Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Les chevaliers bretons

Didier Panfili
p. 190
Référence(s) :

Morvan, Frédéric, Les chevaliers bretons. Entre Plantagenêts et Capétiens, du milieu du xiie siècle au milieu du xiiie siècle, Spézet, Coop Breizh, 2014, 359 p.

Texte intégral

1Le titre ne semble pas avoir été choisi par l’auteur. Jamais Frédéric Morvan ne se limite à la chevalerie ; il s’intéresse plus globalement au groupe des hommes d’armes comme en témoignent à la fois l’introduction ainsi que le plan de cet ouvrage issu d’une partie de sa thèse (une première partie a été publiée aux PUR sous le titre La chevalerie bretonne). L’ensemble est bâti sur la chronologie de la domination éminente, celle des ducs qui, après avoir été d’obédience anglo-normande, passent non sans difficultés sous le contrôle capétien : le temps des choix (Plantagenêts ou Capétiens), le temps de la réorganisation, le temps de la guerre (civile).

2Si l’on souhaite connaître par le menu les guerres et conflits qui ont frappé la Bretagne du milieu du xiie siècle au milieu du xiiie siècle, cet ouvrage constitue une base chronologique solide où l’on voit défiler différents niveaux d’acteurs. Si en revanche on cherche, dans ce contexte perturbé de recomposition des réseaux, à connaître les hommes d’armes et leurs comportements autres que militaires et politiques, il vaut mieux passer son chemin. Le résultat est d’autant plus surprenant que l’auteur annonce en introduction avoir consacré les premières années de sa recherche à une approche prosopographique. Mais à quoi sert donc la prosopographie si ce n’est à dégager de solides informations sur les comportements tant « collectifs » qu’individuels du groupe étudié ? En limitant l’approche du groupe des guerriers à ses seules implications politiques et militaires, en écartant toute véritable approche sociologique, anthropologique et archéologique sérieuses, l’auteur se prive et nous prive de points essentiels qui auraient également aidé à la compréhension des seuls aspects militaires étudiés. Comment peut-on parler des hommes d’armes sans même approfondir la question des résidences, plus ou moins fortifiées, plus ou moins monumentales, qui témoignent tout à la fois des niveaux de fortune très divers mais aussi de la hiérarchisation interseigneuriale ou encore de la capacité à trouver ou non des ressources financières par le biais du prêt (auprès des établissements religieux notamment) ou par la pression sur les dépendants ? Toutefois, on saura gré à l’auteur de fournir une imposante série de schémas de filiation improprement appelés généalogies.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Panfili, « Les chevaliers bretons », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 123-4 | 2016, 190.

Référence électronique

Didier Panfili, « Les chevaliers bretons », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 123-4 | 2016, mis en ligne le 30 décembre 2016, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://abpo.revues.org/3449

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page