Navigation – Plan du site
Compte-rendus

De l’Armorique à la Bretagne. Les Bretons et l’Armorique au haut Moyen Âge

André-Yves Bourgès
p. 152-154
Référence(s) :

Gendry, Mickaël, De l’Armorique à la Bretagne. Les Bretons et l’Armorique au haut Moyen Âge, Paris, Éditions 7 Écrit, 2016, 410 p.

Texte intégral

1Le livre de Mickaël Gendry est souvent défectueux du point de vue de la forme : émaillé de nombreuses coquilles et cacographies, qu’il faut en conséquence renoncer à signaler, écrit dans un style dont il aurait fallu en maintes occasions polir l’expression, souvent redondant à force de redites, – ah, les dangers du copié-collé ! –, l’ouvrage porte ainsi témoignage qu’il n’a malheureusement pas bénéficié des corrections et des critiques qu’aurait pu lui apporter un véritable comité de lecture. En outre, s’agissant de son utilisation par les chercheurs, il est regrettable de ne pouvoir bénéficier d’une bibliographie récapitulative des nombreuses références mentionnées dans les notes, ni d’un index, d’autant que renvois et citations se révèlent à l’occasion approximatifs. Quant au fond, M. Gendry ne s’approprie pas toujours nettement les résultats de ses propres découvertes et donne ainsi au lecteur l’impression d’un certain flou, qui n’est pas totalement dissipé par la rapide synthèse proposée en conclusion : cette ambiguïté est surtout manifeste pour ce qui concerne la situation politique, militaire et religieuse de la péninsule armoricaine à la fin du Bas-Empire.

2Ces remarques, qui peuvent sembler sévères, sont au contraire destinées à mettre en évidence le fait que ce livre, qui témoigne de la passion et du travail important de son auteur, présente à nos yeux plusieurs mérites, au moins au nombre de trois : d’abord, la volonté de prendre en compte des acquis des quelque trente dernières années de recherches hagiologiques bretonnes ; ensuite, la démonstration que l’histoire des origines de la Bretagne n’a pas été élaborée, ex nihilo, au ixe siècle dans les écritoires monastiques locaux, en particulier à Landévennec, comme certains travaux récents pourraient donner à le penser ; enfin, la tentative de reconstitution de l’histoire institutionnelle régionale, depuis la période du Bas-Empire jusqu’aux lendemains de la Réforme carolingienne, par le biais d’une interprétation « juridicisante » des sources, adaptée au demeurant à la nature de plusieurs d’entre elles. À cette occasion, au-delà des évêchés qui font l’objet d’un traitement approfondi, M. Gendry examine rapidement les autres entités ecclésiales bretonnes, « ploues et lan » (sic), et la façon dont leur réseau vient se combiner à celui des vici et des pagi (p. 229-242)

3Proposer un état de la recherche sur « les origines de la Bretagne », pour reprendre le titre de l’ouvrage séminal de Léon Fleuriot, paru en 1981, en tenant compte du changement de paradigme qui, depuis une trentaine d’années, caractérise les travaux sur l’hagiographie régionale, enfin définitivement libérée des chimères « laborderistes » et de leurs avatars, constitue un projet ambitieux qui, à lui seul, mériterait un volume : ainsi, malgré l’ampleur de leurs propos respectifs, dont la confrontation s’avère particulièrement enrichissante, le précieux Répertoire raisonné consacré en 2009 par Joseph Claude Poulin à L’hagiographie bretonne du haut Moyen Âge, et, en 2012, le livre-testament du regretté Bernard Merdrignac, D’une Bretagne à l’autre, dont nous avons rendu compte ici même (Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 119 (2012), no 4, p. 143-145), ouvrages qui sont abondamment cités par M. Gendry, n’ont pas épuisé le sujet. De surcroît, en 2011, une chercheuse britannique, Caroline Brett, dont le travail sur les migrations bretonnes dans la péninsule a été partiellement relayé en Bretagne par Magali Coumert, s’est efforcée de montrer, avec des arguments assez inégaux, que la majorité des chercheurs continentaux continuait, en l’occurrence, à travailler dans le cadre d’une doxa « fleuriotiste » devenue obsolète, ce qui avait pour conséquence de disqualifier largement les résultats de leurs travaux : s’est engagée à cette occasion, sur fond de controverse, mais avec un réel allant, une réflexion renouvelée sur ces questions. M. Gendry, sans doute un peu prématurément, croit venu le temps de la synthèse et, prenant son bien chez les uns comme chez les autres, – rejetant ainsi définitivement, à la suite de C. Brett et de M. Coumert, mais aussi de Patrick Galliou, l’hypothèse « fleuriotiste » d’une immigration bretonne précoce, de nature militaire, dans la presqu’île armoricaine (p. 17-18 et 49-57) ; ou bien reconnaissant, avec Patrice Lajoye, dans le personnage de Tugdual un évêque de Lisieux, dont le siège épiscopal aurait été doté au vie siècle de biens du fisc à Tréguier et dans ses parages (p. 184-189), sans parler du possible rôle « structurant » joué à Quimper par son supposé minihi local (p. 309-323) –, il propose de manière assez crâne de confronter le matériau hagiographique, dont il ne méconnaît pas au demeurant le caractère particulier, à d’autres sources plus anciennes, de nature juridique, – textes canoniques (p. 175-183) et civils (p. 217-227) –, pour en extraire des indications séduisantes, sinon convaincantes, sur la façon dont l’établissement continental de populations bretonnes insulaires a pu s’effectuer, à l’époque mérovingienne, dans le cadre romano-franc. M. Gendry souligne ainsi (p. 16) que « l’approche méthodologique des mythes étiologiques de l’Antiquité peut être facilement adaptée aux vies des saints mettant en scène des rites de fondation […]. La lecture en négatif des vies de saints (vitae) donne en effet à voir un mode de représentation et d’appropriation de l’espace, une “topographie du sacré” et le projet de leurs auteurs (les hagiographes et/ou leurs commanditaires) » ; et de citer à ce sujet (p. 17) l’exemple « de la vita tardive de Méen (xiie siècle) dont le lien avec le diplôme d’immunité de Saint-Méen et de l’île de Malo a souligné combien elle était importante, aux côtés des autres vies de saint Malo de l’époque carolingienne ou des autres sources, y compris archéologiques, pour comprendre l’origine de l’évêché d’Alet ». Rappelons que la comparaison entre sources hagiographiques et sources normatives a fait récemment l’objet d’un colloque dont les actes, publiés en 2014, contiennent une communication de Claire Garault qui justement porte sur « Les rapports entre récits hagiographiques et matériel diplomatique à travers le dossier hagiographique de saint Malo (ixe-xiie siècle) ».

4On peut lire en filigrane tout au long de son ouvrage la conviction qui soutient le propos de M. Gendry : empruntée à son maître B. Merdrignac, elle le rapproche davantage de Fleuriot et l’oppose en la circonstance à la stricte Quellenforschung à laquelle J.-C. Poulin limite ses précieuses investigations, ainsi qu’aux doutes exprimés par C. Brett ou par M. Coumert sur la possibilité de transmission par l’hagiographe d’un élément factuel issu d’un passé révolu. « Si le but des hagiographes n’était pas de faire de l’histoire », écrit ainsi M. Gendry (p. 16), « ils n’étaient pas moins capables que nous à [sic] évoquer leur propre passé ». En effet, les efforts récents et souhaitables entrepris pour ramener le matériau hagiographique à la seule dimension de ses principales données littéraires, – répertoire de motifs folkloriques, « mode d’emploi » de reliques, catalogue de droits et de privilèges –, ont-ils sans doute parfois fait perdre de vue que, pour la communauté qui, à un titre ou à un autre, à tort ou à raison, se reconnaissait tributaire du saint concerné, le texte hagiographique constituait avant tout, – si du moins l’on excepte bien sûr de parler de l’essentiel, c’est-à-dire la dimension spirituelle et édificatrice du propos –, un « récit des origines », où se sont entrecroisés, indémêlables pour l’historien, les fils de la mémoire et de l’histoire ; ainsi, préconiser que de tels « récits des origines » auraient pu naître de manière spontanée en Bretagne à l’époque carolingienne sous la plume des hagiographes, s’agissant notamment de ce qui se rapporte à une division territoriale en « royaumes », qui figure déjà chez Grégoire de Tours, c’est délibérément privilégier la possibilité que la mémoire des migrations bretonnes ait été localement oblitérée, alors même qu’elle « était encore bel et bien vivace, un siècle et demi après, à la cour des souverains francs », comme le souligne M. Gendry à propos d’un passage d’Eginhard (p. 75, n. 205) : la prudence consiste ici, non pas à se revendiquer de la pratique du rasoir d’Ockham, mais, bien au contraire, à garder largement ouvert l’éventail des hypothèses.

5 Cette position est manifestement celle de M. Gendry, quand il suppose que l’installation des Bretons sur le continent, dans le prolongement d’une possible initiative de Syagrius (p. 68-70), encore renforcée par Clovis (p. 75-84), a surtout été encouragée par Childebert, dans un contexte où ce dernier, – qui retrouve sous la plume de l’auteur, le rôle central que lui ont attribué en leur temps les hagiographes (p. 183-200) –, aurait ainsi profité du démantèlement de l’ancien Tractus armoricanus et nervicanus, pour opérer un transfert massif de terres publiques au profit de l’Église ; transfert dont la contrepartie aurait consisté dans le contrôle des nouveaux sièges épiscopaux créés à cette époque, à savoir Dol et Saint-Pol-de-Léon (p. 135-183). Cette conjecture, inédite et hardie, implique corollairement qu’à l’époque de la « normalisation carolingienne » qui, selon une hypothèse désormais reçue par la majorité de la communauté scientifique, a vu la fondation des sièges de Quimper et d’Alet, ce dernier évêché aurait été démembré de celui de Dol et non l’inverse (p. 175-176) : M. Gendry insiste (p. 384) sur le fait que les souverains francs ont, à nouveau, utilisé à cette occasion « les terres fiscales comme levier de leur politique », cette fois « par l’octroi de diplômes d’immunité en bonne et due forme », comme il en fait la longue démonstration pour l’évêché d’Alet (p. 258-307) ; le cas de Quimper apparaît en revanche plus complexe, car le processus de normalisation que nous avons rappelé intervient ici sur fond de compétition hagio-politique entre la triade Gradlon, Corentin, Guénolé, et son prototype plus ancien, incarné par Tugdual (p. 323-376).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André-Yves Bourgès, « De l’Armorique à la Bretagne. Les Bretons et l’Armorique au haut Moyen Âge », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 124-1 | 2017, 152-154.

Référence électronique

André-Yves Bourgès, « De l’Armorique à la Bretagne. Les Bretons et l’Armorique au haut Moyen Âge », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 124-1 | 2017, mis en ligne le 30 avril 2017, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://abpo.revues.org/3504

Haut de page

Auteur

André-Yves Bourgès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page