Navigation – Plan du site
Compte-rendus

Breiz Atao ! Mordrel, Delaporte, Lainé, Fouéré : une mystique nationale (1901-1948)

David Bensoussan
p. 161-163
Référence(s) :

Carney, Sébastien, Breiz Atao ! Mordrel, Delaporte, Lainé, Fouéré : une mystique nationale (1901-1948), Rennes, PUR, coll. « Histoire », 2015, 608 p.

Texte intégral

1C’est une relecture particulièrement intéressante du nationalisme breton que propose Sébastien Carney dans cet ouvrage, solide pavé composé autour des parcours biographiques croisés de quatre de ses figures emblématiques. Au sein d’une bibliographie déjà très riche sur le sujet, il réussit, en effet, à apporter de nouveaux éclairages dont on peut déjà affirmer qu’ils vont s’avérer incontournables pour toute tentative de compréhension de ce mouvement dans la première moitié du xxsiècle.

2Au cœur de cette réussite, la rigueur d’une démarche biographique qui cherche, à travers ces parcours de vie, à éclairer l’histoire du mouvement breton en explorant les tréfonds de certains engagements individuels ainsi que les concours de circonstance qui les déterminent. Sébastien Carney fait alors de ces hommes les représentants d’une génération spécifique marquée par l’événement matriciel de la Grande Guerre. Trop jeunes pour l’avoir faite – Olivier Mordrel(le) est né en 1901, Raymond Delaporte en 1907, Célestin Lainé en 1908 et Yann Fouéré en 1910 – ces jeunes gens l’ont pourtant vécue, enfant ou adolescent, avec intensité tout comme ils ont ressenti durement, par la suite, le fait de ne pas y avoir participé, portant comme un fardeau l’héroïsme de leurs aînés. Cette frustration de ne pas avoir connu la guerre engendre chez eux un « complexe de Mars » qui les pousse alors à reporter leur ardeur sur la cause nationale bretonne. Si cette approche psychologique, comme clé de lecture, peut paraître parfois un peu systématique, notamment dans l’insistance qu’elle porte à leurs rapports avec père et mère, elle n’en permet pas moins de dépasser une approche purement idéologique de leur engagement nationaliste ouvrant ainsi de stimulantes perspectives.

3Dans la première partie qu’il intitule « rêves », Sébastien Carney étudie comment se construit l’identité bretonne de ces différents personnages pour lesquels elle n’a rien d’évident, ne serait-ce que parce qu’aucun d’entre eux n’a la langue bretonne comme langue maternelle. Loin donc d’une approche essentialiste de cette identité, si souvent agitée par les acteurs de l’emsav, hier comme aujourd’hui, il montre comment celle-ci prend corps chez ces jeunes gens, au lendemain de la Grande Guerre, dans un rapport conflictuel à des pères « devenus monuments écrasants » et dans une espérance de renouvellement des horizons politiques et intellectuels. Sorte de catharsis, la cause bretonne leur permet d’exprimer à la fois le rejet du monde matériel et sans âme que symbolise, pour eux, la France – la haine de la France pouvant être lue comme le rejet du père – et des aspirations spirituelles confuses où l’apologie de l’âme celtique se mêle à des considérations raciales appelées à devenir racistes. La Bretagne comme refuge donc, pour ces jeunes hommes qui trouvent ici le combat et les perspectives exaltantes dont ils se sentaient jusque-là frustrés. Sébastien Carney souligne cependant que si le nationalisme breton ouvre une voie, celle-ci est empruntée avec de nombreux tâtonnements et qu’elle n’opère pas, pour tous, de la même façon. On perçoit clairement, grâce à l’évocation de ces différentes trajectoires, notamment celle de Célestin Lainé, la complexité, les hésitations et les balbutiements de ces engagements nationalistes où les tensions psychologiques et les rêves romantiques agissent sans doute bien plus fortement que toute considération idéologique clairement établie. Ce qui compte est sans doute moins le but que la lutte elle-même. Il n’empêche que tous se retrouvent autour de Breiz Atao, organe emblématique du nationalisme breton, autour desquels vont s’organiser, tout au long de la période étudiée par l’auteur, leurs rapprochements, leurs rivalités et leurs divergences, parfois fortes, notamment sur la place que doit prendre le catholicisme dans le « relèvement » de la Bretagne. C’est du reste avec Breiz Atao que ces différentes personnalités informent sur le petit monde du nationalisme breton qui s’agite alors autant sur le plan intellectuel, par la création de multiples revues, que politiques par la création de plusieurs formes partisanes dont le Parti national breton (PNB) à la fin de l’année 1931. C’est ce moment que Sébastien Carney choisit pour replacer leur action dans le fourmillement des « relèves » et des « non conformistes » qui marque le paysage intellectuel, plus que politique, de la France et de l’Europe dans le projet d’une révolution conservatrice pensée comme une troisième voie. En invitant ainsi à dépasser le strict environnement de la Bretagne et en replaçant ces engagements nationalistes dans le cadre des « relèves », l’auteur propose ici des approches particulièrement novatrices qui font tout l’intérêt et l’originalité de son travail.

4Le passage du « rêve » aux réalisations qui se produit alors définit des « élévations » qui sont l’objet de la deuxième partie de l’ouvrage. Désormais, œuvrer pour « l’émancipation de la Bretagne » s’effectue de manière résolue autant dans une dimension politique radicale, symbolisée par l’attentat contre le monument de la place de la Mairie de Rennes, que dans une dimension intellectuelle où s’affirment de manière croissante les tropismes celtiques et nordistes. C’est dans ce contexte que certains tournent leurs regards vers l’Allemagne nazie dans la recherche et l’exaltation d’une mystique nationale. Si leurs engagements prennent parfois des formes plus pragmatiques, à l’exemple d’un Yann Fouéré et de son action en faveur de la promotion de la langue bretonne, la radicalisation et la racialisation de leurs convictions nationalistes, l’aspiration à la violence que développe, par exemple, Célestin Lainé, ouvrent la voie aux abjections qui vont caractériser leurs actes durant la Seconde Guerre mondiale.

5Cette dernière période est bien celle des « vertiges » qu’évoque dans sa troisième partie Sébastien Carney. Sans doute ici l’ouvrage est-il moins novateur tant l’attitude de l’emsav durant cette période a été parcourue avec intensité par l’historiographie. L’approche biographique ne renouvelle pas véritablement – mais était-ce possible ? – ce que l’on sait des actes de ces militants nationalistes pris dans l’ivresse d’une possible consécration de leur cause et de leur ego. Vertige donc qui les saisit devant la victoire des armées nazies et la défaite de la France abhorrée, vertiges entretenus par l’écoute attentive que leur offre, un temps, l’occupant et qui les conduit à la déclaration tonitruante d’un Conseil national de Bretagne, ne représentant qu’eux-mêmes, à Pontivy en juillet 1940. Si l’évolution de l’attitude des autorités nazies à leur égard est rapidement source de désenchantement, ils n’en cherchent pas moins, par tous les moyens, à se placer en position de pouvoir et d’influence sur fond de rivalités, parfois mises en scène. Il en est ainsi de la rivalité surjouée entre L’Heure bretonne dirigée un temps par Mordrel et La Bretagne que Fouéré prend en main. Mais le revirement de l’occupant plus désireux de ne pas froisser Vichy que de favoriser les nationalistes bretons oblige ces derniers à un repli sur soi porteur, là encore, de vertiges. Vertiges idéologiques d’une puissance rêvée où haine de soi et haine des autres se mêlent au mysticisme et à la violence pour déboucher, à la fin de la guerre, sur les compromissions les plus odieuses avec les nazis à l’instar d’un Lainé et de son unité Perrot. Vertiges crépusculaires que seul l’instinct de survie transcende dans la fuite honteuse puis la dissimulation avant que d’entreprendre, avec d’autres, une longue entreprise de réhabilitation non dénuée, il faut le regretter, d’une certaine réussite.

6Solidement établi sur des sources nombreuses et multiples, étayé par une solide bibliographie, l’ouvrage de Sébastien Carney renouvelle donc en profondeur et avec bonheur l’historiographie du nationalisme breton.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Bensoussan, « Breiz Atao ! Mordrel, Delaporte, Lainé, Fouéré : une mystique nationale (1901-1948) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 124-1 | 2017, 161-163.

Référence électronique

David Bensoussan, « Breiz Atao ! Mordrel, Delaporte, Lainé, Fouéré : une mystique nationale (1901-1948) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 124-1 | 2017, mis en ligne le 30 avril 2017, consulté le 27 juin 2017. URL : http://abpo.revues.org/3513

Haut de page

Auteur

David Bensoussan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page