Navigation – Plan du site

Le massacre de Maillé (25 août 1944)

Retour sur la difficile construction mémorielle d’un crime de guerre
The massacre of Maillé (25 August 1944). Revisiting the difficult construction of a collective memory of a war crime
Clotilde Vandendorpe
p. 135-148

Résumés

Le 25 août 1944, Maillé, un petit village de Touraine, connaît le même sort qu’Oradour-sur-Glane, rayé de la carte deux mois auparavant, le 10 juin. En effet, le matin du vendredi 25 août 1944, vers 9 heures, une troupe d’une soixantaine de soldats allemands encercle ce village d’Indre-et-Loire et y pénètre afin de tuer les habitants qui y résident. Après une tuerie de près de trois heures, les soldats quittent le village laissant derrière eux cent vingt-quatre victimes dont trente-sept hommes, trente-neuf femmes et quarante-huit enfants de moins de quinze ans. Le massacre de Maillé est, par son importance, le second massacre de populations civiles de la Seconde Guerre mondiale en France, après celui d’Oradour-sur-Glane. Or, il est quasiment tombé dans l’oubli pendant près de cinquante ans, aussi bien en termes judiciaires, politiques, historiques que mémoriels. Les facteurs qui ont conduit à cette « amnésie » sont multiples, ils entrent dans le cadre de l’après-guerre, des Trente Glorieuses et de la difficile construction mémorielle de ces années de guerre.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XXe siècle

Noms de lieux :

Maillé, Touraine
Haut de page

Notes de l’auteur

L’article est issu d’un mémoire de master 2, réalisé sous la direction de Frédéric Chauvaud et soutenu à l’université de Poitiers le 14 juin 2016.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Oradour plutôt que Maillé
Reconstruire pour mieux oublier ?
Un massacre invisible
La renaissance mémorielle

Aperçu du texte

Le 25 août 1944, alors que la capitale est enfin libérée, Maillé, commune rurale d’un peu plus de cinq cents âmes, à la frontière de la Vienne et de l’Indre-et-Loire, est encerclée au petit matin par des forces SS. Une soixantaine de soldats allemands, sous prétexte de représailles pour des actions de la Résistance, entreprennent de massacrer la population. Cent vingt-quatre personnes périssent dans cette attaque, dont trente-sept hommes, trente-neuf femmes et quarante-huit enfants de moins de quinze ans ; la victime la plus jeune était âgée de trois mois, la plus vieille de quatre-vingt-neuf ans. Les animaux ne sont pas non plus épargnés : chevaux, chèvres, poules, chiens sont abattus. Par ailleurs, les Allemands, qui avaient été préalablement munis de plaquettes incendiaires, brûlent les maisons après y avoir massacré leurs occupants. Vers la fin du massacre ou en marge des exactions, les soldats fouillent les maisons et se servent dans les caves et les garde-manger. La division S...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clotilde Vandendorpe, « Le massacre de Maillé (25 août 1944) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 124-1 | 2017, 135-148.

Référence électronique

Clotilde Vandendorpe, « Le massacre de Maillé (25 août 1944) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 124-1 | 2017, mis en ligne le 30 avril 2019, consulté le 24 mai 2017. URL : http://abpo.revues.org/3496

Haut de page

Auteur

Clotilde Vandendorpe

Doctorant en histoire contemporaine, Université de Poitiers, laboratoire CRIHAM

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page