Navigation – Plan du site

1490 : les paysans bretons ont-ils la parole ?

Une révolte cornouaillaise au miroir de ses sources
1490 and the voice of Breton peasants: a revolt in Cornouaille through the prism of its sources
Philippe Hamon
p. 59-83

Résumés

D. Laurent et M. Nassiet ont affirmé récemment, dans les ABPO (t. 123, 2016, no 2), retrouver la voix des révoltés cornouaillais de 1490 dans deux complaintes en langue bretonne (gwerziou). Le présent article cherche à démontrer que ces chants ne peuvent sans doute pas être rattachés à cet événement. Il montre aussi que, comme les discours produits par les dominants, les « chants populaires » accommodent faits et interprétations à leur projet idéologique. Dans ce but, l'ensemble des sources utilisées pour étudier cette révolte fait l'objet d'une analyse critique, associée à l'exploitation d'un document anglais jusqu'ici négligé. Pour autant, ces deux chants ne sont pas sans intérêt, car ils portent un certain regard sur ces révoltes, dont il faut cerner la logique. Celle-ci apparaît largement en décalage avec le contexte de la mobilisation de 1490 qui a pour cible prioritaire le fouage ducal et offre un cas particulièrement précoce de révolte anti-fiscale rurale. La démarche des paysans plaide alors, contrairement à la vision des gwerziou, pour une indéniable politisation.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVe siècle

Noms de lieux :

Bretagne, Cournouaille
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Sources et interprétations : un chemin d’histoire
Un corpus élaboré au xixe siècle
La diversité des interprétations
L’apport décisif d’une source nouvelle
Un dossier à reprendre
Les gwerziou et 1490
Une tradition orale sans intérêt pour l’historien ?

Aperçu du texte

« La plupart des révoltes étaient si précisément circonscrites par leurs revendications, leurs occasions d’éclat, que leur dispersion emportait jusqu’à leur mémoire. » Cette vigoureuse affirmation d’Yves-Marie Bercé, dont il n’excepte que les révoltes qui s’identifient à des causes religieuses ou nationales, devrait pouvoir s’appliquer au soulèvement qui s’est produit en basse Bretagne, plus précisément en Cornouaille, au cours de l’été 1490, à tel point qu’il n’a même pas reçu de nom. Pourtant, parmi les sources conservées, certaines au moins semblent porteuses de sa mémoire. Deux complaintes en breton, Le Faucon et Les Gars de Plouyé, collectées au xixe siècle, y feraient écho. L’intérêt est renforcé par le fait qu’une chronique et surtout ces deux gwerziou paraissent donner accès à la parole même des révoltés. Si en 1789, pour reprendre le titre d’un ouvrage célèbre sur les cahiers de doléances, les Français « ont la parole », peut-on espérer qu’ici, il en irait de même pour les ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Hamon, « 1490 : les paysans bretons ont-ils la parole ? », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 124-1 | 2017, 59-83.

Référence électronique

Philippe Hamon, « 1490 : les paysans bretons ont-ils la parole ? », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 124-1 | 2017, mis en ligne le 30 avril 2019, consulté le 27 juin 2017. URL : http://abpo.revues.org/3488

Haut de page

Auteur

Philippe Hamon

Professeur d’histoire moderne, université Rennes 2, EA 7468 Tempora

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page