Navigation – Plan du site
Compte-rendus

Histoire de Redon. De l’abbaye à la ville

Olivier Charles
p. 165-168
Référence(s) :

Pichot, Daniel, Provost, Georges (dir.), Histoire de Redon. De l’abbaye à la ville, Rennes, PUR/Société archéologique et historique d’Ille-et-Vilaine, 2015, 431 p.

Texte intégral

1Ce très élégant ouvrage collectif issu des actes d’un colloque organisé à Redon en octobre 2013 témoigne, s’il en était besoin, du savoir-faire des Presses universitaires de Rennes. Sa publication en coédition avec la Société archéologique et historique d’Ille-et-Vilaine permet en outre d’insister à nouveau sur la place qu’occupent les sociétés savantes bretonnes en matière de diffusion d’une partie de la recherche historique auprès du grand public. Le soutien de la Ville de Redon, du Conseil régional de Bretagne, celui de l’Association pour la protection du patrimoine historique de Redon, d’ailleurs à l’origine du projet de colloque, illustrent aussi ces synergies bretonnes fécondes au service de la connaissance dans un réel esprit d’ouverture et de collaboration avec les universitaires. Daniel Pichot, professeur émérite d’histoire médiévale à l’université Rennes 2, et son collègue Georges Provost, maître de conférences en histoire moderne, ont rassemblé une équipe associant historiens et archéologues afin de proposer une histoire de Redon renouvelée et résolument ancrée dans les problématiques récentes de l’histoire des villes. Illustration de ce que l’on peut appeler une histoire localisée et non pas seulement locale, elle vient incontestablement combler un vide historiographique longtemps dissimulé par le célèbre cartulaire qui certes fournit des éclairages exceptionnels pour les premiers temps de l’abbaye et de la ville mais a monopolisé « l’essentiel de la bibliographie récente » (p. 10).

2Au long de vingt-trois études très documentées, c’est toute l’histoire de Redon, de ses origines les plus lointaines – avant même la naissance de sa célèbre abbaye – à l’orée du xxie siècle, qui défile. Cette histoire est largement ouverte au patrimoine, qu’il soit naturel avec l’évocation du cadre hydrographique (chap. 1 : Marie-Josée Penven, Dominique Marguerie, « Les marais de Redon : la construction d’un paysage au fil des métamorphoses d’un fleuve »), monumental avec celle de l’abbaye (chap. 10 : Christophe Amiot, « L’abbaye Saint-Sauveur de Redon » et chap. 13 : Erwann Le Franc, « L’œuvre architecturale des bénédictins mauristes à l’abbaye de Redon »), mobilier avec celle des aménagements intérieurs de l’abbaye (chap. 14 : Roger Blot, « Dans l’abbatiale, le temps du mobilier »), immatériel avec celle de la fête de la châtaigne (chap. 23 : Martine Cocaud, « Les temps de la châtaigne. Du fruit nourricier à la fête de la Bogue »). Le recours aux ressources les plus neuves de l’archéologie permet quant à lui de restituer la lente mise en place du paysage de la basse vallée de la Vilaine et de son occupation (texte de Marie-Josée Penven, Dominique Marguerie, déjà cité mais aussi chap. 2 : Maurice Gauthier, Gilles Leroux, Arnaud Desfonds, Philippe Guigon, « Occupation protohistorique et réseau routier antique en aval de Redon »). Plus largement, l’ouvrage fait la part belle à la période médiévale objet de huit contributions, rayonnement de l’abbaye et cartulaire obligent, et aux temps modernes, étudiés par sept auteurs. Affaire de délais et/ou d’angle mort bibliographique, l’époque contemporaine semble un peu en retrait. Plusieurs encarts thématiques complètent avec bonheur le propos : « Redon en 1543 », « Redon, diocèse éphémère » et « Redon et la Grande Guerre » (Daniel Pichot), « Les Pèlerinages à Redon » (Daniel Pichot et Georges Provost), « Les abbés commendataires » (dont Richelieu) et « Les couvents de Redon » (Georges Provost), « L’exil de la Chambre des comptes à Redon » (Dominique Le Page).

3Les apports d’un tel livre sont par essence multiples et il n’est évidemment pas envisageable d’être exhaustif. On se contentera ici, rompant la logique chronologique qui est la sienne, d’évoquer quelques lignes de force qui structurent nombre de contributions et sont aussi les fils conducteurs dégagés par les directeurs de l’ouvrage. Le site et la situation de la ville, sa position de limite et de contact notamment, sont envisagés à chaque époque comme un facteur clé de son histoire en matière économique mais aussi politique ou religieuse. Ainsi, servie par sa position sur la Vilaine, « dont on a peine à imaginer aujourd’hui l’importance comme voie commerciale entre le proche Atlantique, la côte sud et l’intérieur de la Bretagne » (p. 198), la ville acquiert le statut d’avant-port de Rennes à la veille de la Révolution. La question de l’environnement naturel particulier dans lequel s’épanouit Redon ne peut donc elle non plus être éludée. Marais et considérations hydrographiques sont évoqués à plusieurs reprises sans être réduits à un simple arrière-plan, un cadre dans lequel se déploierait l’histoire de la ville. Au Moyen Âge, l’environnement aquatique est ainsi tout sauf répulsif et la ville étend son influence sur la basse Vilaine, notamment sur des marais qui « n’apparaissent donc ni putrides ni inhospitaliers » (p. 141) (chap. 8, Daniel Pichot : « Redon et l’eau, xive-xvie siècle »). Plus tard, à la fin de l’Ancien Régime, on comprend bien qu’ils constituent non seulement un espace aménagé mais aussi un espace convoité, au sein duquel les questions de délimitation, de mise en valeur, de conflits d’usage sont essentielles (chap. 17 : Sklaerenn Scuiller, « Les marais de Redon au xviiie siècle, un paysage de conflits »).

4Le rôle central de l’abbaye tout au long de ces 1 200 ans d’histoire est légitimement scruté, depuis sa fondation par Conwoïon au ixe siècle dans un contexte politico-religieux troublé (chap. 3 : Caroline Brett, « Redon, abbaye carolingienne ») jusqu’à sa seconde vie comme « haut-lieu de l’enseignement secondaire catholique dans l’Ouest au xixe siècle » recrutant dans tout l’ouest français sous la direction des Eudistes (chap. 21 : Gilbert Nicolas, « Le collège Saint-Sauveur de Redon »). Dès l’origine et assez rapidement, en s’appuyant sur son importante richesse foncière, l’abbaye a réussi à établir une vaste seigneurie ecclésiastique ainsi qu’un large espace d’échanges correspondant au bassin de la Vilaine (chap. 4 : Noël-Yves Tonnerre, « La puissance d’une abbaye carolingienne. Dominer la terre, dominer les hommes »). Soucieuse de s’insérer dans son environnement proche – local ou breton – Saint-Sauveur s’efforce en même temps de s’arrimer au monde franc. L’étude de sa production hagiographique et historiographique montre ainsi que, si son rayonnement culturel demeure limité, Saint-Sauveur est en revanche « perméable aux évolutions littéraires et diplomatiques (p. 96) » franques (chap. 5 : Claire Garault, « L’abbaye de Redon, entre horizon local et ouverture culturelle, ixe-xiie siècle »). Dans un autre domaine, pendant la période de la réforme « grégorienne », sous l’influence ambiguë des ducs de la maison de Rennes, les abbés, tout en insistant sur l’ancienneté et le prestige de leur abbaye et en mettant en valeur, de manière orientée certes, l’héritage carolingien, ont très tôt saisi tout l’intérêt qu’ils pouvaient retirer d’un rapprochement avec Rome (chap. 6 : Florian Mazel, « L’abbaye de Redon aux xie-xiie siècles. Entre mémoire carolingienne et réforme “grégorienne” »). Vient ensuite, entre le xiiie et le xve siècle, le temps du déclassement sous le double effet du renforcement de la tutelle ducale, que ce soit en matière judiciaire ou fiscale, et de l’accroissement de l’influence pontificale, perceptible notamment lors de l’élection des abbés (chap. 9, Vincent Corriol : « Après le cartulaire. L’abbaye Saint-Sauveur de Redon à la fin du Moyen Âge »). Plus tard, à partir de 1628 et après deux tentatives de réforme, « l’abbaye rejoint la dernière grande réforme bénédictine d’Ancien Régime, la congrégation de Saint-Maur (p. 201) ». Au cours des xviie et xviiie siècles, Saint-Sauveur se distingue par l’importance accordée aux travaux historiques – la préparation des matériaux de l’Histoire de Bretagne, par exemple –, à la querelle janséniste et gallicane, à la prédication (chap. 12 : Daniel-Odon Hurel, « Saint-Sauveur de Redon dans la congrégation de Saint-Maur »).

5Un ensemble de contributions permet de réfléchir plus spécifiquement au passage « de l’abbaye à la ville » suggéré par le sous-titre du livre. Le statut de la ville est alors interrogé. Aux époques médiévale et moderne, il s’agit d’étudier la vie dans une ville abbatiale depuis le moment où un centre urbain structuré s’est progressivement développé autour de son abbaye et de ses reliques. Son profil de ville portuaire et marchande au vaste arrière-pays, dominée par un pouvoir seigneurial monastique d’abord fort puis concurrencé par la montée en puissance de la communauté de ville, fait-il de Redon une ville atypique ou, au contraire, demeure-t-elle ordinaire ? La question est successivement abordée par Julien Bachelier (chap. 7 : « Redon du ixe au milieu du xive siècle. Du centre abbatial à la ville médiévale »), Philippe Hamon (chap. 11 : « Redon pendant la Ligue [1589-1598]. Profiter de la guerre civile ? »), Georges Provost (chap. 15 : « Vivre dans une ville abbatiale. Redon aux xviie et xviiisiècles ») et Philippe Jarnoux (chap. 16 : « Redon au xviiie siècle. Une ville banale ? »). Adhérant à la Révolution politique mais refusant la révolution religieuse (que l’on se souvienne du refus unanime du serment à la constitution civile par le clergé du district en 1790), la ville sera souvent le théâtre d’engagements en demi-teinte entre 1789 et 1799. Au cœur d’un pays blanc, l’action des patriotes de Redon se fait alors modérée afin de leur permettre de se maintenir et de rallier l’opinion publique (chap. 18 : Solenn Mabo, « La Révolution à Redon »). Après la Révolution, la donne change. Redon, en dépit de sa modestie, s’affirme comme une ville à part entière. Ainsi, dans le champ économique, à la charnière des xixe et xxe siècles, la petite ville portuaire, forte de ses fonctions administratives et économiques, s’adapte aux conséquences de « l’accélération simultanée de l’unification nationale, du processus d’industrialisation et de la mondialisation (p. 372) ». Si son port perd en importance à partir du milieu des années 1880, sa population continue à croître pour atteindre 6 500 habitants en 1930 (chap. 20, Pascal Burguin : « Redon du début du xixe siècle à la fin des années trente. Petite ville ou grand port ? »). Sur le plan politique, Redon accueille un sous-préfet qui, entre 1848 et 1914, s’affirme comme un personnage clé. De fait, avant la Première Guerre mondiale, à cause de la situation géographique de la ville et de son implantation dans un « petit arrondissement réactionnaire (p. 351) », le poste n’a rien d’une sinécure. D’ailleurs, sur le long terme, sous l’Empire ou en République, les sous-préfets contribuent par leur action à insérer la ville dans le jeu régional et/ou national (chap. 19 : Jean-François Tanguy, « Les sous-préfets de Redon aux premiers temps du suffrage universel, 1848-1914 »). Mais il faudra attendre les lois de décentralisation de 1982 pour que la ville tire vraiment profit de sa situation aux confins de trois départements et de deux régions. Ville bleue jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, elle passe ensuite à droite. Un temps dans le giron de la gauche suite à la détérioration de sa situation économique (1983-1995), elle échoit au libéral Alain Madelin, par ailleurs conseiller général du canton de Redon, vice-président du conseil régional et ministre de l’économie et des finances (chap. 22 : Jacqueline Sainclivier, « Redon : une ville bleue ? »).

6Au fil des communications, des documents clés sont reconsidérés et réinterprétés au prisme des recherches actuelles. Déjà publiés et bien connus des historiens et des amateurs éclairés, le cartulaire du ixe siècle (Cartulaire de l’abbaye Saint-Sauveur de Redon, édition en fac-similé, Rennes, Association des Amis des Archives historiques des diocèses de Rennes, Dol et Saint-Malo, 2 volumes, 1998-2004, 376 p. et 177 p.) et le Manuscrit de la Vilaine du xvie siècle (Mauger, Michel [dir.], En passant par la Vilaine, de Redon à Rennes, Rennes, Apogée, 1997, 94 p.) sont ainsi présentés au plus grand nombre. Par ailleurs, plusieurs études ouvrent de nouvelles pistes de recherche, dont on ne citera que quelques-unes. Par exemple, Florian Mazel rappelle que l’étude systématique des actes faux ou interpolés du cartulaire reste à faire (p. 101). Dans un autre registre, Philippe Hamon pose au travers du cas redonnais la question des stratégies mises en œuvre par les autorités urbaines en temps de guerre civile : au-delà de l’engagement dans un camp, comment préserver les intérêts d’une ville et de sa population ? Quant à Daniel-Odon Hurel, s’appuyant sur la matricule de la congrégation de Saint-Maur, il propose une première prosopographie des Mauristes de Redon. S’interrogeant sur la place de Saint-Sauveur et de ses religieux au sein de la congrégation et sur celle de la prédication de l’abbaye dans la ville, il en appelle au dépassement d’une historiographie vieillie et à une micro-histoire du monastère (p. 217), notamment entre le concile de Trente et l’introduction des Mauristes.

7Cette Histoire de Redon prend place avec bonheur dans la bibliothèque d’histoire urbaine publiée aux Presses universitaires de Rennes, aux côtés, par exemple, de l’Histoire de Rennes (Aubert, Gauthier, Croix, Alain, Denis, Michel [dir.], 2006, 296 p.) ou de Villes de Bretagne. Patrimoine et Histoire (Andrieux, Jean-Yves [dir.], 2014, 383 p.). Comme ces derniers, l’ouvrage est riche d’illustrations de différentes natures (photographies d’édifices et d’objets, cartes, plans, portraits, reproductions de manuscrits) toujours contextualisées et commentées. Même si l’on n’échappe pas à quelques redites – mais n’est-ce pas la loi du genre ? – le livre est évidemment précieux pour les Redonnais curieux de l’histoire de leur ville mais aussi stimulant en tant que possible modèle pour d’autres histoires de villes. Une bibliographie sélective permet en outre de compléter les notes accompagnant chacun des articles. Diffusion des derniers acquis de la recherche, ouverture vers d’autres chantiers : le double défi des directeurs de l’ouvrage – clairement formulé dès l’introduction par Daniel Pichot et Georges Provost (« Pour une histoire de Redon ») – est assurément relevé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Charles, « Histoire de Redon. De l’abbaye à la ville », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 124-1 | 2017, 165-168.

Référence électronique

Olivier Charles, « Histoire de Redon. De l’abbaye à la ville », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 124-1 | 2017, mis en ligne le 30 avril 2017, consulté le 27 juin 2017. URL : http://abpo.revues.org/3516

Haut de page

Auteur

Olivier Charles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page