Navigation – Plan du site
Accueillir ou abandonner ?

La « vérité » de la parenté

Rejet et reconnaissance du lien parental (paternel et maternel) dans les sources grecques antiques
A “true” kinship. Rejection and recognition of parental bonds (paternal and maternal) in ancient Greek sources
Jérôme Wilgaux
p. 15-30

Résumés

Les travaux de Jean Rudhardt ont popularisé l’idée qu’en Grèce ancienne, un long processus, marqué par de nombreux rituels accomplis par le père, est nécessaire pour qu’un enfant soit reconnu et pleinement intégré dans une communauté. Pourtant, les plaidoyers de Démosthène sur lesquels s’appuyait ce chercheur peuvent tout autant démontrer le contraire : les enfants de Mantias, apparemment désavoués par leur père, firent reconnaître leurs droits lors d’un procès et c’est alors leur mère qui joua un rôle essentiel dans cette reconnaissance. La reprise de ce dossier permet donc de montrer le rôle de la mère, et plus particulièrement des serments maternels dans les processus de reconnaissance d’un enfant, la mère étant la seule à pouvoir connaître sa véritable origine. La question essentielle change dès lors et porte non plus sur le caractère institué de la filiation, mais sur sa « vérité », ce qui nous permet de requestionner les fondements de la parenté en Grèce ancienne, de nous interroger sur ce qui rend un enfant le plus « approprié » possible à ses parents, le plus apte à s’inscrire dans leur continuité successorale, parentale, communautaire.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

Antiquité
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Les Contre Bœotos
Les fondements de la parenté
L’importance des serments maternels
La « vérité » de la parenté

Aperçu du texte

Aujourd’hui, toute personne, dès sa naissance (voire dès sa conception ou sa gestation), se voit reconnaître en propre une personnalité juridique et des droits universels, qui lui permettront ensuite d’affirmer sa pleine autonomie. Une telle conception de droits universels semble particulière à notre monde contemporain, marqué notamment par l’abolition de l’esclavage et la déclaration universelle des droits de l’homme, mais n’est pas sans susciter des tensions entre ce qui, selon nos représentations, relève de la loi ou bien de la nature, et n’est pas sans mettre en concurrence les droits respectifs des différents membres d’une famille mais aussi des communautés auxquelles un individu se rattache.

Dans bien des sociétés étudiées par les historiens, en effet, selon les interprétations les plus habituelles, c’est avant tout en tant que membre d’un groupe, en tenant compte donc de ses origines, de son sexe, du...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Wilgaux, « La « vérité » de la parenté », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 124-3 | 2017, 15-30.

Référence électronique

Jérôme Wilgaux, « La « vérité » de la parenté », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 124-3 | 2017, mis en ligne le 16 novembre 2019, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://abpo.revues.org/3688

Haut de page

Auteur

Jérôme Wilgaux

Maître de conférences en histoire grecque, Université de Nantes, CRHIA

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page