Navigation – Plan du site
Comptes rendus

11 batailles qui ont fait la Bretagne

Valeria Pansini
p. 205-207
Référence(s) :

Le Page, Dominique (dir.), 11 batailles qui ont fait la Bretagne, Morlaix, Skol Vreizh, 2015, 359 p.

Texte intégral

1L’ouvrage collectif dirigé par Dominique Le Page couvre, à travers les faits de guerre qui ont touché la région, deux millénaires d’histoire de la Bretagne, de l’affrontement entre la flotte romaine et les Vénètes du Morbihan en 56 av. J.-C. à la bataille du maquis de Saint Marcel en juin 1944. L’attention portée par les onze contributions à la mémoire de l’événement analysé rend ce très impressionnant laps de temps étudié encore plus long, en emmenant l’attention du lecteur jusqu’à nos jours, des célébrations des batailles passées aux exploitations muséographiques et touristiques de ces faits de guerre.

2L’ouvrage a le mérite certain de proposer au lecteur, chercheur ou passionné d’histoire de Bretagne, une analyse historique établie avec rigueur. Dans chaque contribution, les récits des faits de guerre sont mis à l’épreuve. Le lecteur retrouve ainsi une critique précise des sources qui permettent (ou pas) de connaître le déroulement factuel des événements et une analyse lucide des enjeux de la construction de la mémoire de la bataille. Le schéma commun aux contributions, expliqué par Dominique Le Page dans son introduction (p. 15), prévoit que la présentation des sources utilisées soit suivie d’une reconstitution factuelle du déroulement de la bataille et que, dans un troisième temps, on s’attache à étudier la mémoire des événements « en s’intéressant à ceux qui ont contribué à la construire et à l’entretenir ». Lire avec la même grille des faits se déroulant sur deux millénaires d’histoire de la Bretagne est un défi : si le triple questionnement est effectivement utilisé dans pratiquement toutes les contributions, le plan n’est pas toujours régulièrement suivi et les chapitres sont trop différents en taille, des 11 pages sur la bataille de Ballon écrites par Yves Coativy (p. 34-45) aux 60 pages d’Alain Gallicé et Dominique Le Page sur Saint-Aubin-du-Cormier (p. 74-133) pour que l’effet encyclopédique, qui demanderait plus de régularité, puisse opérer.

3L’unité de l’ensemble des contributions est construite, ou plutôt donnée pour acquise, sur base géographique : les batailles étudiées se sont déroulées en Bretagne ou peuvent être considérées comme « bretonnes » en raison de leur insertion dans « une situation politique et militaire régionale » (Hervé Le Goff à propos de la bataille de Craon en 1592, p. 155) ou à cause de la participation importante de combattants d’origine bretonne à l’événement et à la construction successive d’un « récit légendaire », d’une « construction mémorielle érigée sur une historiographie très partielle » (p. 267) dans lesquels la composante bretonne est fondamentale : c’est le cas de la bataille de Dixmude (Belgique), efficacement étudiée par Jean-Christophe Fichou, qui s’interroge dès le titre – « La bataille de Dixmude (octobre-novembre-décembre 1914) : une bataille bretonne ? » – sur l’appartenance de ce fait de guerre à ceux « qui ont fait la Bretagne ». Paradoxalement, nous devons chercher les lignes de construction de l’unité thématique dans l’étude de ces batailles « excentrées » : la nécessité d’en motiver l’insertion dans le récit bimillénaire des onze batailles qui ont fait la Bretagne porte à expliciter les critères de cette construction d’unité, qui resteraient autrement cachés. Dans l’ensemble de l’ouvrage, l’unité géographique est donnée comme évidente, mais même si on ne questionne pas la permanence des limites de cette unité sur 2 000 ans, il aurait été souhaitable de discuter davantage la portée historiographique de cette localisation. La continuité artificielle du « récit régional » (p. 18) et les « approximations » (p. 19) dont ce récit s’est nourri sont clairement expliquées dans l’introduction et régulièrement mises à l’épreuve de la rigueur historiographique dans les différentes contributions. Néanmoins, l’ouvrage rassemblant en ordre chronologique strict des études de faits de guerre, et le titre, 11 batailles qui ont fait la Bretagne, évoquant clairement l’apport de ces faits de guerre à la construction d’une identité bretonne, une réflexivité plus constante aurait été souhaitable.

4La première bataille bretonne connue et traitée dans cet ouvrage est en réalité armoricaine : il s’agit de la bataille des Romains contre les Vénètes en 56 av. J.-C., étudiée par Jean-Yves Eveillard. La richesse du questionnement, l’attention aux conséquences de la bataille sur la population, comme elles peuvent être perçues à travers les sources écrites et les observations archéologiques, font de cette contribution un exemple de comment on peut à travers l’étude de la guerre percevoir la réalité historique des populations qui s’y engagent et questionner leurs structures sociales et leurs évolutions. Le parcours dans l’histoire de la Bretagne continue par Ballon, bataille étudiée par Yves Coativy, extrêmement critique envers le « roman breton ». L’auteur explique, de façon très intéressante, comment deux événements distincts mais proches géographiquement, la bataille de Ballon (845) et celle de Jengland-Beslé (851), ont fini par se contaminer (p. 36). La superposition des récits, avec celui des faits de Jengland-Beslé, plus récents et mieux documentés, en position dominante, « la répétition des informations erronées [qui] les transforme en vérité » (p. 45), ont créé une vision des événements largement orientée, où Ballon devient un point culminant de l’histoire bretonne : « la bataille fondatrice de la Bretagne médiévale, moderne et contemporaine » (p. 41). Les deux contributions suivantes, celle de Laurence Moal sur Auray (1364) et de Alain Gallicé et Dominique Le Page sur Saint-Aubin-du-Cormier (1488), sont très riches et complètes sur ces deux très célèbres batailles : les aspects techniques, tactiques, mais aussi mémoriels sont pris en compte et traités de façon exhaustive. On regrettera pourtant qu’il n’y ait pas davantage de dialogue entre le texte de Laurence Moal, qui évoque déjà les faits de Quiberon en 1795 et la contribution de Youenn Le Prat, qui est totalement consacrée à cette bataille. Plus généralement, les références en commun, parfois les sources communes à plusieurs contributions portant sur l’époque médiévale et moderne, auraient pu générer plus d’échanges entre les chapitres.

5Pour l’époque moderne, la suite des batailles bretonnes est complétée par les débarquements dans la zone de Brest : la descente du Conquet en 1558, étudiée par Pol Vendeville ainsi que le combat de Camaret en 1694, analysé par Yann Lagadec et Stéphane Perréon. La documentation de Pol Vendeville est très riche et permet de questionner les motivations de cette descente en force sur les côtes bretonnes : prendre Brest, ou ravager le littoral pour pousser le roi de France à détourner ses troupes des autres fronts (p. 145) ? Pour Camaret aussi, la question du véritable objectif de l’expédition reste importante, tant la prise de Brest apparaît ardue pour les assaillants. Yann Lagadec et Stéphane Pérréon mettent en évidence le fait que la stratégie du blocus, réalisée seulement dans les années 1740, a ses origines dans la bataille de Camaret et l’abandon qui s’en suit du projet de prise du port (p. 213). Pour Camaret, au niveau mémoriel, « le monument – la tour Vauban – est venu comme effacer l’événement » (p. 221) : « la tour est ainsi devenue un lieu patrimonial plus que mémoriel ». Concernant la période contemporaine, outre l’étude déjà cité de la bataille de Dixmude, deux contributions de Christian Bougeard sur la Seconde Guerre mondiale, l’une centrée sur l’intérêt stratégique de la Bretagne et l’autre sur le maquis et la bataille de Saint-Marcel, concluent l’ouvrage. Le schéma centré sur la « bataille » dans son unité de temps et d’action est forcément abandonné, mais les études de la Bretagne en guerre restent particulièrement intéressantes, avec une attention particulière au volet mémoriel et muséographique.

6En conclusion, même si on peut regretter que certains choix méthodologiques ne soient pas plus clairement assumés, la mise en avant de la critique des sources, l’intérêt et la rigueur historique de l’ensemble des contributions font de cet ouvrage utile et lucide une référence nécessaire pour l’étude de la Bretagne en guerre et des récits qui s’y sont construits.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valeria Pansini, « 11 batailles qui ont fait la Bretagne », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 123-4 | 2016, 205-207.

Référence électronique

Valeria Pansini, « 11 batailles qui ont fait la Bretagne », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 123-4 | 2016, mis en ligne le 30 décembre 2016, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://abpo.revues.org/3468

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page