Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Histoires des Bretagnes 5. En Marge

Julien Bachelier
p. 190-193
Référence(s) :

Bouget, Hélène, Coumert, Magali (dir.), Histoires des Bretagnes 5. En Marge, Brest, Centre de recherche bretonne et celtique/Université de Bretagne Occidentale, coll. « Histoires des Bretagnes », 2015, 349 p.

Texte intégral

1Ce dernier volume d’Histoire des Bretagnes, dirigé par Hélène Bouget et Magali Coumert, s’inscrit pleinement dans la dynamique et l’esprit des quatre premiers tomes. Il ouvre de nouvelles perspectives et aborde des thématiques originales. Au sein d’un projet interdisciplinaire (histoire, littérature, histoire de l’art et archéologie) avec des chercheurs venus notamment d’Angleterre, du Pays de Galles, d’Irlande et de Bretagne, ce volume regroupe les communications de trois journées d’étude tenues à Brest et Quimper en 2013 et 2014 autour de la thématique des « marges ». Loin, en périphérie, à la limite ou à la frontière, la marge a longtemps été assimilée à ce qui était négligeable, ce qui méritait à peine d’être connu. Or Hélène Bouget et Magali Coumert le soulignent en introduction : les marges, les « pourtours […] circonscrivent le centre et permettent de mieux le définir » (p. 13).

2L’ouvrage est divisé en quatre parties. La marge est d’abord envisagée sous l’angle spatial ; les compétences de l’auteur de ces lignes plus limitées que le présent objet d’étude nous amènent à davantage développer cet aspect. Après un prudent préambule où elle souligne la fragilité des qualificatifs de « Francs » et « Bretons », Caroline Brett revient sur la marche bretonne durant les époques mérovingienne et carolingienne. Si l’idée de marche implique une certaine centralité de la région étudiée, l’auteur met en avant qu’elle n’était pas une zone convoitée, encore moins un espace des confins mais bien plutôt une marge, un espace délaissé fautes de richesses, de ressources, distant des cœurs du monde franc, de ses souverains et de ses aristocrates. Les viie-viiie siècles restent ceux de l’éloignement. Le modèle social, politique et économique de la marche demeure encore à comprendre. Que la zone ait été rurale et agricole est une certitude, par contre, et à la différence de l’auteur, il ne nous paraît plus possible de soutenir l’idée d’une forêt frontière, vide d’hommes. L’absence de découvertes archéologiques (nécropoles du haut Moyen Âge notamment) n’est pas nécessairement le reflet du passé. D’une part, certaines découvertes très récentes ont mis au jour d’importantes villæ romaines dont la période d’occupation a dépassé la limite traditionnelle admise, v. 250. Ainsi, en Noyal-Châtillon-sur-Seiche et La Mézière (act. Ille-et-Vilaine), des villæ furent en usage jusqu’au ivsiècle, la question de la crise du iiie siècle doit donc être revue. D’autre part, l’image d’une forêt frontalière doit davantage être analysée selon le prisme d’une construction historiographique, politique, voire identitaire – du moins du côté breton. Caroline Brett invite donc à revoir nos conceptions sur la marche, au-delà des quelques raids bretons et francs documentés par l’écrit, elle s’interroge sur l’existence de modèles socio-économiques plus nuancés, alternatifs à ceux proposés par les lectures privilégiant le centre. À l’autre extrémité chronologique, Marie-Pierre Baudry rappelle à quel point le filtre du xixsiècle a été et reste important pour décrire les marches de Bretagne. À partir de l’exemple poitevin, elle rappelle que les marches séparantes remontent au xiisiècle et non à l’époque carolingienne, qu’on ne saisit leur fonctionnement qu’à partir du xvsiècle et que le concept de marche, confisqué par une certaine historiographie dans un sens bien particulier, n’est « pas une spécificité bretonne » (p. 104). Patricia Victorin s’attaque de son côté à un autre mythe identitaire : le Combat des Trente. Reprenant les textes de Froissart, de d’Argentré et La Villemarqué, elle montre la construction d’une légende pour « la patrie bretonne et […] la nation bretonne » (p. 124). L’auteur souligne la complexité de ce campanilismo régional étroitement lié à la construction du patriotisme national dont il fut l’un des vecteurs ; en effet, le xixsiècle fut à la fois celui de la fabrique du roman national et celle des romans régionaux, les deux étant loin d’être incompatibles comme l’illustrait Arthur de La Borderie. Patrick Kernévez dresse un bilan de la situation castrale en Bretagne. On retiendra notamment son analyse de l’inversion des logiques spatiales au cours du Moyen Âge central, écho aux travaux sur la polarité (Alain Guerreau) et la territorialisation (Florian Mazel) de l’espace médiéval. Les cours d’eau, « anciennes marges », voient se fixer des agglomérations, parfois sur deux paroisses (Hennebont), parfois encore sur deux évêchés (Quimperlé). Intervient ici un classique jeu d’échelle selon le sens géographique et non cartographique (Jacques Lévy) : à petite échelle le cours d’eau sert bien souvent de frontière et à grande échelle la nécessité de points de franchissement a encouragé le développement de localités plus ou moins importantes. Enfin, on partagera les regrets de l’auteur quant à l’histoire maritime, littorale et portuaire bretonne qui reste un chantier à ouvrir. De son côté, Roy Flechner relit les lettres de Grégoire le Grand adressées aux Britanniques et montre que le pape a habilement concilié le droit canonique à la situation du christianisme insulaire.

3Le second axe s’intéresse aux « Individus en marge ». Alban Gautier revient sur Æthelfrith roi de Northumbrie entre 592 et 616/7, connu par quelques mentions écrites (surtout des batailles) pour l’essentiel postérieures à sa disparition, soulignant ainsi son importance. Personnage à la marge de multiples manières, d’abord comme maître de territoires périphériques, puis comme « païen et tueur de moines » et enfin au sein des sources le mentionnant, puisque les sources anglo-saxonnes et bretonnes livrent de lui un portrait tantôt négatif, tantôt ambigu ne recouvrant pas les divisions traditionnelles. Bernicien comme Æthelfrith, Bède le Vénérable réécrivit son histoire et gomma ses aspérités marginales car il fut à la fois le père de saint Oswald et l’ancêtre direct de la lignée royale sous laquelle Bède commença à rédiger son Histoire ecclésiastique. Jean-Claude Meuret s’intéresse aux ermites, difficiles à repérer dans les sources. En effet, ils doivent paradoxalement leur renommée à l’échec de leur vocation première puisqu’ils finissent par intégrer une communauté régulière. L’auteur met bien en valeur le fait que les ermites reçurent des lieux loin d’être des déserts (Pontpierre, Landivy, Nyoiseau…), l’exemple de Daniel en Riaillé (act. Loire-Atlantique) est sur ce point parlant. Vers 1135, tous les dons qu’il avait reçus correspondaient à des biens déjà exploités. La pancarte donne la curieuse impression de déjà-vu dans d’autres contextes, peut-on aller jusqu’à parler de seigneurie érémitique ? Bien souvent, les ermites établirent une ecclesia, nombre d’entre eux furent aussi prêtres, vivant en communauté et ayant des activités agro-pastorales. Certains refusèrent la territorialisation et partirent vers d’autres horizons, se jouant des frontières des principautés. D’autres virent leur idéal rattrapé par l’institution ecclésiale et la réforme grégorienne, leur communauté devenant une abbaye d’un « ordre » nouveau (Savigny) ou bien un prieuré d’une abbaye bénédictine classique (Riaillé). Dans ce vaste panorama étudié par Jean-Claude Meuret, on se permettra toutefois d’ajouter l’exemple de l’abbaye de Saint-Sulpice-la-Forêt fondée par Raoul de la Futaie permettant de contrebalancer – légèrement – la faiblesse des fondations abbatiales d’origine érémitique du côté breton, tout comme on mentionnera l’existence d’ermites dans la forêt de Rennes en Acigné et La Bouëxière. Ermite et forêt se retrouvent dans l’article de Annaïg Queillé analysant Perceval, personnage marginal car différent des autres héros arthuriens. Marginal aussi car il vient des tréfonds de la « gaste forest soutaine [perdue] ». Marginal enfin, car il ignore les codes chevaleresques et courtois. Et c’est pourtant cette triple marginalité qui permet à Perceval de restaurer la souveraineté contestée d’Arthur. L’auteur poursuit en rapprochant cette figure du dieu Lug et en l’inscrivant dans une tradition littéraire et mythique celtique. Marion Poilvez présente un autre personnage du cycle arthurien : Tristan. L’auteur revient en particulier sur le chapitre 85 (Spesar páttr) de la Grettis saga qui a posé des problèmes aux spécialistes des sagas qui bien souvent l’ont déconsidéré. Ce passage est la rencontre de deux figures : Grettir pour les sagas du Nord et Tristan pour la matière de Bretagne. Plus que Tristan, c’est le matériel tristanien qui se retrouve dans d’autres figures de hors-la-loi des sagas islandaises.

4La troisième partie, « Frontières symboliques et culturelles », s’ouvre sur deux contributions liées au Pays de Galles et l’usage de la langue galloise. Brynley Roberts montre que les clercs gallois n’ignoraient en rien le latin participant au vaste écoumène culturel de l’Occident chrétien médiéval. Mais utilisé dans un contexte particulier – celui des conquêtes anglo-normandes – le gallois a bien été un élément de résistance identitaire et culturelle comme le montre Barry Lewis. Artus de Bretagne avait tout pour faire du duché breton un thème central, tant avec la matière de Bretagne qu’avec le domaine arthurien. Or, comme le démontre Christine Ferlampin-Acher, il n’en est rien. Autant sur le plan géographique que littéraire, la péninsule reste marginale dans cette œuvre rédigée au début du xive siècle. Hildegard Tristram nous ramène au xixe siècle et aux constructions nationales avec son étude du récit héroïque irlandais Táin Bó Cuailnge. Comme d’autres régions des marges (Écosse, Bretagne, Finlande et Estonie), l’Irlande a érigé une histoire ancienne en « national epic of the Irish people », à ceci près qu’il s’agit bien d’une œuvre médiévale puisque les copies les plus anciennes remontent au xiie siècle.

5L’ouvrage se clôt sur les « marges du parchemin ». À partir des sceaux, Vincent Launay expose les choix opérés par les sires de Rais dont la seigneurie se situait à la marge entre Bretagne et Poitou. Après avoir eu recours au sceau du sénéchal de Nantes jusque dans les années 1270, ils se tournèrent ensuite vers l’autorité royale, plus éloignée, garantissant ainsi une plus grande marge de liberté. Suivent trois contributions sur les marges des manuscrits dont plusieurs exemples sont reproduits en couleurs éclairant les observations des auteurs. Les dessins ou lettres (marginalia) des manuscrits gallois médiévaux sont présentés par Ceridwen Lloyd-Morgan, si dans certains cas les marginalia commentent, illustrent ou aident à comprendre le texte, parfois ils paraissent être un simple divertissement tant pour l’exécutant que pour l’éventuel lecteur. En effet, dans Peniarth 23, fo 57 vo l’auteur émet l’hypothèse que les dessins réalisés en marge l’ont été ici car le mécène du manuscrit ne consultait vraisemblablement que les premières pages. À l’inverse et dans un autre type de manuscrit, Mégumi Tanabé montre que les ornements marginaux des Heures de Pierre II (1455-1457) et ceux des Heures de Marguerite d’Orléans (avant 1435) entrent en écho « avec les aspirations profondes du commanditaire ». L’iconographie du manuscrit du duc breton est truffée d’allusions politiques, Pierre II reprend les codes royaux ou bien rappelle son soutien au mariage de sa nièce Marguerite avec son cousin François de Bretagne, union qui permit d’éviter une crise de succession car Pierre n’eut pas d’enfant. Le Missel Pontifical de Michel Guibé, évêque de Rennes (1482-1502), permet à Sophie Cassagnes-Brouquet de rappeler la place du commanditaire. Ses armoiries et la crosse épiscopale sont omniprésentes dans les décors marginaux. Et si parfois des scènes fantaisistes et des monstres surgissent il ne faut pas en conclure à une liberté créative et débridée des trois enlumineurs sans lien avec le lecteur, au contraire, tout comme les sculptures en bois et en pierre des cathédrales ces décors étaient « consubstantiel[s] » au christianisme médiéval, ils devaient conduire à une réflexion, une méditation.

6Il s’agit donc d’un volume riche, dense et varié. Une question notamment le parcourt : celle de l’identité. Galvaudée depuis quelques années, elle mérite justement d’être revue. Si des études ont été menées il y a maintenant trente ans sur le « bretonnisme » (Jean-Yves Guiomar), la question vaut d’être reprise dans son ensemble à la lumière de travaux récents dont une partie des auteurs de ce volume sont précisément les contributeurs. Enfin, ce recueil fait mentir Lucien Febvre lorsque ce dernier estimait que « peu importe le cadre, la marge. C’est le cœur qui vaut, et qu’il faut avant tout considérer ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Bachelier, « Histoires des Bretagnes 5. En Marge », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 123-4 | 2016, 190-193.

Référence électronique

Julien Bachelier, « Histoires des Bretagnes 5. En Marge », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 123-4 | 2016, mis en ligne le 30 décembre 2016, consulté le 30 avril 2017. URL : http://abpo.revues.org/3452

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page