Navigation – Plan du site
Accueillir ou abandonner ?

De Sparte à l’île du Soleil

Eugénisme et communauté des enfants dans les utopies de la Grèce ancienne
From Sparta to the Islands of the Sun. Eugenics and communities of children in ancient Greek utopias
Aurélie Damet
p. 31-48

Résumés

Pour les faiseurs d’utopies, la cité spartiate antique fut le modèle historique de référence en matière de pratiques eugéniques et communautaires. Les coutumes matrimoniales lacédémoniennes, faisant cohabiter monogamie et polyandrie à but nataliste et eugénique, ainsi que l’exercice de la paternité collective, ont dessiné une société à part dans le monde grec ancien, objet d’amusement pour le comique athénien Aristophane qui en déforme les traits dans son utopie de l’Assemblée des femmes. Dans la cité imaginaire de Platon, la Callipolis de la République, trois traits majeurs empruntés aux mœurs spartiates étayent la formation du groupe des gouvernants : l’encouragement copulatoire des meilleurs géniteurs, la sélection des nourrissons à la naissance et la mise en commun des enfants. Si Aristote rejette tout principe de communauté parentale dans les Politiques, il demeure un fervent défenseur des pratiques eugéniques prénatales et postnatales. Enfin, le voyage imaginaire d’Iambule, à l’époque hellénistique, mène les lecteurs sur les rivages de l’île du Soleil, où les habitants, testant les nouveau-nés lors d’un baptême de l’air insolite, vivant en communauté et partageant les mêmes occupations et le même régime, recréent dans un ailleurs fantasmé le cadre de vie spartiate.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

Antiquité
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

La matrice spartiate : eugénisme et communauté
La cité « lacomique » : Aristophane et la communauté des enfants
Les enfants de la République
L’eugénisme aristotélicien
Eugénisme et communisme des peuples lointains

Aperçu du texte

Le meilleur des mondes, voilà un horizon politique et social qui a motivé de nombreux penseurs, législateurs et voyageurs de la Grèce ancienne. De l’Assemblée des femmes d’Aristophane à l’île du Soleil d’Iambule, de la République platonicienne aux Politiques d’Aristote, la fabrique optimisée des organisations politiques place d’abord la famille au cœur du système. Mais une famille pensée et repensée, où deux pratiques, discutées et/ou adoptées, reviennent structurellement étayer les soubassements de l’édifice parental : la mise en commun des enfants et la sélection à la naissance, une hiérarchisation qualitative que l’on peut qualifier d’eugéniste. Si les études ont été très nombreuses sur la communauté des enfants, souvent associée à celle des femmes, la question des pratiques eugénistes a en revanche laissé les antiquisants plutôt indifférents. Pourtant, dans les sociétés dépeintes par les faiseurs d’uto...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélie Damet, « De Sparte à l’île du Soleil », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 124-3 | 2017, 31-48.

Référence électronique

Aurélie Damet, « De Sparte à l’île du Soleil », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 124-3 | 2017, mis en ligne le 16 novembre 2019, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://abpo.revues.org/3690

Haut de page

Auteur

Aurélie Damet

Maître de conférences en histoire grecque, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8210 Anhima

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page