Navigation – Plan du site
Des soins pour grandir

Le hochet d’Archytas : un jouet pour grandir

Archytas’s rattle: a toy with which to grow up
Véronique Dasen
p. 89-107

Résumés

Aristote attribue à Archytas de Tarente l’invention du hochet. La découverte ne concerne cependant pas l’objet, mais le concept qui détermine son usage. Elle prend tout son sens à la lumière de la dimension éducative de la musique prônée par le pythagoricien et ses contemporains. Loin d’être un simple objet ludique, « le hochet d’Archytas » participe pleinement au processus de « fabrication de l’humain » qui transforme par étapes le tout-petit en être social en Grèce ancienne. Le rythme et la musique structurent l’âme de l’enfant, en le détournant d’activités désordonnées qui font prendre de mauvaises habitudes. Son usage témoigne du souci d’entourer le tout petit de soins adaptés à son âge dès la naissance. Il s’inscrit aussi dans une gamme de soins qui inclut les berceuses et visent à assurer une croissance en bonne santé. La représentation sur un chous attique d’un enfant assis sur son pot, entouré d’un bâton à roulettes, d’un chous et brandissant un hochet résume ce programme d’anthropoiesis : il associe l’apprentissage de la propreté, de la marche, des rites religieux de la cité, à la formation de l’âme par le rythme musical du hochet.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

Antiquité
Haut de page

Notes de l’auteur

Sauf mention contraire, toutes les traductions sont celles de la CUF (Collection des Universités de France) avec unification des différents termes utilisés en français pour traduire platagê.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Des mots pour le dire
Un hochet pour grandir
Musique et éducation
L’invention d’Archytas
Des hochets et des hommes

Aperçu du texte

Sur la panse d’un cruchon ou chous attique à figures rouges, un jeune enfant est représenté nu, de face, assis dans un pot surélevé qui lui sert de chaise percée (fig. 1 ; vers 440-425 av. J.-C.). Il remue ses petites jambes, disposées de manière asymétrique dans l’ouverture du siège pour suggérer leur agitation, tout en brandissant dans la main droite le manche d’un objet de forme circulaire, rehaussé de blanc, qui semble être un hochet. Deux objets posés par terre l’entourent, à sa gauche un bâton à roulettes, ou hamaxis, appuyé contre le cadre du panneau peint, à sa droite un petit vase, un chous semblable au récipient qui sert de support à l’image. D’ordinaire, la scène est interprétée comme l’évocation d’un moment de détente dans l’intimité du gynécée, dévoilant le monde récréatif de l’enfant grec. Cependant, cette lecture plaque un concept moderne sur une image antique. L’amalgame est dû à l’apparent...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique Dasen, « Le hochet d’Archytas : un jouet pour grandir », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 124-3 | 2017, 89-107.

Référence électronique

Véronique Dasen, « Le hochet d’Archytas : un jouet pour grandir », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 124-3 | 2017, mis en ligne le 16 novembre 2019, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://abpo.revues.org/3697

Haut de page

Auteur

Véronique Dasen

Professeure d’archéologie classique, université de Fribourg, membre associé de l'UMR 8210 ANHIMA, Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page