Navigation – Plan du site
L’enfant déficient et malade

Perceptions et accompagnements de l’atteinte physique chez l’enfant dans l’Antiquité romaine

Perceptions and accompanying infirm children in classical Rome
Caroline Husquin
p. 159-174

Résumés

La recherche récente a bien montré que l’idée d’un rejet systématique des enfants malades ou infirmes à la naissance, chez les Romains, relevait d’une historiographie ancienne aujourd’hui datée. Le but de cet article est de souligner la diversité des situations auxquelles l’enfant handicapé devait faire face avec différentes conséquences selon son âge, son statut social et son sexe. La décision d’élever ou pas un enfant revenait principalement au père de famille, sur avis de la sage-femme, sans qu’on sache quels critères précis étaient pris en compte pour décréter ce qui était rédhibitoire ou non. Si on peut supposer qu’un certain nombre d’enfants handicapés étaient éliminés à la naissance, l’archéologie montre qu’une partie d’entre eux est tout de même parvenue jusqu’à l’âge adulte et a fait l’objet de soins. De plus, tous les maux qui pouvaient toucher ces bébés n’étaient pas immédiatement visibles lors de la venue au monde, il était alors difficile d’exposer un enfant plus âgé. Il s’agira ici de se concentrer sur les nourrissons qui n’ont pas fait l’objet d’une expiation rituelle, d’un infanticide ou d’un abandon afin d’envisager comment ils étaient perçus et traités par leur entourage et la communauté dans laquelle ils évoluaient.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

Antiquité
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Le meilleur accompagnement : la prévention
Avant la naissance
Quand bébé est là
Les ratés de la prévention
L’enfant au foyer
Les causes de l’atteinte physique
Attitudes de l’entourage : l’exemple des troubles de la parole
Accompagner ou remédier ?
L’œil du spectateur : la communauté et l’enfant
Une reconnaissance juridique ?
Quand l’atteinte au corps ne dispense pas d’une activité
Un engouement responsable de la mutilation d’enfants ?

Aperçu du texte

« Nous abattons les chiens enragés, nous tuons un bœuf intraitable et sauvage, nous égorgeons les bêtes malades pour qu’elles ne contaminent pas le troupeau ; nous étouffons les petits monstres (portentosos fetus), nous noyons même les enfants, quand ils sont venus chétifs et anormaux (debiles monstrosique) : ce n’est pas la colère, c’est la raison qui nous invite à séparer des éléments sains les individus nuisibles. »

Ces mots célèbres de Sénèque renvoient à un lieu commun largement répandu dans la pensée collective, et hérité d’une historiographie aujourd’hui datée, selon lequel les Anciens éliminaient systématiquement les enfants nés avec une anomalie physique. La recherche récente a remis en question le caractère coutumier attribué à cette pratique. Il est vrai que sous la République romaine une partie des enfants malformés ont été rangés au rang de prodigia, c’est-à-dire d’anomalies fortuites, inhabitu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Husquin, « Perceptions et accompagnements de l’atteinte physique chez l’enfant dans l’Antiquité romaine », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 124-3 | 2017, 159-174.

Référence électronique

Caroline Husquin, « Perceptions et accompagnements de l’atteinte physique chez l’enfant dans l’Antiquité romaine », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 124-3 | 2017, mis en ligne le 16 novembre 2019, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://abpo.revues.org/3703

Haut de page

Auteur

Caroline Husquin

ATER à l’université Bretagne-Sud, CERHIO CNRS FRE 2004, associée à HALMA UMR 8164 (CNRS, Univ. Lille [SHS], MCC) et à l’université de Fribourg (Suisse)

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page