Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Landévennec, les Vikings et la Bretagne

Philippe Guigon
p. 185-187
Référence(s) :

Coumert, Magali, Tranvouez, Yvon (dir.), Landévennec, les Vikings et la Bretagne. En hommage à Jean-Christophe Cassard, Brest, Université de Bretagne Occidentale/Centre de Recherche Bretonne et Celtique, 2015, 270 p.

Texte intégral

1« Dccccxiii eodem anno destru[ctum est] monasterium sancti [Uuinwa]loei a Normannis » : cette simple annotation marginale d’un manuscrit conservé à la Bibliothèque royale de Copenhague, révélée par Léopold Delisle en 1890, offre l’occasion de rappeler la destruction de la plus ancienne abbaye bénédictine de Cornouaille, et de rendre hommage au regretté Jean-Christophe Cassard, décédé le 10 janvier 2013, exactement lors du 11e centenaire de ces ravages des Vikings. Cette doublement triste occurrence permet de rapprocher un site unique et ce regretté professeur de l’université de Bretagne occidentale, qui fut l’un des meilleurs spécialistes de ces aventuriers redoutables.

2Le présent hommage ne doublonne pas celui qui a été publié sous la direction de Yves Coativy, Alain Gallicé et Laurent Héry, Jean-Christophe Cassard, historien de la Bretagne, Morlaix, Skol Vreizh, 2014. Après des siècles d’historiographie cléricale présentant ces peuples migrateurs comme des ennemis de Dieu et de la chrétienté, le besoin se faisait sentir de les observer de façon plus subtile, ce à quoi, pour la péninsule armoricaine, travailla notre collègue pour remettre largement en cause des idées énoncées dès le ixe siècle. Dans son introduction à l’ouvrage, Magali Coumert montre de quelle façon une bonne partie de l’œuvre scientifique de J.-C. Cassard s’articula autour des questions liées à la période des raids vikings, et ce dès 1986, avec la parution des Vikings en Bretagne, ouvrage réédité dix ans plus tard sous le titre Le siècle des Vikings en Bretagne. À la liste de ses travaux portant sur le haut Moyen Âge, il convient d’ajouter sa contribution « Les Vikings en Bretagne », dans Les Vikings en France. Une synthèse inédite, Les Dossiers d’Archéologie, no 277, octobre 2002, p. 46-49. Sans minimiser le caractère sauvage des raids à répétition, J.-C. Cassard a montré de quelle façon ils « se trouvent sans doute à l’origine de la croissance économique continue qui animera l’Occident médiéval à partir du xie siècle », en mettant fin à la thésaurisation des objets précieux et en obligeant à la circulation monétaire qui facilita les échanges économiques.

3Ceci étant, qu’en est-il plus particulièrement pour Landévennec, et quelle mémoire a été conservée de cette période ? Répondre à cette question est l’objectif de cet ouvrage qui se décline en trois parties d’étendues inégales, un peu curieusement dénommées Structure, Conjoncture, Mémoire. La première s’ouvre par deux contributions d’archéologues et d’historiens de l’art, d’une part Annie Bardel et Ronan Pérennec, d’autre part Yves Gallet, à laquelle répond celle de l’historienne de la Cornouaille médiévale, Joëlle Quaghebeur. Tous s’attachent à décrire l’état du savoir sur l’abbaye, bien connue au ixe siècle, à la fois par des textes, mais également par des sources archéologiques qui permettent de remonter à des époques où l’histoire hésite à séparer mythe et réalité : pour résumer à grands traits, disons que Landévennec est l’abbaye européenne du ixe siècle qui semble correspondre le mieux à celle qui est dessinée sur le plan idéal de Saint-Gall vers 830. La Bretagne participe aux grands courants créatifs contemporains du continent, ce qui se vérifie pour d’autres réalisations, l’abbaye de Maxent et la cathédrale d’Alet. Notons qu’Yves Gallet date l’édifice bipolaire de la fin du xe siècle et celui qui lui est antérieur, à plan en tau, du siècle précédent, opinion que nous partageons mais qu’Anne Lunven a récemment contestée : pourtant, le plan de l’abbatiale de Landévennec de la seconde moitié du ixe siècle rappelle étonnamment celui de la cathédrale avec annexes situées de part et d’autre du chœur. L’un des apports important de la fouille de l’abbaye cornouaillaise est la mise au jour, à partir d’une sépulture privilégiée contiguë au chœur, de la pratique viking consistant à incinérer des ossements déplacés.

4La deuxième partie de l’ouvrage, Conjoncture, met le cap au large sur la route des Vikings, de proche en proche : Noirmoutier (Cédric Jeanneau), les îles Anglo-Normandes (Élisabeth Ridel), Montreuil-sur-Mer (Stéphane Lebecq), enfin la Bretagne insulaire (Gary German). Les pérégrinations des reliques de saint Philibert, très bien connues (synthèse récente par Isabelle Cartron, 2010), évoluent de l’Herbauge (où l’abbatiale carolingienne de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu a fait en 2015 l’objet d’un réexamen archéologique) jusqu’à la Bourgogne, trajectoire compliquée assez semblable à celles de saint Maixent. Plus risquée de prime abord, l’émigration des moines de Landévennec vers le Ponthieu où circulaient encore les Vikings. Stéphane Lebecq (directeur de l’édition en 2015 du cartulaire de Landévennec), après étude d’un corpus diplomatique peu épais mais complexe, conclut que, contrairement à l’hypothèse selon laquelle les moines de Fleury auraient amené à Montreuil-sur-Mer les reliques de Guénolé, les bénédictins cornouaillais se sont bien exilés en ce lieu, dans l’attente d’un passage jamais effectué vers l’Angleterre.

5La dernière partie, Mémoire, pratique un grand écart chronologique entre les sources hagiographiques médiévales, et le xxe siècle. Dans la première contribution, André-Yves Bourgès examine ce que les Vies de saints et autres récits nous disent des Vikings, de façon rare, brève, et convenue. Les « Normands » y sont évidemment présentés sous le jour le plus noir, mais il est parfois possible de décrire la généalogie de ces textes édifiants, travestissant à leur manière les faits : ainsi, l’assassinat de l’évêque Gohard dans la cathédrale de Nantes, le 24 juin 843, est-il un topos hagiographique dont existent de multiples exemples, entre l’époque mérovingienne et… 1935 (Murder in the Cathedral, de Thomas Stearns Elliot). Un texte du cartulaire de Redon, dont Hubert Guillotel avait naguère démontré la falsification, évoque le destin du vir ferus, genere normannus Gurki, (un prototype de Gurguy/Tanguy, vénéré au xve siècle par les Du Chastel en Léon ?) : repenti, replié au fin fond de la presqu’île de Locoal qu’il dut restituer à Redon, cet « homme chien », berserkr édenté, ne devait plus avoir beaucoup de mordant en 1027 ! Ces forgeries connurent une belle prospérité. Yvon Tranvouez, écrivant plaisamment que « le talent des médiévistes est de savoir faire quelque chose à partir de presque rien », s’attache à retracer la résurrection par l’ineffable Arthur de La Borderie de l’abbé quasi-inconnu des textes Jean de Landévennec, mais surtout sa destinée théâtrale dans les années 1921 à 1937. S’il n’est pas certain que la pièce du chanoine François Cornou ait été propulsée en tête du box-office, la comparaison avec « une sorte de Jean Moulin unifiant la Bretagne libre et la résistance intérieure », pour surprenante qu’elle soit, semble, une fois replacée dans le contexte de l’entre-deux-guerres, « une apologie intemporelle du fondement religieux de la nation » dont l’auteur décrit de façon passionnante les avatars.

6À Landévennec au moins (la pièce fut jouée dans l’abbatiale le 4 septembre 1935, Xavier de Langlais tenant le rôle-titre), cette histoire laissa une trace, sous forme d’une plaque encore visible dans les années 1980, dénommant une placette du petit bourg, « Yann Landevenneg, libérateur de la Bretagne ». Mais, postérité éphémère, ce carrefour ne s’appelle plus aujourd’hui prosaïquement que « Place Yann Landevenneg ». Est-ce ainsi que les mythes meurent ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Guigon, « Landévennec, les Vikings et la Bretagne », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 123-4 | 2016, 185-187.

Référence électronique

Philippe Guigon, « Landévennec, les Vikings et la Bretagne », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 123-4 | 2016, mis en ligne le 30 décembre 2016, consulté le 28 juin 2017. URL : http://abpo.revues.org/3446

Haut de page

Auteur

Philippe Guigon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page