Navigation – Plan du site
Accueillir ou abandonner ?

Accueillir l’enfant illégitime : modalités, enjeux, limites de la benignitas canonica

Des théories romano-canoniques aux pratiques sociales (xiie-xve siècles)
Welcoming illegitimate children: modalities, issues and the limitations of the benignitas canonica. From Romano-Canonic theories to social practice (11th-15th centuries)
Carole Avignon
p. 65-86

Résumés

Cette communication se propose de mobiliser dans leur diversité les représentations de l’enfant bâtard à travers plusieurs corpus documentaires médiévaux, de son rejet et sa stigmatisation aux modalités symboliques, affectives, juridiques, ou judiciaires de son accueil, ainsi que les premières significations anthropologiques qu’il est possible de commencer à dégager de ces différents dossiers. Les réflexions sur la filiation sont polarisées en droit romano-canonique médiéval par la question de savoir qui « succède » en ligne paternelle (en l’occurrence seuls les légitimes et les légitimés) et qui doit être « nourri ». Le droit canonique divergerait alors de la pensée des romanistes qui ont pourtant permis de définir les contours de l’obligation alimentaire et les cadres de la responsabilisation des pères naturels (à partir des trois ans de l’enfant) : à compter de la seconde moitié du xiie siècle, s’affirme progressivement le principe que même illégitimes, spurii inclus, les enfants doivent être « nourris » par leurs parents. En marge d’une réflexion sur la favor prolis qu’ils ne mobilisent toutefois jamais, papes et décrétalistes soutiennent le principe de l’accueil et de la prise en charge des illégitimes par leurs parents, et notamment par leur père auquel ils ne sauraient toutefois jamais succéder. La sollicitudo et la benignitas enjoignent de faire triompher le jus naturale sur les éventuelles restrictions du droit positif. Le témoignage des archives de la pratique (actes notariés, testaments, archives judiciaires d’officialités) invite toutefois à nuancer ces postures bienveillantes, tout en confirmant la réalité de la responsabilisation des pères naturels, de facto comme de jure.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

Moyen Âge
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Définir en droit la filiation : genera (« extractions »), droits et devoirs
« Qui fait l’enfant doit le nourrir » : retour aux sources
Favor vs. sollicitudo, benignitas
Entretien et circulation des « nourris » : de la mère au père ? Le témoignage des archives de la pratique

Aperçu du texte

« Comment la société médiévale accueillait en son sein les enfants et les adolescents », tel était l’objet de recherche qui réunissait déjà en 1981 les historiens médiévistes assemblés en congrès. Dans ses notes critiques consacrées à l’étude de ces Entrées dans la vie, Jacques Verger saluait le recours au concept médiéval d’« âges de la vie » pour organiser la réflexion des communicants, à côté de ceux de « rites d’initiation » et d’« éducation », tout en regrettant que n’aient pas été davantage envisagés conjointement les deux premiers (âges de la vie et rites d’initiation) ; il appelait aussi de ses vœux l’ouverture de nouveaux chantiers de recherche, notamment sur le développement du petit enfant. Les contributeurs du colloque de Flaran en 1997 étaient également invités à s’intéresser à l’enfant médiéval, infans et puer. C’est à ces deux âges de la vie que nous nous intéressons aujourd’hui.

Qu’advient-il quan...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carole Avignon, « Accueillir l’enfant illégitime : modalités, enjeux, limites de la benignitas canonica », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 124-3 | 2017, 65-86.

Référence électronique

Carole Avignon, « Accueillir l’enfant illégitime : modalités, enjeux, limites de la benignitas canonica », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 124-3 | 2017, mis en ligne le 16 novembre 2019, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://abpo.revues.org/3694

Haut de page

Auteur

Carole Avignon

Maître de conférences en histoire du Moyen Âge, CERHIO CNRS, Université d’Angers, Université Bretagne Loire

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page