Navigation – Plan du site
Compte-rendus

Archéologie de la Basse-Loire

Jean-Claude Meuret
p. 149-152
Référence(s) :

Arthuis, Rémy, Monteil, Martial (dir.), Archéologie de la Basse-Loire, Rennes, PUR, collection « Archéologie & Culture », 2015, 194 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage, qui présente des études récentes consacrées à l’archéologie de la Loire entre Ingrandes et Couëron, résulte d’un Projet Collectif de Recherche intitulé « des Ponts-de-Cé à l’estuaire », né en 2006-2007 qui visait à coordonner diverses actions bénévoles, professionnelles (INRAP) ou universitaires (Université de Nantes). Les deux coordonnateurs de la publication, Rémy Artuis, géomorphologue à l’INRAP, et Martial Monteil, actuellement professeur à l’université de Nantes, soulignent la difficulté qu’il y a à synthétiser des travaux menés à des échelles, par des équipes, en des lieux et avec des moyens extrêmement différents. À cela s’ajoutent encore les grandes différences d’approche, de chronologie, de regard et de vocabulaire entre la chercheuse en archives, le fouilleur en rives et lit de Loire, et le géomorphologue. Il en résulte un ensemble de cinq contributions juxtaposées et bien distinctes, qui reflètent la labilité, la variabilité, voire l’insaisissabilité historique, archéologique et juridique du fleuve Loire, que l’homme n’a jamais réussi à maîtriser.

2La première contribution de Rémy Artuis et Jean-François Nauleau s’inscrit dans la suite de ce que Kerviler dénomma « chronomètre préhistorique » dans sa publication des travaux de Penhouët. Ici l’étude tente de synthétiser l’apport de 1 000 sondages géotechniques, en leur adjoignant les données des fouilles menées en quelques lieux comme Rezé, et en affinant la seule stratigraphie par des datations 14C. Ainsi ont pu être cartographiées les grandes phases de dépôt sur le substrat profond, nommé « le rocher de Nantes », au cours des 10 000 ans qui nous ont précédés. Comblement rapide d’une vallée fluviale d’abord en réseaux tressés puis à cours unique au fur et à mesure de la remontée du niveau de la mer, formation d’une ria tentaculaire ennoyant les basses vallées de la Loire, de l’Erdre, de la Sèvre, jusqu’à Oudon, et fixation d’un niveau marin proche de celui d’aujourd’hui vers 5 700 BP. Commence alors un colmatage atteignant parfois 15 mètres, fait de vases marines et de sables fluviatiles, néanmoins marqué par des reprises d’érosion lors d’abaissements temporaires du niveau marin. Pour les périodes antiques et médiévales, les géomorphologues constatent la stérilité d’une confrontation de leurs données à celles de l’archéologie, tant les deux approches diffèrent en termes d’échelle spatiale. En conclusion, ils avouent que leur étude géologique et géomorphologique de la Basse Loire pendant l’Holocène révèle une histoire très complexe, dans laquelle les données pointues de leur recherche peinent encore à éclairer l’action de l’homme sur le fleuve, tant celui-ci l’emporte par sa puissance.

3Yann Viau et Véronique Guitton, présentent ensuite un ensemble de découvertes archéologiques faites en rive de Loire au Marillais, à deux pas de Saint-Florent-le-Vieil. On doit à des bénévoles la première connaissance de ce site placé au confluent de l’Èvre et de la Loire, entre autres grâce à la découverte d’importants vestiges de céramique gallo-romaine. Ces preuves d’une occupation ancienne, ajoutées au voisinage immédiat du très important monastère du Mont Glonne, ont amené Y. Viau à mener trois campagnes de fouille lors des étés 2006, 2007 et 2008. Chacune d’elles a permis de mettre au jour une grande quantité de vestiges de bois presque tous liés à des aménagements et machines hydrauliques. Les plus importants appartiennent à un ou des moulins à eau, tels des éléments de rouets comme des alluchons, des pièces de roue à aube dont une archéologiquement complète, mais aussi des planches de vannes, une nasse à poissons, des poteaux, une possible roue de brouette, et même un vase de bois. L’analyse de 259 de ces restes et la datation 14C de plusieurs d’entre eux, ont montré que la plupart étaient réalisés en chêne ou en frêne, et qu’ils étaient liés à un ou des moulins tout proches qui fonctionnèrent du viie au xe siècle, juste en amont de la zone fouillée. On ne soulignera jamais assez la rareté et l’importance de telles découvertes car elles révèlent la technologie du moulin à eau pour une période qualifiée naguère d’obscure. Les auteurs constatent là encore la grande difficulté qu’il y a à mettre en relation ces données matérielles avec les données écrites, même si l’on sait que l’abbaye Saint-Florent-le-Viel sur le Mont Glonne existait à cette époque, et qu’une longue occupation normande est quasi-attestée sur l’Île Batailleuse, au pied du monastère. Certes, il faut tenter de confronter ces deux types de sources, mais c’est aussi l’occasion de dire que le temps où l’on pensait que l’histoire ne pouvait se fonder que sur les sources écrites est maintenant dépassé, et que l’archéologie permet tout autant de nourrir la connaissance et la synthèse historique.

4Tout près des Marillais, au pied du mont Glonne, d’autres aménagements hydrauliques anciens ont été détectés et ils font l’objet d’une troisième contribution, celle de Denis Fillon. Nombre d’entre eux ont été repérés dans les sources écrites du xive au xviie siècle, mais et il reste encore à étudier les précieux cartulaires de Saint-Florent pour en rechercher des mentions plus anciennes. Grâce à la fréquence et à la durée sans cesse croissantes des étiages de la Loire, il a d’abord été possible de procéder à des sondages subaquatiques, en particulier au « Gué au moine », au pied même du monastère. Ensuite il a pu être procédé à un lever topographique et à un sondage, ce qui a mis en évidence une levée empierrée, large de 20 m sur une longueur de 60 m, qui semble bien confirmer l’existence ancienne d’un franchissement aménagé, utilisable lors des basses eaux. Tout aussi intéressants et nouveaux, dans ce même secteur, des systèmes de pieux clayonnés disposés en V multiples et accolés ont aussi pu être relevés. Ils constituaient autant de systèmes destinés à contraindre et mener anguilles, saumons, aloses et esturgeons vers des nasses disposées en amont et en aval. Les datations 14C réalisées sur quelques pieux se placent toutes au Moyen Âge central, mais en raison des multiples réfections nécessaires sur ces installations, l’archéologue pense que le système peut être antérieur. Au total, les nombreuses observations, et surtout les opérations de 2015, auront permis d’accumuler un grand nombre de données. En leur état actuel, encore très partiel, elles peuvent paraître compliquées, voire confuses. Elles ont néanmoins le grand mérite de décrire la nature et la complexité des aménagements halieutiques sur la Loire près de Saint Florent au Moyen Âge, leur évolution constante, et surtout leur densité. Il est à souhaiter qu’elles puissent être poursuivies. Là encore, si l’on s’en tenait aux seules sources écrites médiévales, qui visaient avant tout à établir des droits et des revenus seigneuriaux, on ignorerait tout de la réalité matérielle de ces pêcheries.

5Dans ce recueil à dominante géologique, géomorphologique et archéologique, une contribution, celle d’Emmanuelle Miéjac, ouvre cependant une autre fenêtre et donne un autre regard, ceux d’une approche de la Loire au travers des données d’archives. Elle traite des informations liées au fleuve et à l’eau dans les sources de l’abbaye Saint Florent. Après un rappel de l’histoire de l’abbaye, intimement liée au fleuve, ainsi que des riches fonds conservés aux Archives départementales de Maine-et-Loire, l’auteur livre un intéressant début d’inventaire des ressources tirées de l’eau et du fleuve par les moines, de leurs droits de péage, port et passage, de leurs moulins, étangs et pêcheries sur la Loire et sur l’Èvre, depuis le xiie jusqu’au xviiie siècle. Elle rappelle aussi que ce sont les récentes découvertes faites sur l’Èvre au Marillais qui ont induit sa recherche. Aucun lien direct n’a cependant pu être établi entre ses découvertes et celles des archéologues. Une fois encore, on mesure la difficulté de l’exercice, celle qu’il y a à faire de la pluridisciplinarité plus qu’une simple formule, tant les deux recherches diffèrent par leur forme, leur fond, leur échelle, leur finalité. Il va de soi que les scribes de Saint-Florent du xiie siècle exprimaient avant tout la domination supra-terrestre du spirituel sur le temporel, bien loin des préoccupations infra-terrestres de l’archéologie au xxie siècle. La conjonction ne peut qu’être très partielle, voire contradictoire, elle n’en est pas moins nécessaire car elle complète ou corrige le faisceau de l’enquête historique. Cependant, pour le cas, elle nécessiterait un filtrage total des sources de Saint-Florent, travail démesuré quand on sait que, même si au xixe siècle P. Marchegay a édité plusieurs recueils de chartes de l’abbaye, aucun des cartulaires de celle-ci n’a encore été publié.

6La dernière partie de l’ouvrage, fruit de la collaboration de Rémy Artuis, Emmanuelle Miéjac et Jean-François Nauleau, traite de la Boire Torse, un canal creusé entre Ingrandes et Anetz. Celle-ci se présente sous la forme d’une sorte de chenal large d’environ 20 mètres et long à l’origine de 15 kilomètres, mais réduit de moitié au xixe siècle par la chaussée du chemin de fer. Originellement connecté à la Loire à ses deux extrémités, il suivait sur la rive droite le bord non inondable du fleuve, séparé de celui-ci par des terres basses dont la Grande Prée de Varades. L’étude se propose de répondre à la question de l’origine de cette structure, et de montrer si elle est naturelle ou anthropique. Plutôt que de rappeler la pauvre et tardive définition du Littré, il semble qu’il aurait été utile d’approfondir le sens originel de ce mot boire/bouère/boere très lié à la Loire et d’en rechercher les occurrences et le sens anciens : il figure dans la Coutume générale de Touraine, Rabelais en fait usage et on en a mention dès 1110-1130 pour Saint-Maur. Une « pré-étude » en archives, menée par E. Miéjac a d’abord permis de montrer que des cartes et surtout des documents écrits attestent, au moins dès 1609, l’existence de cette boire. Par la suite, celle-ci apparaît ici et là, large de 10 toises vers Montrelais. L’étude consiste surtout en 10 pages d’une lourde étude géomorphologique qui consista à réaliser 244 tranchées à la pelleteuse et à en tirer des conclusions. Il en ressort que la boire était un canal aménagé sur un ancien bras de la Loire, sur lequel, hormis le palissage d’un bras annexe, il n’a été fait aucune découverte archéologique. Seules des datations 14C réalisées sur des strates organiques et sur des bois ont permis de dater l’ouvrage entre environ 800 et la fin du xiie siècle. Quant à sa fonction, les auteurs concluent, mais sans argument décisif, qu’il était destiné à desservir les petites localités riveraines et permettre une navigation plus aisée que sur le fleuve, hors des périodes d’étiage. Beaucoup de questions demeurent pendantes.

7Les responsables de la publication terminent l’ouvrage par six pages consacrées aux acquis et aux perspectives de cette recherche et de ce programme. Outre ce qui a été détaillé ci-dessus, ils insistent sur deux nécessités : celle de la prise en main d’une programmation de la recherche dans la fenêtre de Nantes et Rezé par le Service Régional de l’Archéologie des Pays de la Loire, et la nécessité de trouver plus de moyens pour soutenir le travail des bénévoles et les fouilles programmées dans la fenêtre d’Ancenis. Ils insistent à juste titre sur l’importance des découvertes faites au Gué au moine et plus encore au Marillais. On ne peut que plaider dans le même sens car il y a là, nous semble-t-il, un champ de recherche archéologique particulièrement neuf et dynamique, comme en témoigne la publication en 2016 du remarquable colloque de Lons-le-Saunier consacré aux moulins hydrauliques et à vent. Nombre de ces découvertes majeures portant sur le Moyen Âge, période aussi documentée par l’écrit que par l’archéologie, l’occasion est donnée de développer une réelle co-recherche entre les deux approches. Si l’on ajoute la création à l’université de Nantes d’un poste de maître de conférences en archéologie subaquatique, on peut espérer que les connaissances géo-archéologiques, archéologiques et archivistiques ne vont faire que s’enrichir, et contribuer plus encore à l’Histoire du Fleuve Loire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Meuret, « Archéologie de la Basse-Loire », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 124-1 | 2017, 149-152.

Référence électronique

Jean-Claude Meuret, « Archéologie de la Basse-Loire », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 124-1 | 2017, mis en ligne le 30 avril 2017, consulté le 27 juin 2017. URL : http://abpo.revues.org/3500

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Meuret

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page