Navigation – Plan du site

Les inventions de la Grande Brière Mottière et de la « légende noire » briéronne (années 1770-années 1820)

The fabrications of the Grande Brière Mottière and the Brieronese black legend (1770s-1820s)
Alain Gallicé
p. 163-184

Résumés

Durant la seconde moitié du xviiie siècle, l’affaire des Équibadeaux et le projet de dessèchement des marais de Donges font craindre que la Grande Brière Mottière ne soit desséchée et que ses habitants ne perdent ainsi ses ressources. Pour défendre le territoire, dans les années 1770-1780, des hommes issus de la société locale élaborent une image du territoire centrée sur la tourbe et son exploitation par les Briérons. Cette représentation valorisante et fortement empreinte de stéréotypes est confirmée et enrichie entre 1817 et les années 1830 à la suite de l’affaire des marais de Donges. En opposition, la forte opposition des Briérons au dessèchement des marais de Donges fait naître la « légende noire » briéronne, fortement dévalorisante et faisant appel encore plus largement aux stéréotypes. La force de ces inventions, en termes de représentations, est telle qu’elles ont pesé sur l’histoire de la Grande Brière Mottière (dont le nom s’impose progressivement), et que leur impact ne s’est pas totalement, encore de nos jours, dissipé.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

Brière
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

L’invention de la « Brière, Mottière et terreins contenant des tourbes et mottes à brûler » (années 1770-1780)
Le contexte : un territoire jugé menacé
La Grande Brière Mottière selon ses défenseurs
Un territoire doté d’un sol, d’une végétation et d’un sous-sol originaux
Un territoire sain
Un territoire doté par la Providence (ou la nature) de ressources spécifiques sans cesse renouvelées
Un territoire aux ressources largement suffisantes pour assurer la vie des riverains
Un territoire nécessaire aux lieux avoisinants et à la province
L’image de la Grande Brière Mottière : une construction « locale » liée à sa défense et fondée sur des stéréotypes
Le devenir de l’image de la Grande Brière Mottière et la légende noire briéronne (1817-années 1820)
Le contexte : l’affaire du dessèchement des marais de Donges
L’image de la Grande Brière Mottière : invariants et révisions
Une révision de l’histoire récente du territoire
La légende noire briéronne

Aperçu du texte

Le nom de Grande Brière Mottière a une histoire. Longtemps, le territoire a été inclus dans une zone plus vaste de marais désignée par le terme général de Brière (ou Brières ou Bruyère) et, afin de l’individualiser, il lui était accolé un qualificatif – « grande » – ou une périphrase faisant allusion à l’exploitation de la tourbe. Puis, dans les années 1780, s’impose l’expression « Brière, motière et terreins contenant des tourbes et mottes à brûler » avant que, dans les années 1820, n’apparaisse l’expression actuelle qui s’institutionnalise progressivement avec la création de la Commission syndicale de Grande Brière Mottière.

Ces mutations lexicales correspondent à deux temps forts de l’histoire briéronne au cours desquels le territoire a été jugé menacé : les années 1770-1780 sont marquées par l’affaire des Équibadeaux et un projet de dessèchement des marais de Donges afféagés par le vicomte de Donges et le sei...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Gallicé, « Les inventions de la Grande Brière Mottière et de la « légende noire » briéronne (années 1770-années 1820) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 123-4 | 2016, 163-184.

Référence électronique

Alain Gallicé, « Les inventions de la Grande Brière Mottière et de la « légende noire » briéronne (années 1770-années 1820) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 123-4 | 2016, mis en ligne le 30 décembre 2018, consulté le 27 février 2017. URL : http://abpo.revues.org/3442

Haut de page

Auteur

Alain Gallicé

Docteur en histoire médiévale, chercheur associé au CRHIA, EA 1163, université de Nantes – Président du conseil scientifique et de prospective du Parc naturel régional de Brière

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page