Navigation – Plan du site

L’enseignement des langues anciennes au collège de l’Oratoire du Mans au xviiie siècle : une remise en cause du latin et du grec ?

The teaching of ancient languages at Oratory School in Le Mans in the 18th century: Challenging the importance of Greek and Latin
Thierry Gouault
p. 57-73

Résumés

La refondation du collège (loi du 8 juillet 2013) prévoit de nouvelles modalités pour l’apprentissage du latin et du grec. Cette réforme a entrainé un débat, qui a dépassé le clivage politique traditionnel, sur la place du latin et du grec dans les cycles 3 et 4 de la scolarité des adolescents. La refondation a-t-elle fait renaître la querelle des « Anciens » et des « Modernes » ?

Les régents du collège de l’Oratoire du Mans (1624-1792) ont révolutionné la pédagogie en accordant une place centrale à la langue vernaculaire ou vulgaire, en enseignant en français les principales disciplines : l’histoire, la géographie, les sciences et même le latin et le grec. Peut-on parler, pour l’ancienne langue des savants et des humanistes, de langue morte ? Rien n’est moins certain, surtout dans un xviiie siècle durant lequel le latin – la tradition pré-tridentine imposant une liturgie toujours romaine – résiste à la vulgarisation.

Pendant 168 ans, les presque 400 professeurs oratoriens du Mans ont suivi des méthodes pédagogiques définies dans des plans d’étude (Despautère, Lamy, Morin, Condren, Houbigant, Rollin, Dumarsais…). L’objectif est de faciliter l’apprentissage des langues anciennes qui sont devenues progressivement de simples matières ; le français s’imposant comme la langue de l’instruction nationale à la veille de la Révolution.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVIIIe siècle

Noms de lieux :

Le Mans
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Des plans d’étude au xviie siècle
La méthode visuelle du père Condren ?
Une simple matière ?
La méthode vulgarisatrice de Dumarsais
Le latin pour les pastorales
Alors, le latin : une langue morte ?
Le grec négligé
Un débat entre les « Anciens » et les « Modernes » toujours d’actualité ?

Aperçu du texte

La loi du 8 juillet 2013 d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République prévoit de nouvelles modalités pour le collège unique. La question de l’apprentissage des langues anciennes dans la réforme s’est invitée dans les débats. Le latin et le grec vont-ils disparaître ?

Ce débat entre les « Anciens », c’est-à-dire les apôtres de la langue latine et romaine, et les « Modernes », les partisans de la langue vernaculaire, ne date pas de l’actuelle réforme du cycle 4 des établissements secondaires. Ces réflexions sur l’apprentissage du latin et du grec sont anciennes. Pendant presque deux cents ans, les Jésuites se sont ainsi opposés aux Oratoriens à l’intérieur de leurs établissements scolaires. Au collège de l’Oratoire du Mans (1624-1792), les régents enseignent principalement en français, y compris les cours de latin, contrairement aux Jésuites qui conservent, dans leur...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Gouault, « L’enseignement des langues anciennes au collège de l’Oratoire du Mans au xviiie siècle : une remise en cause du latin et du grec ? », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 124-2 | 2017, 57-73.

Référence électronique

Thierry Gouault, « L’enseignement des langues anciennes au collège de l’Oratoire du Mans au xviiie siècle : une remise en cause du latin et du grec ? », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 124-2 | 2017, mis en ligne le 17 juillet 2019, consulté le 20 août 2017. URL : http://abpo.revues.org/3666

Haut de page

Auteur

Thierry Gouault

Professeur d’histoire au collège Saint-Louis, Le Mans, chercheur associé au CERHIO UMR 6528

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page