Navigation – Plan du site
Chronique

Chronique des archives du Grand Ouest 2015

p. 169-206

Plan

Haut de page

BRETAGNE

Archives départementales du Finistère

Archives départementales du Finistère
Site de Quimper
5 allée Henri-Bourde-de-La-Rogerie, cité administrative de Ty Nay – 29 000 Quimper
Téléphone : 02 98 95 91 91 – Télécopie : 02 98 95 31 69
Annexe de Brest
1 rue Jean-Fouchet – 29 200 Brest
Téléphone : 02 98 03 16 14 – Télécopie : 02 98 47 69 40
e-mail : archives.departementales[@]finistere.fr
Site internet : http://www.archives-finistere.fr Heures d’ouverture : site de Quimper, du lundi au vendredi de 8 h 30 à 17 h 00
(dernière levée des documents à 16 h 00). Fermeture le dernier vendredi du mois.
site de Brest, lundi-mercredi de 9 h 00 à 12 h 00 et de 13 h 00 à 17 h 00 (dernière levée des documents à 16 h 30). Fermeture les jeudis et vendredis

1) Enrichissement des collections

Archives publiques

La collecte des archives notariales s’est poursuivie activement. Les archives de neuf études ont ainsi pu être collectées, pour les cantons de Pont-Aven, Pont-Croix, Pont-l’Abbé et Quimper.

Pour les archives contemporaines, on signalera le versement de 335,50 mètres linéaires, dont des dossiers d’installations classées de la Préfecture, des archives des sous-préfectures de Brest et Châteaulin et du tribunal d’instance de Morlaix ; pour le Conseil départemental, les versements concernent pour l’essentiel des services à compétence sociale (insertion et lutte contre l’exclusion, centres départementaux d’action sociale).

Archives privées

Plusieurs fonds privés, de faible volume, sont entrés en 2015. On citera notamment :

  • fonds du manoir de Quillien en Pleyben (220 J) : il s’agit d’un supplément à un fonds plus important déjà inventorié ;

  • fonds de l’Amicale de Neuengamme (233 J) : il s’agit d’un complément à ce fonds très intéressant d’une association d’anciens déportés ;

  • fonds Yves Pascal Castel (245 J) : notes et travaux de cet historien de l’art spécialiste de l’orfèvrerie ;

  • fonds de l’entreprise Bosson, de Carhaix (246 J) : il s’agit des archives du dernier gérant de cette entreprise textile, dont les archives sont désormais conservées par la mairie de Carhaix-Plouguer ;

  • fonds de l’entreprise Le Roy, de Plouigneau (247 J) : ce petit fonds contient des plans de travaux réalisés par cette entreprise du bâtiment, ainsi qu’un petit dossier de documents datant de la Seconde Guerre mondiale ;

  • fonds Joseph Philippe (248 J) : notes, croquis, travaux de cet érudit originaire de Plomelin, historien et archéologue.

La collecte des archives privées de la guerre 1914-1918 s’est poursuivie.

Par ailleurs, une campagne de collecte des archives privées de la guerre 1939-1945 a été lancée, sur le modèle de la Grande Collecte. Elle a débuté le 18 juin 2015. Parmi les dons ou prêts pour numérisation, on signalera tout particulièrement le don d’un témoignage oral, le premier de ce type aux Archives du Finistère (témoignage de Jean Ansquer, marin [1 Num 76], consultable en ligne).

A été signée en novembre 2015 une convention avec la Fondation du patrimoine pour faciliter la mise en ligne de leurs documents numérisés relatifs à la Seconde Guerre mondiale appartenant aux fonds et collections des Archives du Finistère sur le site Internet Musée de la Résistance en ligne.

Archives iconographiques et audiovisuelles

Les Archives du Finistère poursuivent leurs acquisitions de cartes postales, photographies, dessins. On signalera tout particulièrement le fonds Bedel-du-Tertre, fonds constitué de plaques de verre et de films, créés par un télégraphiste de Brest et concernant le Finistère, la Bretagne et la Normandie.

2) Instruments de recherche et publications

Les Archives départementales du Finistère ne publient plus d’instruments de recherche au format papier, mais continuent de poursuivre leur effort de normalisation et de publication des instruments de recherche électroniques.

A été publié en novembre 2015 un ouvrage consacré à l’iconographie du littoral finistérien, Bretagne du bout du monde : 150 ans de photographie du littoral en Finistère, par Florence Lehoux, chargée des collections iconographiques. Il met en valeur les nombreux classements de fonds photographiques réalisés depuis une dizaine d’années.

3) Échos et nouvelles

Site internet

En 2015, la fréquentation du site est chiffrée à 5 381 497 pages vues pour 737 330 visites, ce qui représente une augmentation par rapport à l’année précédente (2 056 000 pages vues pour 364 500 visites).

Le site Internet, pour sa partie éditoriale, a connu une évolution de son ergonomie ; celle-ci devrait se poursuivre en 2016.

Fréquentation de la salle de lecture

Le nombre total de communications pour 2015 a été de 19 402, moins que l’année précédente (20 582). Le nettoyage des collections encore en cours explique cette diminution, la grande majorité des collections n’étant toujours pas disponible en 2015.

1 515 lecteurs ont été inscrits en 2015 : on notera là aussi une diminution par rapport à l’année précédente (1 709).

Archivage électronique

Les Archives du Finistère ont accompagné plusieurs projets de dématérialisation menés par le Conseil départemental : dématérialisation des dossiers des élus dans le cadre de la dématérialisation des flux comptables, dématérialisation des dossiers des assistantes maternelles. Ceci a été l’occasion de définir avec les services concernés le cycle de vie des données et des métadonnées associées, pour la gestion fonctionnelle et archivistique.

Les projets de dématérialisation étant de plus en plus nombreux dans la collectivité, une formation co-animée par les Archives, la direction des systèmes d’information et la mission e-administration a été mise en place.

Numérisation

La numérisation des registres d’état civil a commencé ; le Finistère accuse un certain retard en ce domaine et la demande reste forte. Près d’1,4 million de vues ont été ainsi produites pour ces documents. Par ailleurs, la numérisation des registres matricules s’est poursuivie, ce qui a permis la mise en ligne des registres des classes 1860 à 1921 incluse. Les dénombrements de population de 1931 ont également été numérisés.

En interne, l’atelier de numérisation continue la reproduction de nombreux documents iconographiques pour le site Internet. Par ailleurs, le photographe du service a réalisé au cours de l’année 2015 un reportage photographique sur les bâtiments de l’ancienne Manufacture des tabacs de Morlaix. À la fin de l’année, le service a été équipé d’un banc de numérisation, dont l’utilisation a commencé en 2016.

Archives départementales d’Ille-et-Vilaine

Archives départementales d’Ille-et-Vilaine
Adresse postale : Direction des Archives et du Patrimoine
1, rue de la préfecture, CS 2418 – 35 041 Rennes Cedex 1
Adresse topographique : 1 rue Jacques-Léonard – 35 000 Rennes
Téléphone : 02 99 02 40 00 – Télécopie : 02 99 02 40 01
E-mail : archives[@]cg35.fr Site internet : www.archives35.fr Heures d’ouverture : du lundi au vendredi de 9 h 00 à 17 h 00 (sauf le 1er lundi de chaque mois)
(Fermeture annuelle la première quinzaine d’août)

Pour une première approche des fonds, consulter :
Guide des archives d’Ille-et-Vilaine, tome 1, volume 1, 1994
(fonds antérieur à la Révolution) et le site internet (rubrique Rechercher)

1) Enrichissement des collections

Archives publiques

La saturation des magasins est une contrainte forte pour la collecte. En 2015, les entrées en archives publiques contemporaines ont donc été réduites (431 m linéaires). L’accent est toujours mis sur les missions de conseil, de formation, d’expertise et de contrôle auprès des producteurs d’archives publiques.

Parmi les sujets approfondis, on peut signaler l’élaboration de la charte d’archivage de la Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale et celle de la Direction départementale de la sécurité publique ; la participation au comité de pilotage sur l’archivage du dossier « patient » au centre hospitalier Guillaume-Régnier ou encore le suivi des projets touchant à l’archivage électronique.

Les visas d’élimination réglementaire ont été donnés en 2015 pour près de 16 900 m linéaires d’archives publiques.

Parmi les entrées, on peut signaler le dépôt du fonds de l’Institut d’études supérieures d’industrie et d’économie laitières (IESIEL) (1945-2008), les premiers versements (18 m linéaires) de l’ONEMA (office national de l’eau et des milieux aquatiques), ainsi que la poursuite des versements des services de la Direction régionale de l’agriculture, de l’alimentation et de la forêt consacrés aux territoires (28 m linéaires) qui contribueront à enrichir les fonds sur l’environnement.

La politique de collecte des archives notariales s’est poursuivie et a permis l’entrée de 7 nouveaux versements, dont les minutes des dernières études du département qui n’avaient jamais effectué de versement (Dinard notamment).

Archives privées

109 m linéaires d’archives privées sont entrés en 2015, dont les principales sont, dans le pôle des archives du spectacle, les fonds de l’ADEC (maison du théâtre amateur) (258 J), de l’association dissoute Arts vivants en Ille-et-Vilaine (259 J), du comédien Jean Beaucé (268 J), et, par ailleurs, les fonds Camille Le Mercier d’Erm, militant breton (260 J), Union bretonne de la race bovine « Pie noire » (263 J), château de la Jaroussaye en Janzé (264 J), Ligue de l’Enseignement (265 J), Mémorial départemental d’AFN (266 J), ainsi que le fichier de l’abbé Guillaume, dialectologue de Haute-Bretagne (267 J) et une généalogie armoriée du xviie siècle de la famille Sévigné, acquise avec l’aide du Service interministériel des Archives de France.

Fonds iconographiques

En matière d’iconographie, l’essentiel des entrées s’est fait cette année encore sous forme de dons. À noter particulièrement une jolie collection de près de 400 lithographies de personnalités ayant un lien avec la Bretagne et des plaques de verre de Louvigné-du-Désert (Fonds Gouyet).

Bibliothèque

La bibliothèque a continué de s’enrichir (439 ouvrages achetés en 2015) et a reçu une centaine de revues scientifiques.

2) Instruments de recherche

En matière d’archives anciennes, les juridictions seigneuriales du supplément de la sous-série 4B (4B 1 à 54 sauf 4B 14) ont fait l’objet d’un reclassement sommaire.

En ce qui concerne les archives modernes (1800-1940), outre la poursuite du classement des minutes notariales, la priorité a été donnée à la poursuite du traitement des archives judiciaires : classement de plus de 170 m linéaires d’archives des tribunaux de première instance de Fougères, Montfort et Redon. Ont été également classés des documents transférés des fonds contemporains, notamment les dossiers d’association dissoutes, cotées en 4 M, et quelques dossiers du xixe siècle provenant de la DDTM/STE de Fougères, relatifs notamment à la voirie vicinale (sous-série 3 O).

Les minutes de onze études notariales, du xviiie siècle à 1940, ont été classées.

Pour les archives postérieures à 1940, les traitements de 2015 ont permis la réalisation de 96 instruments de recherche et la mise à ligne de près de 6 000 notices descriptives. Dans ce contexte, le programme de rétroconversion d’instruments de recherche non encore accessibles en ligne jusqu’à présent se poursuit.

L’achèvement de la publication électronique du guide des sources de la Première Guerre mondiale a encore été un point fort de l’année : création d’un site pouvant accueillir à terme d’autres guides [http://histoirealasource.ille-et-vilaine.fr/]. Il s’agit d’un outil innovant conçu pour faciliter la recherche (les notices sont interrogeables de plusieurs façons : au moyen d’un moteur de recherche unitaire, en plein texte, par mot clé, avec possibilité de filtrer les résultats en temps réel grâce à un système de facettes présentant des notices géolocalisées, ou encore de naviguer en suivant les liens proposés) ; c’est aussi un outil qui offre de nombreuses ressources à l’internaute encouragé à participer (panier téléchargeable et annotable, invitation à signaler des sources ou à constituer sa propre exposition en ligne). Des illustrations en nombre, une boîte à outils proposant des ressources complémentaires contribuent également à valoriser l’instrument de recherche.

En 2015, plus de 450 m linéaires de fonds postérieurs à 1940 ont été classés, notamment les fonds judiciaires (157 m linéaires) et de l’équipement (plus de 100 ml, notamment de permis de construire). La résorption des arriérés des fonds de la préfecture est en bonne voie (près de 90 m linéaires traités concernant les associations, les élections, l’aménagement foncier), ainsi que ceux de l’hôpital de Rennes (1810-2006) pour lequel plus de 22 m linéaires concernent tant les travaux, la gestion de l’hôpital que les archives médicales.

Parmi les autres fonds, on peut signaler le traitement inhabituel des « répertoires des points géodésiques de la région Bretagne, 1954-1976 » et des photographies aériennes prises pour les chantiers de « remaniement » (1978-2008) réalisés par la brigade régionale foncière de Rennes qui opère sur les dossiers du remembrement.

En matière d’archives privées, la plupart des fonds entrés ont fait l’objet d’inventaires peu de temps après leur arrivée aux Archives. À noter les classements des fonds Max Jonin, naturaliste (245 J), Hervé Chouinard, architecte (246 J), Association Buhez des musées de société de Bretagne (251 J), ADEC (258 J), Camille Le Mercier d’Erm (260 J).

Pour les archives communales, onze communes ont procédé au classement de leurs archives : Billé, Bourg-des-Comptes, La Chapelle-aux-Filtzméens, Châtillon-en-Vendelais, Mecé, Meillac, Messac, Plesder, Rannée, Saint-Marc-le-Blanc, Le Sel-de-Bretagne, Vieux-Vy-sur-Couesnon (env. 365 m linéaires). Les structures suivantes : syndicat mixte du pays de Brocéliande, communauté d’agglomération du pays de Saint-Malo, communauté de communes du canton de Maure-de-Bretagne et Coglais communauté, syndicats intercommunaux des eaux du Coglais, de Messac-Guipry et de Beaufort, syndicat intercommunal d’aménagement de la Minette et de la Loisance, établissement hospitalier pour personnes âgées et dépendantes (EHPAD) des Loriettes à Martigné-Ferchaud, établissements d’accueil (petite enfance et personnes âgées) du centre intercommunal d’action sociale (CIAS) de Mordelles (env. 200 m linéaires.) se sont également dotés d’instruments de recherche règlementaires. Par ailleurs, les mises à jour des instruments ont permis le classement de près de 580 m linéaires d’archives. Le métrage total des éliminations d’archives communales et intercommunales s’élève à 1 354 m linéaires.

3) Échos et nouvelles

Service éducatif

Le service éducatif des Archives départementales a reçu 2 077 élèves en 2015, de l’école primaire au lycée, pour des visites du bâtiment et des ateliers pédagogiques, animés par trois professeurs (arts plastiques, histoire, français). Le service éducatif a tout au long de l’année scolaire proposé diverses ressources aux enseignants comme les expositions itinérantes, la mallette pédagogique ou encore l’atelier calligraphie qui a, cette année encore, confirmé son attrait.

Fréquentation de la salle de lecture

En 2015, la salle de lecture a enregistré une baisse de fréquentation avec 1 585 lecteurs (soit 5 700 séances de travail et 20 069 communications d’archives). Mais les périodiques, ouvrages, microfilms, documents numériques, sonores ou audiovisuels ne sont pas comptabilisés et la salle de lecture virtuelle sur Internet reste très fréquentée. Parallèlement à cette activité, 1 036 recherches par correspondance ont été traitées avec toujours une forte proportion de demandes liées au droit du sol (entre 30 et 40 % du total).

Internet et nouvelles technologies

2015 a été une année charnière pour l’aboutissement de dossiers importants sur le volet numérique du centenaire de la Première Guerre mondiale avec le travail de fond sur des outils innovants (web documentaire « Classe 1914 » et le guide des sources, cf. supra).

Toujours dans le domaine numérique, les Archives départementales d’Ille-et-Vilaine ont participé, en mars, à un hyblab qui est un marathon numérique avec des étudiants de différentes formations (INSA, Sciences Po, Rennes 2 et LISAA) destiné à créer des contenus éditoriaux en donnant du sens à des données numériques. Ce dernier était consacré aux « archives 2.0 » et les résultats peuvent être consultés en ligne à l’adresse suivante : [http://www.hyblab.fr/archives-3/hyblab-archives-rennes/].

On peut également retenir le succès des Journées européennes du patrimoine avec plus de 1 000 visiteurs sur deux après-midis dans le bâtiment des Archives départementales. Un aperçu de la manifestation en vidéo est possible à partir de ce lien : [https://vimeo.com/144871005].

Conservation matérielle et restauration

L’ensemble de la sous-série 3 Q (plus de 21 000 articles) est dorénavant muni d’un état sanitaire à jour et environ 30 000 cartes postales (sous-série 6 Fi) ont été conditionnées de manière définitive.

Plus de 7 000 feuillets d’archives ont été restaurés, dont 4 500 par les restaurateurs in situ. La contribution des Archives départementales à l’exposition « Les tentures du Parlement de Bretagne » du musée des beaux-arts de Rennes s’est traduite par le prêt et la restauration de nombreux dessins du fonds Laloy.

Numérisation

Près de 200 000 pages et images ont été numérisées, ce qui permet d’estimer l’ensemble des ressources numérisées à 7 500 000 unités, dont 6 800 000 sont en ligne. Parmi les fonds numérisés cette année, on peut mettre en avant les dossiers de l’ASE (aide sociale à l’enfance), les états de sections du cadastre des communes d’Ille-et-Vilaine (sous-série 3 P), les dons d’archives liés au centenaire de la Grande Guerre, les registres non communicables (de par leur état physique) de l’Enregistrement (sous-série 3 Q).

Exposition et publications

De juin à octobre 2015, a eu lieu le 8e rendez-vous du cycle « Bande dessinée et histoire » autour du monde ouvrier de 1935 à 1945 : Ouvrier. Des usines et des hommes en Ille-et-Vilaine (1935-1945), à partir de deux bandes dessinées de Bruno Loth, Apprenti. Mémoires d’avant-guerre et Ouvrier. Mémoires sous l’Occupation.

Le thème de la Grande Guerre s’est prolongé en 2015 avec la présentation de l’exposition itinérante Archives & histoire no 5. La Grande Guerre en février à Sixt-sur-Aff et en mai à Beaucé avec le livret d’accompagnement.

Enfin, signalons la parution d’un nouvel ouvrage de la collection « Patrimoine industriel d’Ille-et-Vilaine », Le lait dans tous ses états. Laiteries, beurreries, fromageries d’Ille-et-Vilaine, à partir du fonds documentaire et de la collection de Maurice Lécrivain.

Archives départementales du Morbihan

Archives départementales du Morbihan
80 rue des Vénètes – 56 010 Vannes cedex
Téléphone : 02 97 46 32 52
e-mail : archives[@]morbihan.fr
Site internet : www.archives.morbihan.fr Heures d’ouverture : du lundi au vendredi 9 h 00-17 h 30
Fermeture mensuelle le 2e mercredi matin de chaque mois
Fermeture annuelle du 15 au 31 décembre

1) Enrichissement des collections

Archives publiques

En 2015, un peu plus d’un kilomètre linéaire d’archives publiques est entré aux Archives départementales du Morbihan. Il est à noter que 17 fonds d’archives communales ont été déposés représentant 65 m linéaires.

Parmi les versements et dépôts pris en charge sur cette période, on peut noter les ensembles suivants :

  • commissariats de Vannes, Ploemeur, Lorient (2039 W, 2060 W, 2061 W, 2077 W) : dossiers d’enquêtes individuelles, mains courantes, registres de consignes, dossiers d’organisation des commissariats…, 1950-2009, 21 m linéaires ;

  • inspection du travail (2102 W) : dossiers des inspecteurs du travail pour le secteur de Vannes, 1952-2006, 59 m linéaires ;

  • quartier des affaires maritimes d’Auray (2059 W) : cadastre conchylicole, 1880-1990, 10 m linéaires ;

  • hôpital de Vannes (24 H-dépôt) : archives de l’hôpital, 1800-2000, 80 m linéaires ;

  • commune de Loyat (3 ES 122) : registres paroissiaux et d’état civil (1669-1879) et d’autres archives (1808-1975) relatives notamment à l’administration générale de la commune, à la population, au cadastre, aux périodes de guerre, aux élections, aux finances et à l’assistance, 1669-1975, 11,70 m linéaires.

Archives privées

En 2015, 158 m linéaires d’archives privées ont intégré les collections des Archives départementales.

Parmi les fonds collectés, il faut signaler :

  • cartes postales (9 Fi) : plus de 3 500 cartes postales des xixe et xxe siècles ont été acquises en 2015 pour compléter la sous série 9 Fi ;

  • fonds du château de Kerguéhennec (142 J) : plusieurs liasses de ce fonds, autrefois déposé aux Archives départementales, ont été acquises en 2015, 0,2 m linéaire ;

  • fonds Gosselin (218 J), architecte qui a exercé à Carnac entre 1981 et 2012, 115 m linéaires.

2) Instruments de recherche et publications

En 2015, 1 304 m linéaires ont été classés et 138 instruments de recherches ont été produits.

Sur ce total, les archives contemporaines représentent 876 m linéaires et 91 instruments de recherche qui ont été mis en ligne sur le moteur de recherche des Archives départementales, parmi ceux-ci on peut citer :

  • fonds des tribunaux de grande instance de Lorient et Vannes (29 instruments de recherche produits, 464 m linéaires) : tous les fonds versés par ces deux juridictions sont aujourd’hui classés ;

  • fonds du commissariat d’Hennebont (1998 W), 1940-1972, 32 m linéaires ;

  • fonds du service des phares et balises concernant Belle-Île (2111 W), 1950-2006, 5 m linéaires ;

  • fonds du quartier maritime d’Auray, cadastre conchylicole (2059 W), 1930-1980, 52 plans.

Pour les séries anciennes, communales, hospitalières et modernes, 379 m linéaires ont été classés. Parmi les instruments de recherche publiés, trois se distinguent particulièrement :

  • fonds de l’asile départemental d’aliénés de Saint-Avé (20 H-dépôt), xixe-xxe siècles, 177 m linéaires ;

  • fonds des anciens combattants et victimes de guerre (3 R), 1792-2006, 79 m linéaires ;

  • fonds de la sénéchaussée de Rhuys (7 B), 1454-1792, 23 m linéaires.

11 dossiers portant sur l’histoire locale ont été publiés sur le site internet des Archives départementales, suivant le rythme d’un dossier par mois, avec un dossier pour les mois de juillet-août.

3) Échos et nouvelles

Expositions

L’exposition multimédia Les Morbihannais dans la guerre 14-18, inaugurée en 2014 a été présentée au public jusqu’au 20 septembre 2015. Cette exposition avait pour objectif de revenir sur la manière dont les habitants du département ont vécu le conflit sur le front aussi bien qu’à l’arrière. Elle a réuni en 2015 un peu plus de 3 200 visiteurs, dont 1 335 scolaires. Un cycle de 7 conférences a été organisé pour accompagner la découverte de l’exposition et l’approfondir.

L’exposition Chouannerie(s), consacrée aux insurrections qui ont profondément marqué le département entre 1791 et 1815, a été présentée à partir du 15 octobre et a accueilli 742 visiteurs sur la fin de l’année 2015. Un catalogue de 112 pages a été publié pour prolonger l’expérience offerte par l’exposition.

Parallèlement, les Archives ont mis, gratuitement, à disposition des collectivités locales, des établissements scolaires et des organismes culturels et éducatifs 19 expositions préalablement présentées dans leur hall. En 2015, les Archives du Morbihan ont ainsi réalisé 22 prêts d’expositions. Près de 9 400 personnes les ont visitées sur la période.

La lettre d’information des Archives départementales, intitulée Les coulisses de l’histoire, a continué à paraître deux fois par an en janvier et en juillet.

Activités pédagogiques

Le service éducatif sensibilise un grand nombre d’élèves morbihannais au travers de multiples activités sur site (ateliers, travaux sur documents, visites du bâtiment et des expositions…) ou hors les murs (archivobus dont l’objectif est d’organiser des ateliers et séances de travaux dirigés dans les collèges, expositions itinérantes, activités pédagogiques en ligne). Ainsi, pour la période, un total de 5 941 élèves a pu bénéficier de l’action pédagogique des Archives départementales.

En lien avec l’exposition Chouannerie(s), un jeu de société éducatif a été créé à destination des élèves de 4e. Chaque groupe d’élève y joue le rôle d’un député qui doit se rendre aux États Généraux en 1789. La progression se fait en répondant à des questions sur la Révolution française.

En 2015, le parcours de découverte des sources judiciaires et fiscales, Enquêtes d’archives, initié en 2014 à destination des étudiants en L2-L3 de droit à l’université de Bretagne Sud (Vannes) a été poursuivi.

Fréquentation de la salle de lecture – site Internet

Le rebond entrevu en salle de lecture en 2013 ne s’est pas confirmé en 2015. Le nombre de lecteurs reste en légère baisse avec 1 468 inscriptions en 2015. Cette même tendance se retrouve au niveau des communications (19 397 en 2015) et des séances (3 737 en 2015).

Quatre ateliers recherche (présentation du fonds de la sénéchaussée de Rhuys, des ressources numériques du service, des sources pour faire l’histoire d’une maison ou pour rechercher un ancêtre chouan) ont été proposés en 2015.

La fréquentation de la salle de lecture virtuelle s’est ralentie en 2015 après une année 2014 exceptionnelle. Celle-ci demeure tout à fait solide avec un peu plus de 187 500 visiteurs pour un total de quelque 744 500 connexions.

Numérisation

Les Archives du Morbihan ont poursuivi en 2015 leurs travaux de numérisation : les registres matricules des classes 1913-1921 ont été numérisés et mis en ligne. L’ensemble des registres des classes 1867-1921 est aujourd’hui accessible via le site internet des Archives départementales.

Les classes 1887-1921 ont été indexées nominativement. 14 champs ont été retenus pour cette indexation qui permettra en 2016 de retrouver un soldat en interrogeant son nom, sa profession, son lieu de naissance ou de résidence.

Parallèlement, les travaux de numérisation en interne ont été développés et plusieurs ensembles ont été traités : fonds iconographiques (cartes postales, photos anciennes), poursuite de la numérisation des listes de recensement de population (1805-1911).

Archives municipales de Rennes

Archives municipales de Rennes
18, avenue Jules-Ferry, CS 63126 – 35031 Rennes cedex
Téléphone : 02 23 62 12 60 – Télécopie : 02 23 62 12 69
e-mail : archives[@]ville-rennes.fr
Site internet :  www.archives.rennes.fr Heures d’ouverture : le lundi 13 h 30-17 h 00, mardi, mercredi et vendredi 9 h 00-12 h 30 et 13 h 30-17 h 00, jeudi 9 h 00-17 h 00 en continu

1) Enrichissement des collections

Archives publiques

Après les entrées conséquentes liées au renouvellement de l’équipe municipale en 2014, la collecte a retrouvé en 2015 son niveau des années précédentes, soit un peu plus de 400 mètres linéaires.

L’année a été marquée par une collecte singulière, à l’initiative de la maire de Rennes : celle des messages et objets déposés par les Rennais devant l’hôtel de ville, après les attentats de janvier et de novembre. Classées, numérisées, ces archives sont pour partie mises en ligne sur la page « Mémoire des attentats » sur le site internet des Archives de Rennes [http://www.archives.rennes.fr/archives-et-inventaires/actualite-des-fonds/memoire-des-attentats-2015/]. Elles sont également présentes sur la plateforme internationale développée par l’université de Harvard [http://cahl.io].

Parmi les entrées plus traditionnelles, citons celle des archives de l’ancien directeur général de la ville, Gilles Suignard, qui a quitté ses fonctions à l’automne 2014. Ce versement apporte le point de vue de l’administration, constituant un complément intéressant aux archives politiques issues du cabinet du maire en 2014. Des axes de collecte prioritaire ont par ailleurs été définis, qui consistent en une collecte active des documents essentiels pour l’histoire de la ville. Cette politique s’est concrétisée en 2015 par plusieurs versements. Les archives de l’Écomusée du pays de Rennes ont également rejoint les Archives de Rennes. Outre quelques dossiers relatifs à la création de l’établissement, le fonds comporte les archives des expositions depuis les années 1990. Le traitement en cours d’un versement de la direction de la communication doit par ailleurs être souligné. Cet important travail de tri et d’identification concerne plusieurs dizaines de milliers de clichés, négatifs et diapositives, qui illustrent la vie municipale pour la période 1989-2005. Enfin, la collecte de témoignage d’anciens responsables de l’administration municipale se poursuit. Directeur de la commande publique pendant de nombreuses années, Bernard Tual a ainsi apporté sa vision de l’évolution de la politique d’achat public de la collectivité.

L’année 2015 a également été marquée par un important travail sur les archives anciennes, plus particulièrement sur les finances et contributions d’Ancien Régime. Des documents, isolés jusqu’alors dans un supplément, ont été réintégrés dans leur série de destination (série CC), conduisant à la refonte de l’inventaire préexistant. Ces archives, sources précieuses pour connaître l’évolution de la ville du xve siècle à la Révolution, sont aujourd’hui plus accessibles grâce à un plan de classement hiérarchisé. La série CC se compose principalement de documents comptables et fiscaux produits par l’administration municipale, ducale et royale : comptes des miseurs (le plus ancien date de 1418), pièces justificatives et pièces à l’appui des comptes, rôles des contributions. Ils présentent un intérêt particulier pour qui souhaite écrire l’histoire administrative, économique, urbaine et sociologique de Rennes.

Fonds privés

En 2015, plus de 1 300 pièces, soit environ 4 mètres linéaires, sont entrées par voie extraordinaire aux Archives de Rennes. Signalons notamment les archives de Gaëtan Cayol, directeur de l’Opéra de Rennes pendant l’entre-deux-guerres, entrées sous forme de don numérique. Ces documents illustrent sa vie professionnelle et familiale : lettres, photographies de représentations ainsi qu’une série exceptionnelle de photographies dédicacées d’artistes venus se produire entre 1926 et 1941 sur la scène de l’opéra. Elles viennent enrichir les archives publiques administratives déjà conservées, tels les programmes des saisons théâtrales. Dans le domaine artistique, citons également le don d’une cinquantaine de photographies de la Comédie dramatique de l’Ouest.

Les commémorations de la Grande Guerre ont suscité deux dons notables. Outre des archives militaires, ils présentent la particularité de contenir des éléments sur la vie de ces poilus et de leur famille, donnant à voir la vie rennaise dans la première moitié du XXe siècle. Le premier don concerne un comique troupier, le second un tapissier et sa famille. Ce dernier est particulièrement représentatif du mode de vie d’un commerçant aux affaires florissantes dans l’entre-deux-guerres.

Citons également les archives de l’association Woezo Togo, et le complément de don des archives de l’association des Transmusicales.

2015 a vu l’achèvement du classement des archives de Jean-Michel Boucheron, député d’Ille-et-Vilaine de 1978 à 2012, actuellement conseiller auprès du président de l’Assemblée nationale. Ce fonds très complet pour l’histoire politique du département, et notamment du parti socialiste, est pratiquement exhaustif en matière de propagande électorale pour tous les scrutins qui se sont déroulés durant son mandat à l’échelle de sa circonscription.

Signalons enfin la parution d’un nouveau titre dans la collection des « Petits guides des archives », Les archives privées ont de la valeur !

2) Échos et nouvelles

Les Archives de Rennes en ligne

Un important travail de recherche et de valorisation a été mené pour mettre en valeur la Maison du peuple, haut lieu de l’histoire culturelle et syndicale rennaise, construite en 1925 sur les plans de l’architecte Emmanuel Le Ray. Un dossier historique et une frise chronologique sont désormais en ligne [http://www.archives.rennes.fr/histoire-de-rennes/edifices/la-salle-de-la-cite/].

Les Archives de Rennes sont par ailleurs devenues contributrices du blog Millefeuilles de Bretagne animé par la bibliothèque des Champs libres (Rennes Métropole) pour la valorisation du patrimoine écrit breton [https://blogs.leschampslibres.fr/millefeuillesdebretagne/#sthash.eJGutbB3.dpbs].

Expositions

Une exposition a été présentée dans le cadre du carré Lully de l’opéra de Rennes sur le thème des festivités. Intitulée « Sur un air de fête. Rennes, xviiie-xxe siècles », elle s’est déroulée durant tout le premier trimestre 2015. Une déclinaison itinérante a été réalisée de même qu’un livret d’accompagnement [http://www.archives.rennes.fr/action-culturelle/expositions/sur-un-air-de-fetes/]. Fait nouveau, des visites sensibles ont été proposées à destination des déficients visuels, initiative renouvelée à l’occasion des Journées européennes du patrimoine.

Partenariats

Le partenariat avec l’Ina, engagé depuis 2012, se poursuit avec profit. L’exposition « Sur un air de fête » a ainsi bénéficié de deux rendez-vous « Archives à l’écran », l’un sur les fêtes religieuses, l’autre sur les fêtes laïques. Elle s’est par ailleurs enrichie d’une borne proposant aux visiteurs des extraits audiovisuels.

Les Archives de Rennes ont conclu en 2015 un nouveau partenariat avec Dastum, association qui veille au collectage, à la conservation et à la diffusion du patrimoine oral de Bretagne. Une conférence de présentation a été l’occasion d’inaugurer en fin d’année 2015 un point d’écoute de la base de données sonores au sein de la salle de lecture.

PAYS DE LA LOIRE

Archives départementales de Loire-Atlantique

Archives départementales de Loire-Atlantique
6, rue de Bouillé, BP 23505 – 44 035 Nantes Cedex 1
Téléphone : 02 51 72 93 20 – Télécopie : 02 40 20 26 91
e-mail : archives[@]loire-atlantique.fr Site internet : www.archives.loire-atlantique.fr Heures d’ouverture : lundi, mercredi, jeudi, vendredi 9 h 00-17 h 00, mardi 13 h 30-19 h 00 (17 h 00 en période de vacances scolaires)
Fermetures annuelles la première quinzaine d’août et du 25 décembre au 1er janvier inclus
Pour une première approche des fonds, consulter :
www.archives.loire-atlantique.fr rubrique Chercher

1) Enrichissement des collections

Archives publiques

En 2015, les entrées d’archives publiques ont représenté 533 mètres linéaires. Parmi les versements pris en charge, on peut noter les ensembles suivants :

  • les archives du service de l’évaluation, de la prospective et de la performance du Rectorat de Nantes, 1965-1995 ;

  • les dossiers d’aménagement de forêts provenant de l’agence régionale de l’Office national des forêts, 1852-2011 ;

  • les dossiers de mineurs de l’institution spéciale d’éducation surveillée de Nantes-Bouguenais, 1974-1989 ;

  • les archives de la SEITA de Carquefou à la suite de sa fermeture, complétant des versements antérieurs de la manufacture des tabacs de Nantes ;

  • les notes sur les élections, les partis politiques, les mouvements sociaux, la guerre d’Algérie, la guerre 39-45, produites par les Renseignements généraux, 1939-2000.

Archives privées

Parmi les fonds collectés, sont à signaler :

  • deux fonds d’architecte qui complètent les collections existantes : le fonds Amineau, qui a travaillé sur des édifices patrimoniaux dans les années 1970-1990, et le fonds du cabinet Durand-Thibault-Ménard qui constitue une source documentaire intéressante sur l’architecture contemporaine dans le grand Ouest ;

  • le fonds Madeleine Joret, particulièrement original : institutrice à Bouaye où elle est née en 1914, elle découvre l’ethnologie et part en 1951 en Afrique où elle reste dix ans et partage le mode de vie du monde qui l’entoure. Elle prend plus de 2 000 photos et écrit à son retour quatre livres, véritables témoignages sur l’Afrique en proie aux troubles de la décolonisation ;

  • le fonds Henri Duguy, ancien résistant interné au camp de Choisel à Châteaubriant pendant la Seconde Guerre mondiale est également à signaler ;

  • des photographies sur plaques de verre prises pendant la Grande Guerre.

Archives iconographiques et audiovisuelles

L’antenne de la Cinémathèque de Bretagne installée au sein des Archives a procédé au collectage de films tant auprès de particuliers, comme André Charpentier qui a filmé le lac de Grand-lieu et ses pêcheurs dans les années 1990, le docteur André Tesson (1920-1963), passionné d’ornithologie (île de Dumet en face de Piriac), et un ferrailleur à Nantes qui a immortalisé la venue du président Doumergue à Nantes en 1930, qu’auprès d’associations, comme celles Fresne-Rond (publicité Cassegrain), et Buzurdus Huard de Châteaubriant (films des années 1920 aux années 1970).

2) Instruments de recherche et publications

L’ensemble des classements a porté en 2015 sur près de 800 m linéaires de dossiers et plus de 1 100 documents iconographiques, permettant l’enrichissement de la base de données documentaires de 75 instruments de recherche supplémentaires.

Le versement réglementaire des registres d’état civil de moins de 75 ans des communes du département par les greffes des tribunaux de grande instance a donné lieu à une reprise de l’inventaire correspondant, qui offre désormais aux chercheurs une vision complète des sources de base en matière de recherches généalogiques. Une opération d’ampleur a permis le classement et la description de plus de 1 240 registres d’immatriculation de véhicules depuis 1940, et les archives de la direction du travail qui contient des documents tout à fait intéressants sur l’histoire du travail et de la main-d’œuvre entre 1960 et 1970, ont été également traitées. Plusieurs fonds privés dignes d’intérêt ont été définitivement classés : celui de l’architecte en chef des monuments historiques Chouinard, du comité local du souvenir des fusillés de Châteaubriant, de Stany-Gauthier (ethnologue et ancien conservateur du musée des beaux-arts de Nantes), de la raffinerie Cossé-Duval et de l’armateur Fleuriot (fin xixe-début xxe siècle).

3) Échos et nouvelles

Expositions et manifestations culturelles

  • Figures de Pub, exposition présentée à partir de novembre 2015, accompagnée d’un catalogue, d’un cycle de conférences et de projections de films en partenariat avec la Cinémathèque de Bretagne ;

  • emprunt par 46 structures de toutes sortes (mairies, associations, etc.) d’expositions itinérantes (dont 26 fois pour la seule exposition La Grande Guerre en Loire-Inférieure), représentant 135 semaines d’emprunt cumulées ;

  • lectures d’archives à partir d’un corpus de textes d’époque des années 1914-1918 mises en scène par une troupe de théâtre locale, présentées dans le réseau des bibliothèques de la Bibliothèque départementale.

Activités pédagogiques

Dans le cadre des commémorations autour du centenaire de la Première Guerre mondiale, un concours « Lettres de guerre » a été organisé à l’attention des scolaires du Département, comme ont été réalisés deux dossiers pédagogiques Produire en guerre : Les entreprises de Loire-Inférieure dans la guerre, et Les femmes dans la Grande Guerre : femmes à l’arrière, femmes en guerre, femmes victimes de guerre, complétant l’offre des années précédentes.

Le service éducatif a par ailleurs apporté sa contribution au parcours mis en place par le Département et le Rectorat en proposant deux dossiers, « Lettres d’otages, lettres de fusillés », et « Deux mouvements de résistance : résistance gaulliste, résistance communiste ».

Fréquentation de la salle de lecture

1 890 lecteurs se sont inscrits en 2015, contre 1 926 l’année précédente. Cette baisse, de près de 9 %, s’est traduite par une, légèrement moindre, des communications, passant de 18 402 en 2014 à 17 044 en 2015. Les Archives de Loire-Atlantique n’échappent donc pas à l’effritement du lectorat scientifique constaté partout en France, alors même qu’émerge, de manière ferme, un lectorat administratif : on constate en effet un accroissement des consultations liées à des besoins de preuve ou de justification de droits, représentant plus de 11 % des lecteurs de 2015 (contre 10,50 % en 2010, et 7,50 % en 2008).

Cette diminution de la fréquentation de la salle de lecture est compensée, en quelque sorte, par une hausse régulière et sensible de la fréquentation du site Internet, déjà très élevée. Par le panel étendu de ressources documentaires et archivistiques qu’il offre, et la diversité des fonds numérisés mis en ligne (au nombre de 20, représentant plus de 6,2 millions d’images), il se pose en une véritable salle de lecture virtuelle : le nombre de visiteurs uniques a augmenté de 9 %, passant de 137 000 à 149 000.

Numérisation

Participant de la conservation préventive, mais aussi de la mise en valeur des fonds et collections, les opérations de numérisation/océrisation menées en 2015 ont permis d’enrichir l’offre sur Internet de plus de 200 000 pages, dont celles du journal L’Union Bretonne, des registres des marques de fabriques du tribunal de commerce de Nantes (1879-1959), des registres manuscrits des délibérations du conseil départemental (1790-1837), et des rôles des navires désarmés au port de Nantes (1733-1789).

Archives départementales de Maine-et-Loire

Archives départementales de Maine-et-Loire
106 rue de Frémur, BP 80744 – 49 007 Angers cedex 01
Téléphone : 02 41 80 80 00
e-mail : archives49[@]maine-et-loire.fr Site internet : www.archives49.fr Heures d’ouverture : lundi : 13 h 30-18 h 00, mardi-jeudi : 9 h 00-18 h 00, vendredi : 9 h 00-13 h 30
arrêt des communications entre 12 h 00 et 13 h 30 et après 17 h 00
(fermeture annuelle du 1er au 15 août et du 25 décembre au 1er janvier)

Les Archives départementales conservent 41 kilomètres de documents d’archives, couvrant une large période chronologique, du ixe siècle à nos jours. Les fonds médiévaux ecclésiastiques (abbayes de Fontevraud, de Saint-Florent…) sont particulièrement riches. Les fonds privés sont également très divers (familles, entreprises, associations…). La bibliothèque historique comprend plus de 15 000 volumes et se présente comme un utile complément à la recherche.

1) Enrichissement des collections

Près de 700 mètres linéaires de documents ont été collectés en 2015, ainsi que 62 heures d’enregistrements sonores et 11 heures d’enregistrements audiovisuels.

Archives publiques

Parmi les nombreux versements pris en charge, on peut signaler plus particulièrement les ensembles suivants :

  • 543 W : préfecture, médiateur de la République (2004-2014).

  • 2538 W : direction régionale de l’Environnement, de l’aménagement et du logement (installations classées, ardoisières et carrières).

  • 2565 W, 2574 W, 2575 W, 2576 W : agence régionale de santé, archives de l’ancienne DDASS (administration générale, mutualité, tutelle et organisation des coins, contrôle des établissements de santé, 1937-2009).

  • 2519 W, 2520 W, 2521 W : tribunal d’instance d’Angers (civil et pénal, 1977-2009).

  • 2567 W : Conseil départemental, aménagement et gestion des propriétés départementales (1953-2014).

  • 2553 W : fédération départementale des offices de tourisme et syndicats d’initiative (1923-2010).

  • Organismes chargés d’une mission de service public : association de protection de l’adolescence et de l’enfance de Cholet (1994-2004, 2515 W).

  • Notaires : études d’Angers (rue Paul Bert, 5 E 166) et de La Pommeraye (5 E 165)

Archives privées

Quelques entrées en archives anciennes peuvent être signalées :

  • 367 J : domaine de la Foresterie (1448-1920).

  • 373 J : seigneurie du Feudonné (1493-1781).

  • 374 J : château et terre de Champiré (xviie-xxe siècles).

  • 380 J : famille de Preaulx (xve-xixe siècles).

Des fonds importants pour l’histoire contemporaine ont également été confiés aux Archives départementales :

  • 101 J : complément de fonds de la Croix-Rouge (xxe siècle).

  • 369 J : association La taverne aux poètes (1966-2014).

  • 375 J : association Sauvegarde de l’Anjou (1965-2007).

  • 377 J : pépinière de Preaulx-Carlo, domaine des Rochettes (xxe siècle).

  • 379 J : Société Saint-Vincent-de-Paul (xxe siècle).

Archives iconographiques et audiovisuelles

Documents iconographiques : fonds d’un photographe du Saumurois (67 Fi, années 1910-1930), collection de diapositives relatives à des monuments du Maine-et-Loire (68 Fi), photographies concernant la vie syndicale aux Ardoisières d’Angers (69 Fi).

Archives sonores : ont été en particulier débutées ou poursuivies les collectes de témoignages d’assistants sociaux (51 AV), de combattants de la Seconde Guerre mondiale (50 AV) et d’instituteurs (59 AV). À signaler également, le dépôt de témoignages relatifs à la maison centrale de Fontevraud (collecte réalisée par la Région, 65 AV).

2) Instruments de recherche et publications

Instruments de recherche

Les classements d’archives effectués en 2015 ont permis la mise à disposition de nombreux inventaires, parmi lesquels :

Archives modernes et contemporaines :

  • 8 U 1 : doubles des répertoires de notaires (an VI-1959).

  • 42 W : service des réquisitions allemandes (1940-1950).

  • 2450 W : bureau de l’enregistrement d’Angers : fichier mobile (1871-1964).

Archives notariales :

  • 5 E 164 : étude de Seiches-sur-le-Loir (1903-1923).

  • 5 E 165 : étude de La Pommeraye (1900-1915).

Archives privées :

  • 375 J : fédération départementale de la Sauvegarde de l’Anjou (1965-2007).

Archives conservées dans les communes et ayant fait l’objet d’un classement et d’un inventaire par un archiviste contractuel :

Aubigné-sur-Layon, Blaison-Gohier, Cernusson, Challain-la-Potherie, Charcé-Saint-Ellier-sur-Aubance, Cheffes, Chenillé-Changé, Ecouflant, Fontaine-Milon, Fougeré, La Possonnière, Landemont, Le Fuilet, Le Puiset-Doré, Le Vieil-Baugé, Loiré, Luigné, Marigné, Saint-Jean-de-la-Croix, Saint-Jean-des-Mauvrets, Saint-Melaine-sur-Aubance, Saint-Rémy-la-Varenne, Saint-Saturnin-sur-Loire, Saulgé-l’Hôpital, Trémentines, Vauchrétien, Vernoil-le-Fourrier.

Publications

À destination du public scolaire, trois fiches pédagogiques ont été préparées : 1793, Histoires d’affiches, L’état civil en Anjou et Le travail des enfants en Anjou. Dans la continuité des actions de commémoration de la Première Guerre mondiale initiées en 2014, un ouvrage a également été publié : 1914-1918, L’Anjou dans la Grande Guerre.

3) Échos et nouvelles

Salle de lecture

1 133 lecteurs différents ont été inscrits en 2015, chiffre en légère diminution par rapport à l’année précédente. Toutefois cette baisse ne se répercute pas sur le nombre des séances de travail, qui reste stable. Le bilan des travaux de recherche publiés pendant l’année 2015 vient témoigner du dynamisme de l’histoire locale : avec plus de 80 ouvrages publiés sur l’histoire de l’Anjou pendant l’année 2015, la production éditoriale est certainement l’une des plus élevées depuis de nombreuses années.

Expositions

L’action culturelle s’est déployée comme chaque année sous de nombreuses formes, en direction de tous les publics. Deux expositions ont été organisées sur place en 2015 : après le succès de l’exposition « 1914. L’Anjou, de la paix à la guerre » qui a largement entamé le début de l’année, l’animation culturelle s’est poursuivie autour de l’exposition « Permis d’afficher », panorama de l’histoire de l’affiche croisé avec une illustration de la richesse des collections conservées. À l’automne, la saison culturelle a été consacrée à la thématique de l’enfance. Des participations ont par ailleurs été apportées à plusieurs manifestations culturelles dans le département, notamment une exposition rétrospective de l’histoire de l’École des arts et métiers qui a été organisée à l’occasion du bicentenaire de son installation à Angers, ainsi que le 90e anniversaire du syndicat d’énergie de Maine-et-Loire, qui a donné lieu à l’accompagnement de l’écriture d’un ouvrage.

Archives départementales de la Mayenne

Archives départementales de la Mayenne
6 place des Archives – 53 000 Laval
Téléphone : 02 43 59 10 90 – Télécopie : 02 43 59 77 71
e-mail : archives[@]lamayenne.fr Site internet : www.archives53.fr Heures d’ouverture : du lundi au vendredi de 9 h 00 à 17 h 00
(fermeture annuelle la 1re quinzaine d’août)

1) Enrichissement des collections

Archives publiques

Le travail de réflexion commencé en 2014 avec le centre hospitalier du Nord-Mayenne s’est poursuivi en 2015. Par ailleurs, un versement important de dossiers médicaux psychiatriques et de registres de la loi (32,70 m linéaires) a été effectué par ce même établissement.

Archives privées

La Grande Collecte 14-18 s’est poursuivie en 2015 : ont ainsi été numérisés de nombreux documents d’anciens Poilus (correspondances, photographies, carnets de chant, etc.).

Par ailleurs, en partenariat avec l’association L’Oribus, a été menée une collecte pour numérisation de photographies prises par des appelés du contingent mayennais au cours de la guerre d’Algérie. Cette opération a vu son point culminant et sa mise en valeur lors d’une exposition qui a été présentée en 2016.

Parmi les entrées importantes d’archives privées de l’année, il faut signaler :

  • Les archives de la société Arféo (1960-2000) entrées par don lors de la liquidation judiciaire de l’entreprise, 8 m linéaires. Fondée en 1849 et dirigée par la famille Vivez depuis 1888, cette société a pris l’appellation Air et Feu en 1902. Implantée à Château-Gontier au tout début des années 1960, elle s’est spécialisée dans le mobilier de bureau et l’agencement d’espaces de travail et d’accueil. En 2011, elle a racheté Buroform, entreprise située à Valvidienne dans la Vienne et a pris le nom d’Arféo-Buroform, chaque site ayant sa spécialité, à Château-Gontier le mobilier métallique, à Valvidienne le mobilier en bois mélaminé. En 2013, à la suite de difficultés financières, l’entreprise devient une société coopérative et participative, qui est finalement mise en liquidation judiciaire à la fin de l’année 2014. Le fonds d’archives est riche de documents très variés (comptes rendus d’assemblées générales, archives du bureau d’étude, rapports d’activité, plans, etc.).

  • Archives familiales de Sèze et Le Segretain du Pâtis. Cet ensemble d’environ 3 mètres linéaires est constitué notamment des papiers de la famille Le Segretain du Pâtis (importante famille lavalloise, propriétaire de très nombreux biens en Mayenne et à Laval ; le chanoine Édouard Le Segretain du Pâtis a en particulier acquis l’église Saint-Martin de Laval en 1879). Le fonds comprend également la correspondance personnelle de Jean de Sèze, ingénieur en chef des Ponts et chaussées de la Mayenne (1894-1960), et des archives de la famille de Sèze (famille originaire de Saint-Émilion en Gironde dont le membre le plus connu est Raymond de Sèze, avocat, défenseur de Louis XVI lors de son procès).

  • Archives de Jacques Duchemin Descépeaux. Jacques Duchemin Descépeaux, né et mort à Laval (1784-1858), écrivain et journaliste, est notamment auteur des Lettres sur l‘origine de la chouannerie et de Souvenirs de la chouannerie. Adjoint au maire de Laval en 1825, il entra dans le journalisme parisien et fut rédacteur à La Quotidienne et rédacteur en chef du Courrier de l’Europe. Il voyageait beaucoup et faisait de fréquents séjours en Mayenne, dans sa propriété du Tertre-Bichetière à Nuillé-sur-Vicoin. Cet ensemble d’environ 0,50 m linéaire est constitué de notes manuscrites, de lettres, d’un journal personnel et de documents familiaux (contrats de mariage, extraits d’actes de baptême, etc.)

Bibliothèque

Grâce au don de Jean-Louis Cholet, chef de bataillon honoraire, premier vice-président du Conseil départemental pour les anciens combattants et victimes de guerre et pour la mémoire de la Nation, la bibliothèque s’est enrichie d’un exemplaire du premier tome des Mémoires de guerre du Général de Gaulle. Cet ouvrage paru en 1954 est revêtu d’une dédicace autographe de son auteur : « À Jean-Louis Cholet en souvenir des grandes épreuves et en mémoire de son père, Louis Cholet, mort pour la France. Bien cordialement. C. de Gaulle. » Il a été remis officiellement au département au cours d’une cérémonie présidée par le président du Conseil départemental.

Archives iconographiques et audiovisuelles

Outre quelques petits fonds photographiques, sont entrées 35 heures d’enregistrement des séances de l’assemblée départementale, 10 heures d’interviews de professionnels de l’éducation (fonds Cousin) et 19 heures de reportages vidéo de Mayenne TV (2011-2015).

2) Instruments de recherche et publications

L’essentiel de l’effort a porté sur les archives notariales. Il faut ajouter à cela les publications sur Internet de plusieurs instruments de recherche d’archives communales.

Par ailleurs, le service a publié un ouvrage intitulé L’Occupation et l’après-guerre à Laval : Journal de Félix Desille, 1939-1952, édition présentée et annotée par Joël Surcouf – directeur des Archives départementales de la Mayenne de 1974 à 2011 – des carnets manuscrits tenus pendant toute la durée de la guerre et de l’après-guerre par un Lavallois, conservés aux Archives départementales. Les illustrations, œuvres de l’auteur, ont été reproduites en y ajoutant d’autres documents iconographiques issus des fonds du service. Cet ouvrage, tiré à 300 exemplaires, a reçu l’homologation 70e anniversaire de la Résistance, des Débarquements, de la libération de la France et de la victoire sur le nazisme.

3) Échos et nouvelles

L’ensemble des activités culturelles, expositions et animations, organisées au cours de l’année a bénéficié à 1 301 personnes.

Site Internet

En 2015, le nombre d’images consultées sur le site des Archives départementales a dépassé les 26 millions.

Les registres matricules du recrutement militaire des classes 1901 à 1921 ont été mis en ligne à la suite de ceux des classes 1867 à 1900. Par ailleurs, la présentation a été revue pour une meilleure compréhension. Des explications ont notamment été fournies sur les registres de la garde nationale mobile (classes 1867-1871) également en ligne. À noter que le service est un des rares à proposer l’accès à ces registres spécifiques complétant les registres du recrutement militaire pendant le Second Empire.

Numérisation

Les registres d’état civil de 1902 à 1937, entrés en 2013, ont fait l’objet de la deuxième tranche de numérisation qui avait été amorcée en 2014.

En interne, au cours de ces deux années, les opérations de numérisation ont concerné essentiellement les documents collectés à l’occasion de la préparation du centenaire de la Première Guerre mondiale et de la guerre d’Algérie.

Activités culturelles

Expositions

Deux expositions ont été montées et présentées par le service :

  • Renée Suhard, empoisonneuse, du 13 avril au 31 juillet 2015

    Renée Suhard était une « meneuse » d’enfants qui a été accusée d’infanticide et brûlée vive à Laval le 22 mai 1779. C’est ce fait divers que l’historienne Jocelyne Dloussky, en se fondant sur le dossier judiciaire conservé aux Archives départementales de la Mayenne, a relaté et analysé dans un numéro spécial de la revue L’Oribus. Pour mettre en images son récit, elle a fait appel au talent de l’artiste Robert Lerivrain. De cette œuvre commune est née l’exposition qui, alliant art et histoire, présentait le récit et le commentaire de l’historienne, les sculptures et une quarantaine de dessins de l’artiste, ainsi que les pièces originales du procès. Plongé dans l’atmosphère de la justice criminelle de la fin de l’Ancien Régime, le public a pu observer le regard porté par la société de la fin du xviiie siècle sur la femme infanticide.

    530 visiteurs ont été accueillis, sans compter les lecteurs venus en salle de lecture qui, par la configuration des lieux, traversent le hall où sont présentées les expositions.

  • Sans nouvelles de notre fils : les soldats et leurs familles confrontés à la mort dans la Grande Guerre, du 23 septembre 2015 au 12 février 2016.

    Cette exposition, qui a reçu le label Centenaire est en fait un projet du service éducatif. Elle propose de comprendre comment la mort du soldat a été perçue et vécue par l’arrière pendant toute la durée du conflit, mais aussi comment les soldats ont tenté de vivre au quotidien avec sa présence permanente.

    À partir des sources publiques et privées conservées aux Archives départementales de la Mayenne, les deux professeurs d’histoire-géographie chargés de mission aux Archives départementales ont réalisé le contenu scientifique et pédagogique de l’exposition réparti en quatre thèmes : Guerre industrielle et mort de masse ; Compter, raconter et annoncer la mort ; Apprivoiser la mort ; La mort saisissante.

    La création visuelle a été assurée par Morgane Acou-Le Noan, photographe du service, et la réalisation matérielle a été externalisée (panneaux prêts pour l’itinérance).

    Pour accompagner cette exposition, une application informatique a été développée à partir d’une base de données des morts pour la France mayennais (résidant en Mayenne en 1914). Celle-ci, présentée sur deux bornes interactives, permet de retracer l’expérience combattante d’un soldat mayennais ou d’un groupe de soldats mayennais pendant la Première Guerre mondiale à travers des fiches signalétiques individuelles et des cartes dynamiques. Il s’agit là de la valorisation pédagogique d’une base de données créée par deux chercheurs bénévoles, Bernard Sonneck et Agnès Morenne.

    Un livret pédagogique accompagne cette exposition, qui partira en itinérance dans les établissements scolaires au cours de l’année 2016.

    Cette exposition a accueilli 493 visiteurs, dont une majorité de scolaires.

Journées européennes du patrimoine

Le service n’a pas organisé de journées « portes ouvertes » cette année, la fréquentation ayant fléchi en 2014. Mais il a participé en créant et en mettant en place deux panneaux et deux vitrines de documents originaux sur l’histoire de l’hôtel préfectoral dans les salons de la Préfecture.

Participations à des expositions

Au titre de la participation à des expositions et manifestations, il convient de relever plus particulièrement, outre la collaboration avec le Mémorial des déportés de la Mayenne et le Musée du Vieux-Château de Laval mentionnée dans la grille :

Le prêt de documents, ainsi que la conception et l’installation de l’exposition Robert Le Balle : parcours d’un grand juriste, du lycée de Laval à la place du Panthéon, qui a eu lieu en même temps qu’un colloque organisé les 6 et 7 novembre par l’université du Maine à l’occasion des quarante ans de la faculté de droit de Laval au centre administratif Jean-Monnet.

La conception d’un diaporama intitulé « Mémoire et archives » pour l’exposition Mémoire(s) présentée par le Centre de culture scientifique et technique de Laval au musée des sciences. Installé sur une borne interactive mise à disposition par le CCSTI, ce diaporama permettait de prolonger l’exposition scientifique proprement dite par une ouverture complémentaire sur la mémoire écrite que constituent les archives. Il s’agit là de la première opération de collaboration avec le CCSTI, tendant à sortir les Archives départementales du monde des historiens et généalogistes qui constituent l’essentiel de leur public habituel.

Sept reproductions de documents ont été fournies aux Archives départementales de la Manche pour l’exposition « Une histoire de Marin, archives et souvenirs de Marin Marie », qui a été présentée du 3 juillet au 30 octobre et a fait l’objet d’une publication en août.

Animations et conférences

Le dimanche 18 octobre, à l’invitation du service, le Théâtre du Tiroir a fait une lecture-spectacle des carnets de tranchées d’Auguste Georget, instituteur à Saint-Fraimbault-de-Prières et poilu de la Grande Guerre, clôturant ainsi les animations autour du centenaire de la Grande Guerre en 2014-2015.

Le dimanche 6 décembre, Joël Surcouf, ancien directeur du service, a fait revivre le quotidien des Lavallois sous l’Occupation et pendant les années d’après-guerre au cours d’une conférence illustrée de nombreuses photographies d’époque et présentant le journal de Félix Desille, dont il est l’éditeur scientifique. Le manuscrit du journal était exposé à cette occasion.

Enfin, prolongeant et parachevant les actions qui avaient été menées en 2014, une table-ronde sur Auguste Alleaume, peintre verrier a été organisée le 22 novembre et animée par Isabelle Las, directrice-adjointe du service, Pascal Trégan, animateur de l’architecture et du patrimoine, responsable du centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine de Sainte-Suzanne, et Nicolas Foisneau, chercheur à l’inventaire du patrimoine.

Archives départementales de la Sarthe

Archives départementales de la Sarthe
9 rue Christian-Pineau – 72 100 Le Mans
Téléphone : 02 43 54 74 74
e-mail : archives[@]sarthe.com Site internet : www.archives.sarthe.com
Heures d’ouverture : lundi au jeudi, 13 h 00-17 h 30 ; vendredi, 8 h 30-17 h 30 ; un samedi tous les mois et demi, 8 h 30-13 h 00
(fermeture annuelle du 25 décembre au 1er janvier)

1) Enrichissement des collections

Archives publiques

Les Archives départementales ont accueilli 603 mètres linéaires de documents en 2015, dont 27,6 % d’archives d’origine privée.

Parmi ces versements, on relève plus particulièrement ceux des directions des Routes et des Réseaux et de l’hydraulique du Département dans le cadre d’un déménagement au sein de nouveaux locaux.

Afin de renforcer les liens avec les notaires, importants producteurs d’archives publiques du département, une demi-journée de rencontre et de découverte a été organisée aux Archives départementales le 16 octobre 2015, en partenariat étroit avec la Chambre interdépartementale des notaires.

Archives privées

En matière d’archives privées, plusieurs entrées remarquables demandent à être signalées :

  • dépôt des archives réunies ou produites par des membres de la Société historique de la Province du Maine depuis sa création (fondée en 1878), liasses d’archives originales, journaux, notes et travaux d’érudits, intéressant de nombreux objets historiographiques, et particulièrement l’histoire féodale et religieuse du Maine et du diocèse du Mans, 1218-1997 (23,5 m linéaires) ;

  • dépôt des archives scolaires, de direction et administratives de l’Institut Saint-Michel des Perrais à Parigné-le-Pôlin, établissement renommé d’enseignement privé (collège, lycée) et internat, de sa création en 1947 jusqu’à 2010 (105 m linéaires) ;

  • don des archives de recherche universitaire d’Anne Fillon (1933-2012), professeur d’histoire moderne à l’Université du Maine, présidente fondatrice de l’association des Amis de Louis Simon, spécialiste de l’histoire des comportements et des pratiques populaires en milieu rural et de l’exploitation des minutiers notariaux : notes de travail, projets d’articles et de communications, mémoires et thèses d’étudiants ; bibliothèque Raoul de Linière (13,5 m linéaires) ;

  • dépôt par le Département d’Indre-et-Loire des dossiers de travail et d’étude de Marie-Thérèse Tulasne (1920-2003), architecte du patrimoine, ancienne architecte des bâtiments de France de la Sarthe (8,5 m linéaires) ;

  • don des archives et ouvrages anciens de la congrégation des Sœurs de la Providence de La Flèche : statuts, annales, titres de propriété et de gestion, registres d’entrée, correspondance, xviiie-xxe siècle (4 m linéaires) ;

  • don des archives Chamillart, provenant de Vadré, étroitement complémentaires des fonds Chamillart d’ores et déjà présents aux Archives départementales : titres de fonction, archives seigneuriales et domaniales, procédures, atlas cadastral parcellaire des propriétés du comte de La Suze en 1840, xvie-xixe siècle (0,40 m linéaire) ;

  • fonds de photographe professionnel Aimée Voisin à Saint-Maixent (1901-1920), composé de 1 400 plaques de verre et complément au fonds de photographe amateur Georges Quaglia, soit 12 boîtes de négatifs.

Le Conseil général a par ailleurs fait l’acquisition en 2015 des fonds suivants :

  • chartrier de Bénéhard à Chahaignes, alias archives familiales, seigneuriales et domaniales des Prudhomme de La Boussinière, dans le Maine et en Bretagne, xvie-xixe siècle (4 mètres linéaires) ;

  • et un important lot de photographies anciennes relatives aux 24 heures du Mans.

Par ailleurs, des témoignages oraux ont été collectés dans le cadre du programme « Sauvegarde de la parole sarthoise » pour parachever la campagne de collecte sur la vigne, engagée en 2012.

2) Instruments de recherche

Quatorze instruments de recherche analytiques et inventaires synthétiques ont été rédigés au cours de l’année.

3) Échos et nouvelles

Expositions et manifestations nationales

600 visiteurs ont été accueillis dans le cadre des Journées des métiers d’art Mans’Art au lycée Bellevue (présentation de documents rares dans l’ancienne abbaye Saint-Vincent) et 230 dans le contexte des Journées du patrimoine aux Archives départementales.

Fréquentation de la salle de lecture

1 025 lecteurs ont été accueillis en 2015, à l’occasion de 2 611 séances de travail, soit 10 246 documents communiqués. 45 % des visiteurs ont effectué des recherches généalogiques et 39 % des recherches à caractère scientifique.

Activités pédagogiques

977 élèves ont été accueillis par le service éducatif au cours de l’année scolaire 2015 (1 403 en 2014), dont 277 élèves de cours élémentaire (307 en 2014) et 516 collégiens (753 en 2014). Par ailleurs, 80 étudiants (60 en 2014) ont pris part à des travaux encadrés aux Archives (notamment en licence 3 d’histoire) et 43 personnes handicapées ont également bénéficié d’un accueil dédié dans le cadre des visites de groupe sur mesure.

Un cours de paléographie moderne en trois séances a été organisé au 1er semestre.

Projets scientifiques

À l’initiative des Archives départementales, le groupe de travail associant des enseignants-chercheurs, des étudiants de l’Université du Maine, les présidents et des membres des sociétés d’histoire et d’archéologie, les Archives départementales de la Sarthe et les Archives municipales du Mans, a poursuivi ses travaux en vue d’assurer l’édition scientifique et la publication en ligne des délibérations des conseils de ville du Haut-Maine antérieures à la Révolution (Beaumont-le-Vicomte, Château-du-Loir, Fresnay, La Ferté-Bernard, La Flèche, Le Mans, Mamers, Sablé, Saint-Calais, Sillé-le-Guillaume).

Numérisation

En raison de leur fort intérêt pour les généalogistes professionnels comme pour les particuliers, les registres de formalités hypothécaires ont été numérisés par sous-traitance en 2015-2016 en vue de leur mise en ligne ultérieure (486 712 images produites en 2015).

En interne, en 2015, 16 016 vues numériques ont été réalisées dans le cadre de la numérisation du chartrier de La Bouillerie et des activités du service éducatif ou de la préparation des expositions.

Archives municipales d’Angers

Archives municipales d’Angers
Archives-Documentation-Photothèque – Ville d’Angers
Hôtel de Ville, boulevard de la Résistance-et-de-la-Déportation,
CS 80011 – 49 020 Angers cedex 02
Téléphone : 02 41 05 42 81 – Télécopie : 02 41 05 39 11
e-mail : gilles.neau[@]ville-angers.fr (secrétariat)
sylvain.bertoldi[@]ville-angers.fr (direction)
Site internet : www.angers.fr/archives Heures d’ouverture : du lundi au vendredi de 14 h 00 à 17 h 00
(fermeture annuelle la 1re quinzaine d’août)

1) Enrichissement des collections

Archives publiques

293 m linéaires ont été intégrés aux archives contemporaines et une opération importante d’archivage consacrée à la direction des Bâtiments. Signalons parmi les fonds intéressants collectés :

  • école régionale des beaux-arts : archives administratives, registres d’inscription des élèves, rapports annuels des travaux scolaires (1885-1996) ;

  • relations internationales : activités du service, relations avec Austin et Bamako, subventions aux associations (2006-2014) ;

  • écologie urbaine, salubrité, hygiène : plaintes, rapports, procès-verbaux, photographies, plans, 1986-2002 ;

  • urbanisme : aménagement des ZAC (1970-2011), opérations de rénovation urbaine (2001-2014), dossiers d’acquisitions, de cessions et d’échanges (1964-2013) ;

  • maison de l’environnement : activités, expositions, événements (1987-2012) ;

  • marchés d’Angers et braderies (1979-2014) ;

  • foire Saint-Martin (1975-2011) ;

  • communication et relations internes (1985-2007) ;

  • bâtiments : bilans d’activité, construction et travaux de restauration, d’entretien (1988-2013) ;

  • administration générale, recensements de la population (1968-1973).

Archives privées

  • pharmacie Lallemand, 7 rue d’Anjou : correspondance, achats et ventes (1876-1895) ;

  • comité de liaison pour les personnes en situation de handicap (1979-2014) ;

  • cercle Notre-Dame, activités théâtrales (1873-1951) ;

  • correspondance du sculpteur François Cacheux avec son collègue Henri Bosramiez ;

  • familles Chaslot-Belliard-Jubien-Defoix : archives familiales (fin xixe-xxe siècles) ;

  • imprimerie Siraudeau : dossiers de clients (années 1950-1960).

Le fonds de la pharmacie Lallemand est à remarquer spécialement. Il est très rare de retrouver un ensemble d’archives commerciales aussi ancien et complet. En général, registres de clients, correspondance avec les fournisseurs, factures, prix courants... sont détruits par les successeurs ou à la fermeture du commerce. Ici, l’oubli des registres au plus haut d’un grenier inaccessible les a préservés du temps et leur masse compacte les a sauvegardés des rongeurs et des intempéries consécutives aux bombardements de 1944…

Archives iconographiques et audiovisuelles

15 686 nouvelles pièces sont entrées dans les fonds iconographiques, patrimoniaux et de communication : versements des différents photographes qui travaillent pour la ville, dons et achats, numérisation de fonds privés…

La photothèque de communication s’est enrichie des 13 696 clichés numériques pris en 2015 au sein de la direction Information-Communication et de 874 négatifs et planches contact. Elle reçoit également les archives électroniques des journaux Vivre à Angers et Métropole. Ces fonds ont été traités et un arriéré de 4 732 clichés intégré dans la base documentaire.

La photothèque patrimoniale a reçu notamment (documents originaux) :

  • diapositives de la direction des Bâtiments (1980-1998) (1,5 m linéaire de pochettes) ;

  • archives familiales Chaslot-Belliard-Jubin-Defoix (albums de photographies) ;

  • agence Heurtier, reportages sur les entreprises et la ville d’Angers (années 1950-1960, don du musée de Bretagne à Rennes) ;

  • entrée solennelle en Anjou de Mgr Chappoulie, nouvel évêque (1950).

Audiovisuel : 102 cassettes vidéo du festival du Scoop (1986-2010) ont rejoint les collections. L’atelier interne de numérisation a traité plus de 131 heures d’émissions et 2 h 30 à la demande d’Angers Télé.

2) Instruments de recherche et publications

Instruments de recherche

En plus des classements ouverts en continu pour les séries d’archives qui s’accroissent au jour le jour (versements administratifs contemporains, archives privées, documents iconographiques), les inventaires suivants ont été rédigés :

  • cabinet du maire, correspondance, années 1970-1980 (23 et 24 W) ;

  • direction Éducation-Enfance, vie scolaire et bâtiments (1677 W) ;

  • entreprise Thomson, 1957-2012 (84 J) ;

  • archives de Christine Brisset, fondatrice des Castors Angevins (88 J).

Autres publications

« La création du premier réseau d’eau potable à Angers, 1831-1856 », dans Archives d’Anjou, 2015.

Chronique historique mensuelle dans Vivre à Angers, sur le thème des « premières fois ». Le texte intégral, plus développé, est en ligne sur internet à l’adresse indiquée ci-dessus.

3) Échos et nouvelles

Si le nombre des lecteurs inscrits a baissé légèrement par rapport à 2014, ils se sont montrés plus assidus (1 223 séances de travail). Le nombre de communications total est élevé – 8 102 documents –, si l’on additionne les communications des archives (1 799), de la bibliothèque (1 259), des documents numériques (395), de la photothèque (4 148) et celles aux services (501). Le nombre des lecteurs scientifiques est resté stable.

Diffusion et valorisation

Le portail historique est très suivi, en particulier les chroniques historiques mensuelles de Vivre à Angers en version longue.

Les Archives participent à la commission Mémoire mise en place par la municipalité, à la commission de dénomination des voies. Elles sont très régulièrement sollicitées par la presse (Ouest-France et Le Courrier de l’Ouest) et la télévision locales (Angers Télé, FR 3).

Un important travail a été mené avec le pôle territorial Monplaisir dans le cadre de l’exposition Monplaisir, des racines au futur : numérisation des documents collectés auprès des habitants et des associations, réalisation d’une frise chronologique historique illustrée, soutien technologique. Ce cycle s’est achevé par une conférence historique, le 28 janvier 2016, à la mairie du quartier : « Monplaisir, ville nouvelle » (1963-1975).

Numérisation

140 000 pages ont été numérisées en 2015 :

  • 1 G : matrices cadastrales (1810-1940) ;

  • État civil : numérisation de complément ;

  • 3 D : correspondance municipale (1793-1914) ;

  • Annuaires Siraudeau de Maine-et-Loire (1901-1970).

Des opérations de numérisation de complément ont été menées comme chaque année sur des fonds privés prêtés par des particuliers.

Archives municipales de Laval

Archives municipales de Laval
1 rue Prosper-Brou CS 71327 – 53 013 Laval cedex
Téléphone : 02 43 49 85 81
e-mail : archives[@]laval.fr
Site internet : www.mairie-laval.fr/franc/archives/index.php?rubid=1&id=12 Heures d’ouverture : lundi et mardi : 14 h 00-17 h 00, mercredi : 9 h 00-12 h 00, 14 h 00-17 h 00, jeudi et vendredi : 14 h 00-17 h 00
(fermeture annuelle entre Noël et le 1er janvier)

Une bonne partie du fonds moderne antérieur à 1950 est encore déposée aux Archives départementales de la Mayenne.

1) Enrichissement des collections

Archives publiques

Les versements ont été particulièrement importants en 2015 (127 m linéaires), en raison des mutualisations de services entre la ville de Laval et la communauté d’agglomération, qui ont entraîné des déménagements, notamment à la direction des ressources humaines qui a versé 90 m linéaires.

Le service a reçu le complément du dépôt des archives de Laval Mayenne Aménagements (société d’économie mixte).

Archives privées

Parmi les dons reçus en 2015 on notera celui de clichés et négatifs de la Société Heurtier représentant des écoles et usines de Laval dans les années 1960.

2) Instruments de recherche

Les travaux de classement et d’inventaire ont porté sur le fonds du district de Laval et sur les versements entrés récemment. Ont également été traités les documents du recensement général des locaux après la Seconde Guerre mondiale, les dossiers des agents ayant commencé leur carrière avant 1983, quelques fonds de documents figurés et les objets. Le classement du fonds de Laval-Spectacles a débuté. L’inventaire de chaque fonds traité est disponible sous forme imprimée dans la salle de lecture et sous forme numérique dans la base de données également accessible en salle de lecture.

3) Échos et nouvelles

Valorisation

Un portail « Fonds patrimoniaux Laval » [ http://www.fondspatrimoniaux.laval.fr/ ] a été mis en service à l’occasion des Journées du Patrimoine. Ce portail est destiné à la valorisation des fonds patrimoniaux numérisés des Archives, de la Bibliothèque, des Musées (beaux-arts et sciences) et du service municipal de l’Inventaire général. Ces fonds sont accessibles grâce à des moteurs de recherches multicritères. Expositions virtuelles et galeries d’images complètent cette mise en valeur.

Le service a présenté lors d’une exposition qui s’est déroulée du 4 au 27 février 2015, dans la salle d’exposition, 50 photographies réalisées par M. Guihard à l’occasion du Carnaval de Laval de 1994 à 2002. Quelques affiches extraites du fonds municipal complétaient ces clichés.

Des documents relatifs à la Seconde Guerre mondiale ont été prêtés pour la réalisation, par l’atelier vidéo du service communication, d’un documentaire sur Laval pendant cette période.

La participation du service, une nouvelle fois, à l’opération « Industrielle attitude » ainsi qu’aux Journées du Patrimoine a permis à des Mayennais de visiter les Archives et de voir quelques documents remarquables.

Pour la première fois, les Archives municipales ont participé à la journée internationale des archives qui coïncidait en 2015 avec les 20 ans du service. Un document a été présenté sur le site de cette manifestation, plusieurs visites du service ont eu lieu durant la journée avec présentation de quelques documents remarquables.

La responsable du service est intervenue lors des « Cafés d’histoire », animation d’été proposée par le service Patrimoine : une causerie d’une ½ heure autour d’un café.

Numérisation

Des diapositives, prêtées par un particulier et concernant le jumelage Laval-Boston, l’aéro-club et une exposition sur le xviiie siècle, ont été numérisées.

Archives Ville Le Mans et Le Mans Métropole

Archives municipales et du Mans Métropole, communauté urbaine
102, rue Gambetta – 72 039 Le Mans cedex 09
Téléphone : 02 43 47 49 03 – Télécopie : 02 43 47 43 68
e-mail : archives[@]lemans.fr
Heures d’ouverture : lundi-vendredi, 8 h 30-12 h 00 et 13 h 00-17 h 00

1) Enrichissement des collections

Archives publiques

Parmi les versements pris en charge en 2015, on peut noter les ensembles suivants :

  • aménagement urbain : zones d’aménagement (1977-2013), opération d’urbanisme (1967-2002), pôle d’échange multimodal (2001-2010) ;

  • assemblées : conseil municipal (2012-2013), municipalité (2013), conseil communautaire (2012-2013), bureau communautaire (2013) ;

  • médiathèque : gestion des collections du fonds patrimonial (1943-2010), animation culturelle (1965-2011) ;

  • personnel : commission administrative paritaire (2003) ;

  • population : registre des naissances (1914), registre des mariages (1938-1939), registre des décès (1938-1939), dépôt, restitution et vente au domaine des objets trouvés (1981-2014) ;

  • salles de spectacles : programmation culturelle (1999-2009), bilan d’activité (1997-2010), organisation des spectacles (1998-2008) ;

  • services généraux : liquidation de marchandises (2009), occupation temporaire de la voie publique (2009) ;

  • urbanisme : permis de construire de la ville du Mans et des communes de Le Mans Métropole (2007, 2009).

2) Instruments de recherche et publications

4 400 notices ont été saisies et indexées sur le logiciel de gestion d’archives Avenio qui fait office d’instrument de recherche.

Les répertoires numériques existants pour les séries modernes ont été mis à jour.

3) Échos et nouvelles

Numérisation

12 069 fichiers numériques ont été produits. Ils concernent :

  • 2 registres naissances (1913), 2 registres mariages (1939), 22 registres de délibérations municipales (An IX-1855, 1968-1972), 3 942 reportages photographiques architecture et opération d’urbanisme (1972-1975), 26 cartes postales (xixe-xxie siècles).

Restauration

Poursuite de la campagne de restauration : 17 listes électorales (1933-1938), 8 registres paroissiaux (1574-1791), 11 registres d’état civil (1840-1939), 19 plans d’alignement (xixe siècle).

Publications

Mise en ligne de la version intranet du logiciel de gestion des Archives, consultable en salle de lecture.

Archives municipales de Nantes

Archives municipales de Nantes
1 rue d’Enfer – 44 094 Nantes cedex 01
Téléphone : 02 40 41 95 85 - Télécopie : 02 40 47 38 79
e-mail : archives[@]mairie-nantes.fr Site internet : www.archives.nantes.fr Heures d’ouverture : lundi : 13 h 00-17 h 00, mardi-vendredi : 9 h 00-17 h 00

Le service commun Archives de Nantes regroupant les Archives municipales et les Archives métropolitaines a été créé en novembre 2014

1) Enrichissement des collections

Archives publiques

Désormais l’ensemble des documents produits par les directions Ville, Métropole, CCAS et par les délégataires (SPL Le Voyage à Nantes, Syndicat mixte Angers-Nantes-Opéra, SEM, Nantes Aménagement…) est versé, conservé et communicable dans les locaux des Archives de Nantes.

Les versements en provenance des services de la Ville, de la Métropole et des délégataires de service public ont atteint 1 033 m linéaires en 2015, dont :

  • conseils communautaires (2001-2014) ;

  • projets de renouvellement urbains (1990-2014) ;

  • développement urbain (1980-2009) ;

  • espace public (2005-2011) ;

  • ouvrages d’art (1838-2007) ;

  • équipements (1984-2015) ;

  • musée des beaux-arts (1829-2010) ;

  • Angers-Nantes opéra (Syndicat mixte)(1970-2008) ;

  • Le Voyage à Nantes (SPL) ;

  • développement économique et attractivité internationale-entreprises et filières (1991-2007).

Versements auxquels il faut rajouter les 27 000 plans des bâtiments de la Ville (1940-1990) versés par la Direction du BATI (Bâtiments, Architecture, Travaux et Infrastructures).

Archives privées

Parmi les fonds collectés sont à signaler :

  • les 324 photographies numériques du photographe nantais Victor Girard (début xxe siècle) ;

  • la correspondance de la famille Camin-Naudin transmise par les Archives de l’Assemblée nationale.

Archives orales

63 témoignages d’habitants du quartier Fosse-Mellinet collectés pour servir au futur ouvrage « Quartiers à vos mémoires ».

2) Instruments de recherche et publications

En 2015, 12 563 notices ont été saisies dans la base de données consultable en ligne.

Parmi elles, les 888 notices des permis de construire de 1931, 913 des permis de 1972 et 858 de 1979, permettant une recherche par lieu et/ou architecte.

3) Échos et nouvelles

Restauration

Les opérations 2015 ont porté sur :

  • 97 parchemins avec ou sans sceau de la série CC (Impôts et comptabilité) ;

  • 29 affiches (Fête du 14 juillet) ;

  • 8 volumes de presse, le quotidien Le Populaire (1900-1903).

Numérisation

L’ensemble des documents restaurés en 2014 ont été numérisés :

  • 71 parchemins du xive au xviiie de la série BB (Administration communale),

  • 37 affiches du Théâtre Graslin,

  • Presse (Le Populaire 1896-1899).

À ces documents, se sont ajoutés :

  • l’état civil (registres des naissances 1914, mariages et décès 1939) afin de compléter l’offre en ligne ;

  • les délibérations manuscrites de la ville de Nantes (1565-1894) étant déjà numérisées, elles ont été complétées des délibérations des anciennes communes de Chantenay (1726-1908) et Doulon (1808-1908) annexées en 1908.

Enfin, il a été décidé de re-procéder à la numérisation des recensements de population antérieurs à 1906. Cette fois, l’opération se fera à partir des registres originaux de la collection municipale afin de progressivement remplacer les fichiers en ligne issus de la numérisation des microfilms de la collection départementale après que nous nous soyons rendu compte avec nos collègues des Archives départementales de Loire-Atlantique de la non-similitude des deux collections.

Les années 1896 et 1901 ont été numérisés.

Site internet

Deux nouveaux dossiers-parcours « Lire la ville » ont été publiés par le Service éducatif :

  • Nantes au Moyen Âge ;

  • Nantes au xixe siècle : l’industrialisation.

Enrichissement des chroniques 1914-1918 lancées en 2014 avec des journaux de guerre reçus lors des opérations « Grande collecte » 2013 et 2014.

Le nombre d’images consultées en ligne s’élève à 7 338 366.

Fréquentation de la salle de lecture

630 lecteurs ont consulté 6 125 documents en salle de lecture.

Service éducatif

Malgré des conditions d’accueil des classes restreintes de janvier à juin 2015 avec la fin des travaux des abords de la salle du service éducatif, la fréquentation est en augmentation avec 1 922 élèves accueillis.

La répartition des ateliers a été relativement hétérogène, en partie due à la création de deux nouveaux ateliers « Lire la ville » : « Nantes au Moyen Âge » et « Nantes au xixe » avec le service médiation de la direction du Patrimoine et de l’Archéologie.

Ces journées associent un atelier pédagogique aux Archives et une visite urbaine animée par une guide conférencière.

Répartition par types d’ateliers :

  • Quartier de mon école : 26 classes,

  • Lire la Ville : 22 classes,

  • Ateliers aux jardins : 14 classes,

  • Ateliers d’histoire locale : 9 classes.

Histoire et mémoire des quartiers

L’année 2015 a été principalement consacrée à la finalisation du 4e livre de la collection « Quartiers, à vos mémoires » intitulé « Du quai de la Fosse vers Mellinet-Canclaux » : traitement de 63 témoignages, rédaction et relecture, choix de l’iconographie et élaboration du programme de manifestations qui accompagneront la sortie de l’ouvrage fin janvier 2016.

L’animation des autres groupes « Histoire et mémoire des quartiers » s’est poursuivie avec en particulier la publication de nouveaux articles du groupe du quartier Hauts-Pavés-Saint-Félix sur le site Internet des Archives dans l’attente du futur « Wiki patrimoine » en cours de définition.