Navigation – Plan du site
Compte-rendus

Routiers et mercenaires pendant la guerre de Cent ans. Hommage à Jonathan Sumption

Brice Rabot
p. 154-156
Référence(s) :

Pépin, Guilhem, Lainé, Françoise, Boutoulle, Frédéric (éd.), Routiers et mercenaires pendant la guerre de Cent ans. Hommage à Jonathan Sumption, Bordeaux, Ausonius, coll. « Scriptoria Mediævalia ; 28 », 2016, 357 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage fait suite au colloque tenu les 13 et 14 septembre 2013 à Berbiguières et interroge le rôle joué par les routiers et les mercenaires durant la guerre de Cent ans. Il cherche à combler un « vide historiographique » : les études menées au tournant de la fin du xixe et du début du xxe siècle, ont été ensuite abandonnées côté français alors qu’elles ont été poursuivies côté britannique. D’autres pistes sont aussi abordées et développées à travers les 16 contributions individuelles : comment définir ce groupe de combattants aux contours incertains ? Comment rendre visible la diversité des parcours et des profils en croisant les approches des sciences humaines ? Ce recueil constitue donc à la fois un point de départ et un appel à poursuivre les investigations engagées.

2Les présentations des auteurs sont l’occasion de comparer les évolutions divergentes des deux grands protagonistes, la France et l’Angleterre, tout au long des xive et xve siècles à travers le mercenariat. Jean-Philippe Genêt souligne fort à propos en introduction que les structures sociales et politiques des deux pays étaient quasi-similaires au début de la période avant de connaître des destins divergents à la veille des Temps modernes avec la création d’une armée de métier en France. Ce fait a eu des répercussions politiques sur la construction de l’État moderne, notamment pour ce qui a trait à la « domestication des élites » opérée à travers les carrières militaires.

3La bibliographie très fournie, pas moins de 542 références, est un autre atout de cette publication. Le lecteur non-averti pourra toutefois regretter le classement adopté, par ordre alphabétique, qui complique le repérage des références incontournables. Un index aurait aussi été le bienvenu pour parcourir plus aisément et recouper les notices insérées dans les contributions, en particulier celles à caractère prosopographique. Ceci n’altère néanmoins en rien la qualité du recueil, agrémenté de cartes de bonne, voire de très bonne facture (p. 24, 35, 128 et 167), ainsi que de planches en couleurs soulignant l’intérêt des documents choisis par les auteurs (p. 60-61, 292-294 et 299).

4L’ensemble est constitué de deux sortes de contributions : des présentations thématiques de dimension souvent générale – Guilhem Pépin, Justine Firnhaber-Baker, Nicolas Savy, Pierre Prétou, Michael Jones, Germain Butaud, Françoise Lainé, Christophe Masson, Bertrand Schnerb, Werner Paravicini et Anne Curry – et d’autres axées sur des personnages révélateurs des enjeux (Armand Jamme, Philippe Contamine, Loïc Cazaux, Valérie Toureille et Kelly de Vries). Nombre de communications se terminent par la présentation en annexes de pièces justificatives, d’un intérêt tout particulier pour les chercheurs, car pour la plupart inédites et présentées avec un appareil critique développé.

5Guilhem Pépin aborde la question des routiers gascons, basques agenais et périgourdins du parti anglais (p. 23-56). Il met en évidence les motivations, les origines, les rayons d’action ou encore la perception qu’avaient les populations locales de ces routiers. Il insiste en particulier sur la difficulté qu’il y a à saisir ces hommes aux comportements mouvants selon les circonstances et les opportunités. Armand Jamme présente Bernard de La Sale, tour à tour au service de l’Angleterre et du pape (p. 57-99). Il examine les éléments qui permettent de transformer un chef de guerre aux origines incertaines en un personnage reconnu, intégré par les pouvoirs dans leurs calculs politiques et leurs institutions de gouvernement du fait même de ses actions et de ses succès militaires lors de ses coups de main spectaculaires (prise de Figeac en août 1371). Nicolas Savy s’intéresse aux procédés tactiques des compagnies anglo-gasconnes entre Garonne et Loire dans les années 1350-1400 (p. 115-131) pour expliquer comment des compagnies, pourtant inférieures en nombre et vivant sur le pays ennemi, ont dominé militairement durant plusieurs décennies en s’adaptant constamment et en préparant méticuleusement leurs attaques. Cette contribution, très riche d’exemples, décortique ces mécanismes, en particulier en matière de renseignement.

6Justine Finrhaber-Baker revient sur les impacts des actions des soldats sur les campagnes et sur la révolte contre les nobles du nord de la France lors de la Jacquerie de 1358 (p. 101-114). Elle insiste en particulier sur les craintes suscitées par les échos des violences parmi les paysans, qui ont convaincu certains de s’engager dans la révolte même si les territoires ne faisaient pas tous l’objet de déprédations militaires directes. Pierre Prétou axe son propos sur les réactions communautaires en Gascogne (p. 133-145), soulignant le fait que les paysans, loin d’être victimes, étaient aussi acteurs des violences et organisaient leur défense par des cris d’appel manifestant leur solidarité.

7Philippe Contamine aborde les aspects politiques (p. 147-164). Jehan de Blaisy, auquel il consacre son étude, contribue par son action envers les compagnies des forteresses d’Auvergne à faire émerger une « certaine conception de l’État » (Françoise Autrand) où les compagnies n’ont plus leur place, car elles constituent autant de menaces et de freins à l’affirmation de l’État. Dans le même registre, en partant des archives et des chroniques bourguignonnes, Loïc Cazaux cherche à caractériser l’action d’Antoine de Chabannes, chef notoire des Écorcheurs (p. 165-177). L’Écorcherie a en effet de multiples résonances politiques et diplomatiques après les négociations du traité d’Arras qui conduit au rapprochement entre les rois de France et les ducs de Bourgogne. A. de Chabannes, issu de la noblesse moyenne, constitue un point de départ pour appréhender et explorer ces enjeux dans les années décisives 1430-1440. Valérie Toureille poursuite la démarche en se focalisant sur Robert de Sarrebrück, seigneur lorrain encore mal connu aujourd’hui (p. 179-187). Ce routier au service de Charles VII dirige des opérations de pillage sur les frontières orientales du royaume, dans des régions disputées, où se mêlent intérêts personnels et service de la monarchie française sans qu’il soit toujours possible de bien faire la part de l’un et de l’autre. Ce rôle pour le moins ambigu se retrouve dans la présentation de Perrinet Gressart par Kelly de Vries (p. 227-237). Ce chef de guerre bourguignon et anglais se rallie au roi de France dans les années 1440, ce qui lui permet de conserver son statut de défenseur de la garnison de La Charité-sur-Loire.

8Michael Jones (p. 189-205), Germain Butaud et Françoise Lainé (p. 239-256) étudient les trajectoires de quelques mercenaires au service du duc de Bar en 1372-1373, durant la guerre civile de Provence (1383-1388) ou entre 1338 et 1441 en Gascogne, pour mieux cerner le milieu militaire actif dans ces affrontements. Les dernières contributions de Christophe Masson (p. 257-266), de Bertrand Schnerb (p. 267-276), de Werner Paravicini (p. 277-301) et d’Anne Curry (p. 303-316) n’évoquent pas autre chose en s’intéressant en particulier à l’origine et à l’importance de ces hommes dans les combats engagés tout au long du xve siècle, où ils se révèlent être à la fois des atouts indispensables pour faire nombre et pour pouvoir l’emporter, mais aussi des éléments perturbateurs qui contribuent paradoxalement à renforcer les outils et les structures à la disposition de l’État pour imposer son autorité. Werner Paravicini s’intéresse aussi à un espace périphérique par rapport à la guerre de Cent ans, avec le « voyage de Prusse », qui lui permet de revenir sur la question du débordement des conflits en dehors du cadre strict de la guerre de Cent ans et de l’espace français.

9Au total, ce livre fournit de nombreux exemples, souvent riches et avec des approches inédites, pour initier de nouveaux travaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brice Rabot, « Routiers et mercenaires pendant la guerre de Cent ans. Hommage à Jonathan Sumption », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 124-1 | 2017, 154-156.

Référence électronique

Brice Rabot, « Routiers et mercenaires pendant la guerre de Cent ans. Hommage à Jonathan Sumption », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 124-1 | 2017, mis en ligne le 30 avril 2017, consulté le 24 mai 2017. URL : http://abpo.revues.org/3506

Haut de page

Auteur

Brice Rabot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page