Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Souvenirs d’un villageois du Maine. Louis Simon (1741-1820)

Mathilde Chollet
p. 198-199
Référence(s) :

Granger, Sylvie, Hubert, Benoît (dir.), Souvenirs d’un villageois du Maine. Louis Simon (1741-1820), Rennes, PUR, coll. « Mémoire commune », 2016, 511 p.

Texte intégral

1En 1996, Anne Fillon publiait les mémoires de Louis Simon, étaminier, sacristain, hôte puis maire de La Fontaine Saint-Martin (entre Maine et Anjou), mémoires qu’elle avait transcrits dans sa thèse en 1984. Ce texte apportait un éclairage inédit sur l’« outillage mental » des villageois au siècle des Lumières. Sur ses vieux jours, Louis Simon a voulu se remémorer particulièrement, par écrit, « la grande affaire de la vie », soit le temps où il a rencontré sa femme, la tourière Nanon Chapeau, et les péripéties qui ont précédé leur union : bagarres, jalousies, bouderies, fausses réconciliations, cadeaux, arrangements… tout ce qui est ordinairement négligé par les sources normatives et rend le texte de Louis Simon si précieux et si savoureux. Louis Simon insère aussi dans son manuscrit des conseils à ses enfants, une liste des nouveautés des Lumières arrivées dans son village, ou encore des prédictions ou des notes sur le passage des Chouans. Un témoignage direct exceptionnel donc, au point que l’ouvrage Louis Simon villageois de l’ancienne France paru en 1996 aux éditions Ouest-France est vite épuisé.

2Sylvie Granger et Benoît Hubert deux anciens « élèves » d’Anne Fillon, ont voulu, après son décès en 2014, lui rendre hommage en rappelant l’actualité de ses travaux de recherche, basés sur Louis Simon et son univers culturel (culture matérielle au village, histoire des idées, histoire des représentations populaires…). C’est pourquoi ce « Louis Simon 2016 » reprend d’une part, le texte des souvenirs de Louis Simon tels que transcrits par Anne Fillon en 1984 le plus fidèlement possible (144 pages sur les plus de 500 du volume actuel), et d’autre part, la structure de l’ouvrage de 1996. On y retrouve donc l’appareil critique d’Anne Fillon (les notes de bas de page, « La traque de l’historien » et « La plume du notaire »), mais augmenté d’une introduction des deux nouveaux éditeurs (70 pages), de notes de bas de pages actualisées ou inédites, de nouveaux documents complémentaires (sources, cartographie, généalogie, 36 pages de belles illustrations couleur) et d’une bibliographie thématique actualisée. Dans un souci pédagogique et scientifique, les nouvelles notes de bas de page (plus d’un bon millier !) définissent des termes aujourd’hui obscurs, précisent les recherches d’Anne Fillon et avancent des conclusions nouvelles, ce qui fait de ce livre un outil pratique, dans la lignée du travail déjà accompli par Sylvie Granger et Benoît Hubert dans le cadre de l’édition du journal du chanoine manceau Nepveu de La Manouillère (Rennes, PUR, 2013). Les nouveaux documents annexés au manuscrit de Louis Simon replacent, comme le faisait déjà l’édition de 1996, l’étaminier dans son environnement proche, ils contextualisent son récit et l’ouvrent au reste de la société villageoise moderne. En effet, si Louis Simon est le seul à avoir raconté ses amours et ses tourments dont la trace a été conservée, ses contemporains les ont vécus aussi, sans les mettre forcément par écrit.

3Retrouver la saveur originale de la plume de Louis Simon n’empêche pas cette nouvelle édition d’être accessible à un large public, de l’amateur éclairé d’histoire locale au chercheur universitaire. L’introduction fait ainsi utilement le point sur l’« héritage » de Louis Simon et contribue à une plus large reconnaissance des actions de l’Association des Amis de Louis Simon et des travaux de recherche de l’« école du Mans » (au sein de l’université du Maine) en matière d’écrits du for privé. Dans cette introduction, les deux éditeurs accordent en outre une attention particulière à des détails des Souvenirs, qui n’en sont pas : le personnage de la mère de Louis Simon, la façon dont l’auteur restitue les dialogues, l’amour qu’il portait à sa sœur décédée à son retour de voyage, etc. Autant de petites indications qui rendent ensuite le lecteur plus attentif au texte, dont il aura une lecture plus sensible qu’avec l’édition précédente.

4C’est pourquoi l’on peut regretter la modestie de Sylvie Granger et Benoît Hubert : leur système de notes de bas de page, conservant celles d’Anne Fillon, fait paraître les leurs – ou leurs compléments aux notes initiales –, signalées par des astérisques, comme de simples rajouts, alors que leur appareil critique est bien plus intéressant et riche que l’originel. On peut aussi s’interroger sur le choix de renvoyer en note à des comptes rendus d’ouvrages plutôt qu’aux ouvrages eux-mêmes. Plusieurs coquilles, enfin, viennent gêner la lecture, notamment le doublement de l’appel de note de bas de page quand celui-ci est placé dans la colonne marginale du texte.

5En voulant rendre hommage et à Anne Fillon et à Louis Simon, le risque était de noyer le petit étaminier et l’enjeu était de réactualiser son témoignage et lui offrir un lectorat qui ne le considérera pas uniquement comme une étude de cas de villageois lettré, mais aussi comme le texte d’un homme qui a aimé, pleuré, souffert, vécu : pari réussi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathilde Chollet, « Souvenirs d’un villageois du Maine. Louis Simon (1741-1820) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 123-4 | 2016, 198-199.

Référence électronique

Mathilde Chollet, « Souvenirs d’un villageois du Maine. Louis Simon (1741-1820) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 123-4 | 2016, mis en ligne le 30 décembre 2016, consulté le 28 juin 2017. URL : http://abpo.revues.org/3460

Haut de page

Auteur

Mathilde Chollet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page