe des légendes publiées par Thouvenin comporte quelques erreurs et omissions qu’il est facile de rectifier grâce aux clichés de bonne qualité illustrant l’article11. J’en donne ci-dessous la version exacte :

Droit

27Champ

28Légende centrale sur trois lignes (1re partie de la šahāda) :

29Légende extérieure en quatre segments formant un carré plus ou moins curviligne :

30Double filet extérieur.

Revers

31Champ

32Légende sur quatre ligne (Coran CXII), séparée de la marge par un filet :

33Marge

34Légende circulaire (Coran IX, 33) :

3. Dirhams cordouans d’Ancenis (Loire-Atlantique), ixe siècle

Figure2 – Les dirhams d’Ancenis (Loire-Atlantique).

Figure2 – Les dirhams d’Ancenis (Loire-Atlantique).

Dirham d’al-H.akam Ier.

Dirham de cAbd al-Rah.mān II.

35Deux pièces : un dirham au nom de l’émir al-H.akam Ier (796-822), al-Andalus (Cordoue), 198 H (813-14 AD) ; un dirham au nom de l’émir cAbd al-Rah.mān II (822-852), al-Andalus (Cordoue), 238 H (852-53 AD).

  • 12 Henri Saget et Loïc Ménanteau, « Des monnaies carolingiennes trouvées dans le lit de la Loire, entr (...)
  • 13 F. Clément, op. cit.

36Les pièces auraient été collectées au cours de l’été 2001 près d’Ancenis (Loire-Atlantique), en période d’étiage de la Loire, avec un lot de 17 pièces carolingiennes (3 deniers de Charlemagne des années 771-793, 8 deniers de Louis le Pieux des années 822-840 et 6 deniers de Charles le Chauve des années 860-875). La trouvaille a été publiée sommairement en 2003 dans Histoire et patrimoine au Pays d’Ancenis, revue de l’ARRA (Association de Recherches sur la Région d’Ancenis)12. J’en prépare la publication scientifique13.

4. Dinar de Clisson (Loire-Atlantique), xiie siècle

37Un dinar fatimide ou son imitation croisée.

38Découvert dans la Sèvre à Clisson (Loire-Atlantique) en 1852.

39La pièce faisait partie de la collection Parenteau, aujourd’hui dispersée. On lit dans le catalogue du numismate nantais la notice suivante :

« Trésor de Glyptique et de Numismatique, N° 4 de la description, N° 1er de la Planche 55. Histoire par les monuments d’art monétaire.

D (Centre) : à lui la Prééminence. (première légende circulaire) : il n’y a pas de Dieu qu’Allah. Mahomet est L’apotre de Dieu (2e légende circulaire) et Ally est L’ami de Dieu (2e légende circulaire) Mahomet est L’apotre de dieu qui l’a envoyé avec la Direction et la religion Vraie, afin qu’il la fît prévaloir sur toutes les Religions ; quoi qu’en puissent souffrir ceux qui associent plusieurs personnes en Dieu (légendes arabes).

R (Centre) L’Imam el Mansour. (1re légende) Abou Aly el Amer Bihakem illah, Emir des fidèles (légende circulaire) au nom de Dieu Clément, miséricordieux a été frappé ce Dinar à Mecr (Le Caire) année 514 (légendes arabes)

NB El-Amer Bihakem illah Abou Aly el Mansour fils de Mostâla, 10 Califes de la Dynastie des fatimites le 7e qui ait régné sur l’Égypte de 495 à 524 (1101 à 1129 de J. C).

Dinar d’or du poids de 3 grammes sept décigrammes, trouvé dans la Sèvres [sic] à Clisson en 1852. Ma collection (Philippe 1er [1095 concile de Clermont 15 juillet 1099 Prise de Jerusalem Meurt en 1108]).

  • 14 Fortuné Parenteau, « Grand registre vert », ms. autographe, Nantes, musée Dobrée (n° d’inventaire 9 (...)

Un accord entre les moines de St [illisible] et les chanoines de Clisson (Dom Morice) preuves à Lhistoire de Bretagne : Vol. 1er, Page 511, porte – “unum denarium primi et Purissimi auri, quod, Vulgo dicitur, Bizantium”. – année 1105 =14. »

  • 15 Voir Trésor de numismatique et de glyptique ou Recueil général des médailles, monnaies, pierres gra (...)

40Malheureusement, Parenteau ne dessine pas la pièce, contrairement à son habitude, car il est sans doute gêné par une graphie qu’il ne comprend pas. Ceci explique également qu’il se contente de recopier mot pour mot une notice figurant au tome IV du Trésor de numismatique et de glyptique, ouvrage publié en 1846 (soit quatre ans avant la trouvaille)15.

41S’il est donc impossible d’identifier la monnaie avec précision, on peut admettre qu’il s’agit bien d’un dinar fatimide ou de son imitation. En effet, les types fatimides se distinguent au premier coup d’œil par leurs rondeaux et légendes concentriques, disposition qui leur est propre. Il serait surprenant que Parenteau se fût trompé sur ce point. Peut-on avancer que la sagacité dont il fait preuve d’ordinaire lui a permis de constater que sa pièce était similaire à celle reproduite dans le Trésor de numismatique, en l’occurrence un dinar frappé à Mis.r (Le Caire) en 514 H (1120-21 AD) au nom du calife al-Āmir bi-ah.kām Allāh ? Ce n’est pas impossible (quoiqu’on puisse s’étonner qu’il n’ait pas tenté, dans ce cas, de dessiner la pièce). En revanche, il lui était difficile de lire le nom de l’atelier et la date de la frappe – pour autant que ces indications aient figuré sur la pièce.

  • 16 Voir Michael Broome, A Handbook of Islamic Coins, Londres, 1985, p. 55-56 ; Arlette Nègre, « Le tré (...)

42En effet, il y a une probabilité supérieure que la monnaie de Clisson fût un besant croisé émis dans le royaume de Jérusalem au début du xiie siècle à l’imitation du dinar d’al-Āmir. Son poids se situe nettement sous le poids habituel du dinar fatimide (alors que Parenteau ne signale pas que la pièce eût été rognée) : 3,7 g contre 4,2 g en moyenne, soit une différence de 12 %, que le frai ne saurait expliquer à lui seul, mais qui correspond au déficit pondéral moyen des besants croisés (environ 15 %)16.

5. Dinar murcian de La Rochelle (Charente-Maritime), xiie siècle

43Un dinar au nom de Muh.ammad b. Sacd (Ibn Mardanīš, el Rey Lobo), Murcie, 544 H (1149-50 AD).

  • 17 Charles-Hippolyte Guillemot, Essai sur quelques pièces trouvées à LaRochelle et aux environs, La Ro (...)

44Il a été trouvé « en 1837, au milieu de notre ville, dans les boues du port de la Rochelle » et déterminé par « M. Reynaud [sic], membre de l’Institut » (= l’orientaliste Joseph-Toussaint Reinaud). Ancienne collection Guillemot17.

45Guillemot indique son poids (4 g) et fournit une description sommaire des légendes :

  • 18 C.-H. Guillemot, op. cit., p. 8.

« Elle porte d’un côté le nom de Il Iman Abdelha, prince des fidèles, frappée à Murcie en 544 de l’Égire, 1149 de J.-C. ; et de l’autre, celui de Il Emil Mohamund il Sead. De plus : Celui qui suit une religion autre que celle du salut, ne sera point accepté, et au jour du jugement il sera compté au nombre des plus misérables18. »

46Ces indications, malgré les erreurs de transcription et de traduction, permettent de restituer les légendes et de classer la pièce dans les séries de transition entre l’ancien type almoravide et le nouveau type murcian :

Droit

47Champ

48Légende sur quatre (?) lignes :

49Marge

50Légende circulaire :

51Il est évidemment impossible de déterminer si l’alif du démonstratif  a été élidé, comme c’est très souvent le cas sur les dinars contemporains.

Revers

52Champ

53Légende sur cinq (?) lignes :

54[šahāda et tas.liya sur trois lignes ?]

55Marge

56Légende circulaire (Coran III, 85) :

6. Dinars et fals (?) de Quimperlé (Finistère), xiie siècle (?)

57« Des monnaies arabes en or » et une monnaie de cuivre.

  • 19 « Séance du 10 juin 1884 », Bulletin et mémoires de la Société archéologique du département d’Ille- (...)

58Elles faisaient partie, semble-t-il, d’un petit lot trouvé près de Quimperlé (Finistère) vers 1884, comprenant des monnaies féodales et anglaises de la deuxième moitié du xiie siècle. Elles ont été présentées par M. Harscouët à la Société d’Archéologie d’Ille-et-Vilaine lors de la séance du 10 juin 188419.

59En l’absence d’autre information, je suppose qu’il s’agit de dinars almoravides et/ou murcians. La monnaie de cuivre (un fals ?) demeure énigmatique.

7. Dinars alfonsins et dirhams de Nantes (Loire-Atlantique), xiie siècle

Figure 3 – Le dinar alfonsin de Nantes (Loire-Atlantique).

Figure 3 – Le dinar alfonsin de Nantes (Loire-Atlantique).

60Quatre alfonsins et des dirhams arabes (sans plus de précision).

  • 20 Cette rue correspond, semble-t-il, à l’actuelle rue de l’Émery.

61Ces monnaies faisaient partie d’un trésor trouvé en novembre 1910 dans la démolition d’une maison « sise à Nantes, rue de Strasbourg, vis-à-vis de l’ancienne Caisse d’Épargne » (Dortel), « à l’angle de la rue Jussieu20 et de la place des Jacobins » (Blanchet). Il comprenait « de nombreuses pièces d’or et d’argent d’époques très différentes » (Dortel).

62Voici le compte rendu d’Alcide Dortel, président de la Société archéologique de Nantes, tel qu’il figure dans le Bulletin de la Société, séance du 8 novembre 1910 :

  • 21 « Séance du 8 novembre 1910 », Bulletin de la Société archéologique de Nantes et du département de (...)

« M. le Président [Alcide Dortel] rapporte que récemment des ouvriers, en démolissant une maison sise à Nantes, rue de Strasbourg, vis-à-vis de l’ancienne Caisse d’Épargne, ont découvert un important trésor dont il est malheureusement difficile de se faire une idée exacte puisqu’il fut immédiatement dispersé par ses inventeurs. Il était représenté par de nombreuses pièces d’or et d’argent d’époques très différentes. Un certain nombre, parmi les plus curieuses, frappées à l’effigie [sic] d’Alphonse VIII, roi de Galice et de Castille qui régna de 1126 à 1158, portaient en exergue une inscription arabe conçue à peu près en ces termes : L’Émir des Catholiques est aidé par Dieu et Dieu le protège21. »

63De son côté Adrien Blanchet, dans la Revue numismatique, transcrit un article du Journal des Débats du 3 novembre 1910, rédigé d’après un renseignement fourni par Paul Soullard, membre de la Société :

  • 22 Blanchet (Adrien), « Chronique. Trouvailles », Revue numismatique, 4e série, XV, Paris, 1911 (1er t (...)

« À Nantes (Loire-Inf.), en novembre 1910, en démolissant une vieille maison à l’angle de la rue Jussieu et de la place des Jacobins, on a trouvé, dans l’épaisseur d’un mur, une caisse de bois vermoulu contenant des pièces d’or et d’argent. Les ouvriers pillèrent le trésor, mais ne surent guère en profiter, la plupart ayant voulu écouler ces monnaies dans les débits où on les refusa ; beaucoup de pièces furent ensuite données à des enfants, qui les jetèrent dans les rues. On a retrouvé quelques monnaies, dont quatre en or sont d’Alphonse VIII de Castille, à légendes arabes ; il y avait aussi des dirhams arabes ; enfin, fait singulier, le trésor aurait contenu des doubles tournois du xviie siècle. Le mélange de ces pièces, d’âge si différent, demeure inexplicable. – Journal des Débats du 3 novembre 1910 ; renseignement de M. P. Soullard22. »

64Un des quatre alfonsins figure dans les collections du musée Dobrée de Nantes sous le numéro d’inventaire N-5423. Il provient de la collection Paul Soullard, acquise lors de la donation effectuée par son fils Marcel en 1967 et en 1968.

  • 23 Sur les alfonsins, voir Francisco Olmos (José Ma de), « La aparicíon de leyendas critianas en las m (...)

65Il s’agit d’une pièce au nom d’Alphonse VIII de Castille, frappée à Tolède en 1231 de l’ère hispanique (= 1193). En voici la description23.

66Poids : 3,79 g. Diamètre : 25,5 mm.

Droit

67Champ

68Légende sur quatre lignes :

69Marge

70Légende circulaire (Marc XVI, 16) :

Revers

71Champ

72Légende sur cinq lignes :

73Marge

74Légende circulaire :

8. Dinars de l’estuaire de la Loire (Loire-Atlantique), xiie-xiiie siècle

Figure 4 – Le dinar (1) et les alfonsins (2-6) de l’estuaire de la Loire.

Figure 4 – Le dinar (1) et les alfonsins (2-6) de l’estuaire de la Loire.

Figure 5 – Le dinar et les alfonsins de l’estuaire de la Loire. Détail (à gauche, dinar d’Abū Yacqūb Yūsuf; à droite, alfonsin de 1212).

Figure 5 – Le dinar et les alfonsins de l’estuaire de la Loire. Détail (à gauche, dinar d’Abū Yacqūb Yūsuf; à droite, alfonsin de 1212).

75Six pièces d’or : un dinar almohade au nom du calife Abū Yacqūb Yūsuf (1163-1184) et cinq dinars alfonsins d’Alphonse VIII de Castille frappés à Tolède entre 1191 et 1213.

  • 24 « Une pêche miraculeuse ! », Détection passion, n° 32, janvier-février 2001, p. 28-29.

76Elles font partie d’un lot de monnaies et objets divers qui auraient été récoltés par un certain « David (44) » les 2 juillet, 4 et 30 août 2000, lors des marées de fort coefficient, sur un banc de sable de l’estuaire de la Loire (donc, quelque part entre Cordemais et Saint-Nazaire). L’information est parue dans le magazine Détection passion de janvier-février 2001, sans autre indication utile. La rédaction de la revue, contactée en février 2006, affirme avoir été informée de la trouvaille par « un courrier reçu par la poste, avec des impressions sur papier ordinaire, d’où la médiocre qualité des photos », et n’avoir, depuis lors, « jamais eu de nouvelles de ce David-44 ». Elle prend également le soin d’ajouter que « de fait, rien ne prouve que cette trouvaille est réelle, du moins qu’elle a été réalisée dans les sables de la Loire » – des déclarations qui ne sont guère convaincantes et semblent surtout dictées par le souci ne pas encourir les poursuites prévues par la loi n° 89-900 du 18 décembre 1989 réglementant l’utilisation des détecteurs de métaux24.

77Bien que la photo illustrant l’article ne soit pas d’une très bonne qualité, elle est suffisante pour permettre la détermination des monnaies.

781. Dinar almohade au nom d’Abū Yacqūb Yūsuf, s. l., s. d. (Figure 5)

Droit

79Champ

80Légende sur quatre lignes (incluant la šahāda), inscrite dans un carré :

81Marge

82Légende en quatre segments dans les écoinçons (Coran II, 163) :

Revers

83Champ

84Légende sur quatre lignes, inscrite dans un carré :

85Marge

86Légende en quatre segments dans les écoinçons :

  • 25 Voir le § 7 ci-dessus (dinar de Nantes).

872, 3 et6. Alfonsins au nom d’Alphonse VIII de Castille, Tolède, 1250 (= 1212), portant les légendes habituelles25 (figure 5). Atelier et date :

884. Alfonsin au nom d’Alphonse VIII de Castille, Tolède, 1229 (= 1191), idem. Atelier et date :

895. Alfonsin au nom d’Alphonse VIII de Castille, Tolède, 1251 (= 1213), idem ; atelier et date :

9. Dinars de Rédéné (Finistère), xiie-xiiie siècle

9050 pièces d’or « ou davantage », toutes, sauf un aureus d’Auguste, « au type turc, à fleur de coin et parfaitement conservées », dont un dinar d’Abū Yacqūb Yūsuf (1184-1199), identifié par Adrien de Longpérier.

  • 26 Audran, « Découverte de monnaies baronales et autres près de Quimperlé », Bulletin de la Société ar (...)

91Elles faisaient partie d’un trésor découvert en février 1876 à Liminec en Rédéné, près de Quimperlé (Finistère), comprenant une grande quantité de monnaies d’argent et de billon féodales et anglaises de la fin du xiie siècle et du début du xiiie (monnaies les plus récentes : vers 1213-1223). La moitié du trésor, attribuée au propriétaire du fonds, a quitté le département avant inventaire. Sur l’autre moitié, demeurée aux mains de l’inventeur, 451 monnaies d’argent ou de billon ont été achetées par Fr. Audran, de Qimperlé, et quelques unes, peut-être, par Jegou (François Jégou ?), juge de paix de Lorient (notamment l’aureus ?). Une des pièces d’or a été déposée par Audran « au musée » (de Quimper ?), l’autre acquise par le vicomte de la Villemarqué, membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres et président de la Société archéologique du Finistère, qui l’a confiée à Longpérier pour identification26.

92Le musée breton de Quimper, contacté en mars 2006, m’a indiqué entreprendre des recherches dans son médaillier. Recherches difficiles, je suppose, puisque je n’ai reçu aucune réponse, malgré une relance effectuée en mai.

10. Dinars almohades du Poiré-sur-Velluire (Vendée), xiie-xiiie siècle

  • 27 Henri Gillard, « Le trésor du Poiré de Velluire », Bulletin de Numismatique, IV, Paris, 1897, p. 21 (...)

93Quatre dinars « dont les légendes enfermées dans un carré indiquent probablement des monnaies des Almohades d’Espagne ». Ils faisaient partie d’un trésor découvert au Poiré-sur-Velluire, près de Fontenay-le-Comte (Vendée), vers le milieu de l’année 1895, en creusant une cave, et comprenant environ 5 400 pièces d’argent et de billon des xiie-xiiie siècles, dont un quart usées par le frai, ainsi que trois boucles d’argent. Les monnaies d’argent et de billon ont été achetées par Henri Gillard, de Loubillé (Deux-Sèvres), qui a pu en déterminer 1 652 : féodales, royales françaises, anglaises, les plus récentes étant des deniers tournois de Louis VIII, ce qui permet de proposer une date d’enfouissement vers 1250. Les dinars ont été conservés par l’inventeur27.

11. Dinars de Poitiers (Vienne), xiie-xiiie siècle

94Deux « pièces turques ou arabes en or ».

95Elles faisaient partie d’un trésor découvert à la fin du mois de juillet 1855, rue des Balances-d’Or à Poitiers, comprenant quelques deniers mellois au type de Charles le Simple et un grand nombre d’esterlins à la croix courte au type d’Henri II, ainsi que des lingots et des bijoux.

96Les circonstances de la trouvaille sont connues par une communication d’Eugène Lecointre à la Société des Antiquaires de l’Ouest :

« M. Lecointre (Eugène) a donné de vive voix d’abord, puis dans une note écrite, des détails sur des bagues, fibules, monnaies et autres objets précieux trouvés dans les fondations d’une maison que construit la famille Lamartinière dans la rue des Balances-d’Or. Ces objets, dont quelques-uns remontent jusqu’au xiie siècle, semblent avoir appartenu à l’atelier d’un orfèvre. »

  • 28 « Compte rendu et chronique. Séances. – Lectures. – Travaux divers. », Bulletin de la Société des A (...)

97Je n’ai pas d’autre information sur ces deux pièces. Il est probable qu’elles sont d’origine maghrébo-andalouse (dinars ou alfonsins)28.

12. Dinar nasride de « Bretagne », xive-xve siècle

Figure 6 – Le dinar nasride de « Bretagne ».

Figure 6 – Le dinar nasride de « Bretagne ».

98Un dinar au nom de Muh.ammad VII (1392-1408), frappé à Grenade, s.d.

  • 29 Numismatique, catalogue de vente aux enchères, étude Thierry-Martin-Lannon, commissaires-priseurs a (...)
  • 30 Y. Coativy, op. cit., p. 628, Inconnu I, Bretagne. Je remercie Yves Coativy qui a eu l’amabilité de (...)

99Cette pièce constituait le lot n° 14 de la vente aux enchères de numismatique organisée à Brest le 11 juillet 1991 par MM. Yves Thierry, Hubert Martin et Philippe Lannon, commissaires-priseurs associés29. Selon une remarque orale du commissaire-priseur au cours de l’adjudication, la pièce aurait été trouvée « en Bretagne » avec des monnaies royales françaises30. Pas d’autre précision quant à son origine. L’étude Thierry-Lannon, contactée à deux reprises (25 mars et 2 mai 2006), ne m’a pas répondu.

100Poids : 4,63 g. La photo reproduite dans le catalogue est suffisamment nette pour permettre la détermination de la monnaie.

Droit

101Champ

102Légende sur cinq lignes (Coran III, 200), inscrite dans un carré :

103Marge

104Légende en quatre segments, dans les écoinçons :

Revers

105Champ

106Légende sur cinq lignes, dans le carré central :

107Marge

108Légende en quatre segments (devise des Nasrides), dans les écoinçons :

B – Incertaines

109Il s’agit de pièces insuffisamment ou non documentées, probablement médiévales.

13. Monnaie d’or arabe d’Ille-et-Vilaine

  • 31 « Séance du 9 novembre 1879 », Bulletin et mémoires de la Société archéologique du département d’Il (...)

110Une monnaie d’or arabe présentée par Guillotin de Corson à la Société d’Archéologie d’Ille-et-Vilaine lors de la séance du 9 novembre 1879. Pas d’autre précision31.

14. Monnaie des Deux-Sèvres

  • 32 J. Duplessy, « La circulation des monnaies arabes », op. cit., p. 134, n° 39.

111« Trouvaille publiée dans un périodique des Deux-Sèvres et non retrouvée » (Duplessy)32.

C – Modernes

112Les trouvailles de monnaies modernes sont rarement signalées. Je suis donc heureux de pouvoir mentionner la pièce suivante, en dépit de sa banalité.

15. Pièce ottomane de Guérande, xviiie siècle

Figure 7 – La pièce ottomane de Guérande (Loire-Atlantique).

Figure 7 – La pièce ottomane de Guérande (Loire-Atlantique).

113Piastre (?) au nom du sultan Mustafa III (1757-1773), Tunis, 1171 H, 7e année de règne (= 1177 H / 1763-64 AD).

  • 33 Communication personnelle de Gildas Salaün, que je remercie.

114Elle a été trouvée dans un jardin à Guérande, « durant les années [19]80 je pense33 ». Collection particulière (Guérande).

Droit

115Champ

116Légende sur trois lignes :

Revers

117Champ

118Légende sur cinq lignes :

D – En périphérie

119Je rappellerai, pour être complet, quatre trésors découverts dans la périphérie du Grand Ouest, en Eure-et-Loir, dans le Loiret, l’Allier et le Cantal.

a. Trésor de Meslay-le-Vidame, près de Chartres (Eure-et-Loir)

120Découvert en juin 1694, il comprenait 6 dinars almoravides, 5 dinars murcians d’Ibn Mardanīš et 1 alfonsin de Castille, soit 12 pièces au total.

121Il est connu de trois sources :

122– 1) Une note de Doublet de Boisthibault publiée en 1851 dans la Revue archéologique, citant en abrégé un article de l’Histoire ecclésiastique, civile, naturelle et littéraire des ville, diocèse et duché de Chartres et du pays chartrain par Janvier de Flainville, « avocat au bailliage de Chartres et mort il y a plus d’un demi-siècle » (ce manuscrit en 14 volumes, donné vers 1850 à la bibliothèque de Chartres, a été détruit en 1944 dans l’incendie du bâtiment). Lequel article, poursuit Doublet de Boisthibault, « a été extrait, comme le dit Janvier de Flainville, d’un Manuscrit du chapitre cotté (sic) O. 8, p. 278, que possède aujourd’hui la bibliothèque de Chartres ». On croit comprendre que cet ouvrage ne serait autre que l’Histoire chronologique de la ville de Chartres par Pintard, qui comporte, en effet, « une notice assez étendue sous le titre : des Anciennes monnoyes de la ville de Chartres » dans laquelle, ajoute par ailleurs Doublet de Boisthibault, « Pintard donne la représentation gravée » des monnaies arabes. Résumons donc : Doublet de Boisthibault (milieu du xixe siècle) cite Janvier de Flainville (fin du xviiie siècle) qui tient ses informations de Pintard (première moitié du xviiie siècle ?).

123Voici ce qu’écrit Janvier de Flainville, selon la transcription de Doublet de Boisthibault :

  • 34 François Jules Doublet de Boisthibault, « Note sur les monnaies au type chartrain », Revue archéolo (...)

« En l’année 1694, on trouva dans des terres fouillées aux environs de Chartres des monnaies étrangères d’or fin, du poids de trois deniers deux grains, sur lesquelles étaient empreints des caractères, d’anciennes lettres arabes, des deux côtés, dans le milieu et autour des extrémités. On reconnut des passages appartenant à l’Alcoran ou des sentences de quelque sectateur de Mahomet. Sur l’une de ces pièces on lisait, d’un côté : l’Imam Abdumelet (ou Abdumolet) empereur des croyants ; de l’autre, au nom de Dieu, ce denier a esté frappé à Memphis, l’an 521, revenant à l’année 1140. On peut croire que ces pièces auront été enfouies par quelque seigneur à son retour de la croisade de Louis VII dit le Jeune34. »

124Le poids de trois deniers deux grains équivaut à 3,93 g, ce qui correspond à celui de la grande majorité des dinars almoravides et murcians, qui oscillent entre 3,90 g et 4 g, avec des maxima dépassant 4,10 g et des minima atteignant 3,80 g ; les dinars alfonsins sont un peu plus légers, ils pèsent environ 3,80 g.

125Les erreurs de lecture et d’interprétation s’expliquent facilement, car la pièce est identifiable : il s’agit d’un dinar almoravide frappé à Fès en 527 H (1132-33 AD), coté par la lettre X dans la planche de dessins conservée (voir plus loin) et par le chiffre 5 dans la description de Jungfleisch (idem). Ainsi, l’énigmatique (et impossible) « Abdumelet » est un mauvais déchiffrement de cAbd Allāh, tandis que l’insolite (et plus qu’improbable) « Memphis » l’est de madīnat Fās (la ville de Fès) – d’où l’allusion erronée aux croisades. Par ailleurs, dans la date, le 7 de 527 a été pris pour un 1 après sa transcription en chiffres arabes, c’est-à-dire en français (rappelons que la date figure en toutes lettres sur les pièces arabes). En outre, la conversion est inexacte (521 H correspondrait à 1127 AD et non à 1140). Enfin, les deux légendes se trouvent sur la même face, le droit en l’occurrence (la référence au calife étant sur trois lignes dans le champ, les indications d’atelier et de date en légende circulaire dans la marge).

126– 2) Une note relevée par Roger Vaultier dans le manuscrit 1012 de la Bibliothèque de Chartres avant sa destruction en 1944 (f° 331 r°) :

  • 35 Cité par J. Lafaurie dans Marcel Jungfleisch et Jean Lafaurie, « Trésor de dinars découverts à Mesl (...)

« Au moys de juin 1694, il a paru dans Chartres, des pièces de monnoyes d’or pesantes… trouvées proches d’un chasteau qui appartenait aux vidames de Chartres35. »

127Les monnaies sont dessinées au f° 410 v°. Tout porte à croire que le manuscrit 1012 n’est autre, à nouveau, que l’Histoire de Pintard.

128– 3) Une planche de dessins conservée à la Bibliothèque nationale, représentant le droit et le revers de douze monnaies sous le titre suivant :

  • 36 Bibliothèque nationale de France, ms. Fr. 32.973, f° 21.

« Monnoye d’or arabe trouvée à Meslay le Vidame en juin 169436. »

Figure 8 – Le trésor de Meslay-le-Vidame (Eure-et-Loir).

Figure 8 – Le trésor de Meslay-le-Vidame (Eure-et-Loir).

129S’agit-il, là encore, d’une copie faite d’après la planche de l’Histoire de Pintard ?

  • 37 M. Jungfleisch et J. Lafaurie, op. cit., p. 267-278 (et pl. XII). Voir également Jacques Yvon, « Pr (...)

130À partir de ces dessins, qui sont remarquablement fidèles (Figure 8), Marcel Jungfleisch a pu déterminer et publier les monnaies37. Il s’agit :

131– de 6 dinars almoravides au nom de cAlī b. Yūsuf (1106-1143), 2 étant frappés à Séville (en 517 H = 1123-24 AD et en 519 H = 1125-26 AD), 2 à Almería (en 517 H = 1123-24 AD et en 520 H = 1126 AD) et 2 à Fès (en 527 H = 1132-33 AD et en 535 H = 1140-41 AD).

132– de 5 dinars murcians (Figure 9) au nom de Muh.ammad b. Sacd (1147-1172), tous frappés à Murcie (en 547 H = 1152-53 AD ; 557 H = 1161-62 AD ; 561 H = 1165-66 AD ; 566 H = 1170-71 AD ; le dessin incomplet du 5e interdit de connaître la date).

133– d’1 alfonsin au nom d’Alphonse VIII, frappé à Tolède en l’an 1218 de l’ère hispanique (= 1180).

Figure 9 – Le trésor de Meslay-le-Vidame (Eure-et-Loir). Détail (dinar d’Ibn Mardanīš, Murcie, 561 H [1165-66 AD]).

Figure 9 – Le trésor de Meslay-le-Vidame (Eure-et-Loir). Détail (dinar d’Ibn Mardanīš, Murcie, 561 H [1165-66 AD]).

b. Trésor de Courcy-aux-Loges, près de Pithiviers (Loiret)

134Découvert en 1793, il comprenait 19 pièces d’or arabes du xiie siècle. Il fut acquis par la Bibliothèque nationale, ainsi que l’indique une note conservée aux archives départementales du Loiret :

  • 38 « Procès-verbal de la séance du vendredi 14 avril 1874 », Bulletin de la Société archéologique et h (...)

« M. Buchet appelle l’attention de la Société sur une collection de dix-neuf pièces d’or du xiie siècle, qui auraient été découvertes, d’après une note conservée aux archives départementales, dans la forêt d’Orléans, près de Courcy, et payées 300 F pour le compte de la Bibliothèque nationale, le 9 nivôse an II38. »

  • 39 J. Duplessy, Les Trésors monétaires, op. cit., I, p. 55, n° 113 ; Nègre (Arlette), op. cit., p. 100 (...)

135Mais on ne trouve aucune trace de cette affaire dans les archives du Cabinet des Médailles39. Si la datation est exacte, il s’agirait de dinars ou d’alfonsins.

c. Trésor de Cordes, près d’Hérisson (Allier)

136Découvert au xviiie siècle (?), il se composait de dinars et/ou d’alfonsins. Il est connu d’un article de Francis Pérot, d’après les notes de Dufour, chargé au xviiie siècle de former un musée (à Moulins ?) :

  • 40 Francis Pérot, « Les antiquités de Cordes découvertes au xviiie siècle », Bulletin de la Société d’ (...)

« Plusieurs anfours d’or de la domination arabe y ont été trouvés, ces pièces datent du xiiie au xve siècle40. »

137La date tardive, si elle est correcte, pourrait donner à penser que le trésor comprenait des monnaies nasrides ou mérinides.

d. Trésor d’Aurillac (Cantal)

  • 41 A. Nègre, op. cit., p. 100-131, pl. XVIII-XXI ; J. Duplessy, Les Trésors monétaires, op. cit., I, p (...)

138Découvert en 1980, il se compose de 24 dinars almoravides, 4 dinars hudides, 20 dinars murcians et 1 dinar almohade (total : 49 pièces), qui ont été déterminés et publiés par Arlette Nègre. 48 de ces pièces ont été acquises par le Cabinet des Médailles en 1981 et 1 par le musée d’Aurillac41.

Conclusion

139Il serait souhaitable que l’enquête soit approfondie, afin d’exhumer les monnaies enfouies dans les médailliers des musées du Grand Ouest et dans les collections particulières. Il faudrait, notamment, retrouver la trace du dinar de Clisson (ex collection Parenteau), des deux dinars de Rédéné (celui déposé « au musée » et celui de la collection de la Villemarqué), des quatre dinars du Poiré-sur-Velluire (sont-ils toujours en possession des héritiers de l’inventeur ?), du dinar nasride « de Bretagne » ou de la « monnaie d’or arabe » d’Ille-et-Vilaine (ex collection Guillotin de Corson ?). Et, bien sûr, connaître les trouvailles qui dorment dans des boites d’allumettes au fond des tiroirs.

140Ceci permettrait de les étudier et de les publier, à la satisfaction de tout le monde : le chercheur, qui s’ingénie – c’est sa mission autant que son plaisir – à transformer quelques grammes de matière en document historique ; et le conservateur ou le collectionneur privé, qui pourra désormais contempler l’objet dont il a la garde avec le contentement d’avoir aidé au progrès de la science.

141Je lance donc un appel aux personnes concernées : n’hésitez pas à me donner des nouvelles de vos monnaies arabes ou à légende arabe trouvées dans le Grand Ouest.

Haut de page

Notes

1 Jean Duplessy, Les Trésors monétaires médiévaux et modernes découverts en France, I (751-1223), Paris, 1985 ; idem, II (1223-1385), 1995 ; idem, « La circulation des monnaies arabes en Europe occidentale du VIIIe au xiiie siècle », Revue numismatique, 5e série, XVIII, Paris, 1956.

2 Les superbes découvertes qui viennent d’être faites à Ruscino (Castel-Roussillon, près de Perpignan) – on en est, pour l’instant, à une quarantaine de monnaies datant de la conquête arabe – l’ont été sur un site qui a déjà livré, dans le passé, un certain nombre de monnaies analogues (communication personnelle de Philippe Sénac). Je laisse bien évidemment de côté les mythiques trésors de Rennes-le Château (Aude) ou des Templiers, notamment ce lingot de 20 à 50 kilogrammes de marabotins agglomérés dans du bitume (sic) qui aurait été découvert en 1860 au lieu dit Charbonnières par un certain M. Rouge, cultivateur au Bézu (Saint-Just-et-le-Bézu, Aude). L’abbé Saunière étant réputé l’avoir monnayé pour soutenir son train de vie, il est de toute façon perdu pour la science !

3 Voir Philippe Sénac, Les Carolingiens et al-Andalus, Paris, 2002, p. 59 sq.

4 Voir François Clément, « Deux dirhams arabo-andalous de la période émirale trouvés en Loire », Madrid, Al-Qantara, à paraître.

5 La chapelle Sainte-Madeleine, dont les parties les plus anciennes remontent au xiie siècle, témoigne de cet établissement.

6 Sur le rôle des Gaditains (musulmans) comme des Lisboates (chrétiens) dans les échanges maritimes entre le Maghreb occidental, al-Andalus, le Portugal et la Galice au xiie et au xiiie siècle, voir Christophe Picard, L’océan Atlantique musulman. De la conquête arabe à l’époque almohade. Navigation et mise en valeur des côtes d’al-Andalus et du Maghreb occidental (Portugal-Espagne-Maroc), Paris, 1997, p. 397-398.

7 Adrien de Longpérier, « Monnaie andalouse trouvée à Contres », Revue numismatique, nelle série, VIII, Paris, 1863, p. 214-216 ; J. Duplessy, « La circulation des monnaies arabes », op. cit., p. 122, n° 5.

8 Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest, Poitiers, 1928, p. 148 et 229 (communication de l’abbé Chapeau) ; Georges Thouvenin, « Note sur une monnaie koufique trouvée à Chaunay », Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest, 3e série, VIII, Poitiers, 1929, p. 542-548 ; Jean Duplessy, « La circulation des monnaies », op. cit., p. 121-122, n° 4.

9 Georges Thouvenin, op. cit., p. 543, n. 2.

10 Henri Lavoix, Catalogue des monnaies musulmanes de la Bibliothèque nationale publié par ordre du Ministre de l’instruction publiques, II, Espagne et Afrique, Paris, 1891, p. 15, n° 16.

11 Georges Thouvenin, op. cit., planche h. t., face à la p. 548.

12 Henri Saget et Loïc Ménanteau, « Des monnaies carolingiennes trouvées dans le lit de la Loire, entre Ancenis et Oudon », Histoire et patrimoine au Pays d’Ancenis, XVIII, Ancenis, 2003, p. 47-52.

13 F. Clément, op. cit.

14 Fortuné Parenteau, « Grand registre vert », ms. autographe, Nantes, musée Dobrée (n° d’inventaire 977.11.1), à la suite du n° 233.

15 Voir Trésor de numismatique et de glyptique ou Recueil général des médailles, monnaies, pierres gravées, bas-reliefs […], sous la direction de Paul Delaroche, Louis Pierre Henriquel-Dupont et Charles Lenormant, IV, Histoire par les monuments de l’art monétaire, Paris, 1846, p. 127-128, n° 4 (et pl. LV, n° 1).

16 Voir Michael Broome, A Handbook of Islamic Coins, Londres, 1985, p. 55-56 ; Arlette Nègre, « Le trésor islamique d’Aurillac », Trésors monétaires, IX, Paris, Bibliothèque nationale, 1987, p. 101.

17 Charles-Hippolyte Guillemot, Essai sur quelques pièces trouvées à LaRochelle et aux environs, La Rochelle, 1844, p. 8-9 ; Duplessy (Jean), « La circulation des monnaies arabes », op. cit., p. 129, n° 29.

18 C.-H. Guillemot, op. cit., p. 8.

19 « Séance du 10 juin 1884 », Bulletin et mémoires de la Société archéologique du département d’Ille-et-Vilaine, Rennes, 1885, p. xviii ; Coativy (Yves), La monnaie en Bretagne de l’an 1000 à 1499, thèse de doctorat, Université de Bretagne occidentale, Brest, 1999, III, p. 662, Quimperlé III (29).

20 Cette rue correspond, semble-t-il, à l’actuelle rue de l’Émery.

21 « Séance du 8 novembre 1910 », Bulletin de la Société archéologique de Nantes et du département de la Loire-Inférieure, LI, Nantes, 1910 (2e semestre), p. xli.

22 Blanchet (Adrien), « Chronique. Trouvailles », Revue numismatique, 4e série, XV, Paris, 1911 (1er trimestre), p. 119, n° 6. Voir également Duplessy (Jean), Les Trésors monétaires, op. cit., I, p. 94, n° 235 ; Coativy (Yves), op. cit., p. 643, Nantes V (44).

23 Sur les alfonsins, voir Francisco Olmos (José Ma de), « La aparicíon de leyendas critianas en las monedas de los reinos del Occidente medieval (siglos XII-XIII) », Documenta & Instrumenta, I, Universidad Complutense, Madrid, 2004, p. 149-150.

24 « Une pêche miraculeuse ! », Détection passion, n° 32, janvier-février 2001, p. 28-29.

25 Voir le § 7 ci-dessus (dinar de Nantes).

26 Audran, « Découverte de monnaies baronales et autres près de Quimperlé », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, IV, Quimper, 1876-1877, p. 50-55 ; J. Duplessy, « La circulation des monnaies arabes », op. cit., p. 132, n° 31 ; idem, Les Trésors monétaires, op. cit., I, n° 271 ; Y. Coativy, op. cit., p. 662, Rédéné (29).

27 Henri Gillard, « Le trésor du Poiré de Velluire », Bulletin de Numismatique, IV, Paris, 1897, p. 21-23 ; Émile Breuillac, « Le trésor du Poiré-sur-Velluire », Revue du Bas-Poitou, X, Fontenay-le-Comte, 1897, p. 32-36 ; J. Duplessy, Les Trésors monétaires, op. cit., II, p. 114, n° 272 ; idem, « La circulation des monnaies arabes », op. cit., p. 129, n° 30.

28 « Compte rendu et chronique. Séances. – Lectures. – Travaux divers. », Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest, série 1, VII, Poitiers, 1855, p. 318 ; Olivier Jeanne-Rose, « Note sur un trésor médiéval découvert à Poitiers en juillet 1855 », Bulletin de la Société française de Numismatique, XLV, 1990, p. 836-841 ; J. Duplessy, Les trésors monétaires, op. cit., II, p. 115, n° 273.

29 Numismatique, catalogue de vente aux enchères, étude Thierry-Martin-Lannon, commissaires-priseurs associés, Brest, 11 juillet 1991, n° 14 (et pl. 1, n° 14).

30 Y. Coativy, op. cit., p. 628, Inconnu I, Bretagne. Je remercie Yves Coativy qui a eu l’amabilité de me transmettre une photocopie de l’exemplaire du catalogue de vente en sa possession (sur lequel figure l’annotation manuscrite suivante : « Trouvé en BZH avec d’autres fçse [françaises] royale[s]) ».

31 « Séance du 9 novembre 1879 », Bulletin et mémoires de la Société archéologique du département d’Ille-et-Vilaine, Rennes, 1880, p. xiv ; Y. Coativy, op. cit., p. 627, Inconnu, Ille-et-Vilaine IV (35).

32 J. Duplessy, « La circulation des monnaies arabes », op. cit., p. 134, n° 39.

33 Communication personnelle de Gildas Salaün, que je remercie.

34 François Jules Doublet de Boisthibault, « Note sur les monnaies au type chartrain », Revue archéologique, VII, fasc. 2, 1851, p. 669.

35 Cité par J. Lafaurie dans Marcel Jungfleisch et Jean Lafaurie, « Trésor de dinars découverts à Meslay-le-Vidame (Eure-et-Loir) en 1694 », Revue numismatique, 5e série, XVII, Paris, 1955, p. 266.

36 Bibliothèque nationale de France, ms. Fr. 32.973, f° 21.

37 M. Jungfleisch et J. Lafaurie, op. cit., p. 267-278 (et pl. XII). Voir également Jacques Yvon, « Procès-verbal de la séance du 4 juin 1955 », Bulletin de la Société française de Numismatique, 10e année, n° 6, Paris, juin 1955, p. 262-263 ; J. Duplessy, « La circulation des monnaies arabes », op. cit., p. 132, n° 32 ; idem, Les Trésors monétaires, op. cit., I, p. 85, n° 212 ; A. Nègre, op. cit., p. 100. Il y aurait quelques corrections mineures à effectuer concernant les lectures proposées, notamment la référence au calife abbasside (lire  à la place de al-cAbbās).

38 « Procès-verbal de la séance du vendredi 14 avril 1874 », Bulletin de la Société archéologique et historique de l’Orléanais, VI, 1874-1877, p. 34.

39 J. Duplessy, Les Trésors monétaires, op. cit., I, p. 55, n° 113 ; Nègre (Arlette), op. cit., p. 100 (n. 1), 101.

40 Francis Pérot, « Les antiquités de Cordes découvertes au xviiie siècle », Bulletin de la Société d’émulation du département de l’Allier, XVIII, 1891, p. 349-353 ; J. Duplessy, « La circulation des monnaies arabes », op. cit., p. 134, n° 38.

41 A. Nègre, op. cit., p. 100-131, pl. XVIII-XXI ; J. Duplessy, Les Trésors monétaires, op. cit., I, p. 29, n° 21bis.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 – Les trouvailles de monnaies arabes en Europe occidentale (hors Andalus et Italie méridionale).
Crédits (Sources : Duplessy 1955 et 1985 ; Travaini 1991 ; divers)
URL http://abpo.revues.org/docannexe/image/344/img-1.png
Fichier image/png, 209k
Titre Carte 2 – Les trouvailles de monnaies arabes ou à légende arabe en France (nombre de sites par département).
URL http://abpo.revues.org/docannexe/image/344/img-2.png
Fichier image/png, 155k
Titre Carte 3 – Les trouvailles de monnaies arabes ou à légende arabe dans le Grand Ouest (nombre d’exemplaires par site).
URL http://abpo.revues.org/docannexe/image/344/img-3.png
Fichier image/png, 141k
Titre Figure 1 – Le dirham de Chaunay (Vienne).
URL http://abpo.revues.org/docannexe/image/344/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
URL http://abpo.revues.org/docannexe/image/344/img-5.png
Fichier image/png, 916 octets
URL http://abpo.revues.org/docannexe/image/344/img-6.png
Fichier image/png, 2,0k
URL http://abpo.revues.org/docannexe/image/344/img-7.png
Fichier image/png, 1,6k
URL http://abpo.revues.org/docannexe/image/344/img-8.png
Fichier image/png, 1,7k
Titre Figure2 – Les dirhams d’Ancenis (Loire-Atlantique).
URL http://abpo.revues.org/docannexe/image/344/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Dirham d’al-H.akam Ier.
URL http://abpo.revues.org/docannexe/image/344/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://abpo.revues.org/docannexe/image/344/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Dirham de cAbd al-Rah.mān II.
URL http://abpo.revues.org/docannexe/image/344/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
URL http://abpo.revues.org/docannexe/image/344/img-13.png
Fichier image/png, 1,0k
URL http://abpo.revues.org/docannexe/image/344/img-14.png
Fichier image/png, 1,9k
URL http://abpo.revues.org/docannexe/image/344/img-15.png
Fichier image/png, 299 octets
URL http://abpo.revues.org/docannexe/image/344/img-16.png
Fichier image/png, 1,1k
URL http://abpo.revues.org/docannexe/image/344/img-17.png
Fichier image/png, 1,8k
Titre Figure 3 – Le dinar alfonsin de Nantes (Loire-Atlantique).
URL http://abpo.revues.org/docannexe/image/344/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
URL http://abpo.revues.org/docannexe/image/344/img-19.png
Fichier image/png, 1,3k
URL http://abpo.revues.org/docannexe/image/344/img-20.png
Fichier image/png, 1,7k
URL http://abpo.revues.org/docannexe/image/344/img-21.png
Fichier image/png, 1,9k
URL http://abpo.revues.org/docannexe/image/344/img-22.png
Fichier image/png, 1,8k
Titre Figure 4 – Le dinar (1) et les alfonsins (2-6) de l’estuaire de la Loire.
URL http://abpo.revues.org/docannexe/image/344/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Figure 5 – Le dinar et les alfonsins de l’estuaire de la Loire. Détail (à gauche, dinar d’Abū Yacqūb Yūsuf; à droite, alfonsin de 1212).
URL http://abpo.revues.org/docannexe/image/344/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
URL http://abpo.revues.org/docannexe/image/344/img-25.png
Fichier image/png, 1,5k
URL http://abpo.revues.org/docannexe/image/344/img-26.png
Fichier image/png, 1,0k
URL http://abpo.revues.org/docannexe/image/344/img-27.png
Fichier image/png, 1,6k
URL http://abpo.revues.org/docannexe/image/344/img-28.png
Fichier image/png, 1,2k
URL http://abpo.revues.org/docannexe/image/344/img-29.png
Fichier image/png, 933 octets
URL http://abpo.revues.org/docannexe/image/344/img-30.png
Fichier image/png, 1,0k
URL http://abpo.revues.org/docannexe/image/344/img-31.png
Fichier image/png, 892 octets
Titre Figure 6 – Le dinar nasride de « Bretagne ».
URL http://abpo.revues.org/docannexe/image/344/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
URL http://abpo.revues.org/docannexe/image/344/img-33.png
Fichier image/png, 1,9k
URL http://abpo.revues.org/docannexe/image/344/img-34.png
Fichier image/png, 1017 octets
URL http://abpo.revues.org/docannexe/image/344/img-35.png
Fichier image/png, 2,1k
URL http://abpo.revues.org/docannexe/image/344/img-36.png
Fichier image/png, 1,3k
Titre Figure 7 – La pièce ottomane de Guérande (Loire-Atlantique).
URL http://abpo.revues.org/docannexe/image/344/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://abpo.revues.org/docannexe/image/344/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://abpo.revues.org/docannexe/image/344/img-39.png
Fichier image/png, 682 octets
URL http://abpo.revues.org/docannexe/image/344/img-40.png
Fichier image/png, 1020 octets
Titre Figure 8 – Le trésor de Meslay-le-Vidame (Eure-et-Loir).
URL http://abpo.revues.org/docannexe/image/344/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 836k
Titre Figure 9 – Le trésor de Meslay-le-Vidame (Eure-et-Loir). Détail (dinar d’Ibn Mardanīš, Murcie, 561 H [1165-66 AD]).
URL http://abpo.revues.org/docannexe/image/344/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Clément, « Les monnaies arabes et à légende arabe trouvées dans le Grand Ouest », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 115-2 | 2008, 159-187.

Référence électronique

François Clément, « Les monnaies arabes et à légende arabe trouvées dans le Grand Ouest », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 115-2 | 2008, mis en ligne le 30 juin 2010, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://abpo.revues.org/344 ; DOI : 10.4000/abpo.344

Haut de page

Auteur

François Clément

Maître de conférences en langue et civilisation arabe, CRHIA, université de Nantes, CESCM, UMR CNRS 6223, université de Poitiers

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page