Navigation – Plan du site
L’enfant déficient et malade

L’épilepsie de l’enfant dans l’Antiquité (ier-ve siècles) : prévention et traitement

Child epilepsy during the Antiquity (1st-5th century): prevention and treatment
Patricia Gaillard-Seux
p. 175-202

Résumés

L’épilepsie touche particulièrement les enfants, ce que savaient les Anciens. La croyance en l’origine surnaturelle de cette maladie, sa définition médicale et la crainte qu’elle soit contagieuse influencent aussi leurs comportements face à l’épilepsie de l’enfant. Certaines populations grecques tentaient peut-être d’éliminer les épileptiques à la naissance, comme le laissent entendre Plutarque et Soranos d’Éphèse. La volonté de prévention entraîne le contrôle complet du corps et des actes de la nourrice, recommandé par les médecins antiques. Elle conduit parfois aussi à la mise à l’écart de l’enfant incurable : Apulée, dans l’Apologie, montre ainsi un jeune esclave envoyé dans un lieu reculé à la campagne. Mais le souci de soigner l’emporte sur le rejet et il existait des traitements médicaux spécialement pour les enfants épileptiques, détaillés par Arétée de Cappadoce, Galien et Caelius Aurelianus ; comme pour les adultes, la magie et l’exorcisme étaient aussi employés afin d’éviter ou de soigner le mal.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

Antiquité
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Conceptions de l’épilepsie dans le monde gréco-romain
Une origine surnaturelle ?
La définition médicale de la maladie
L’épilepsie, maladie contagieuse
L’épilepsie, maladie des enfants
L’opinion des médecins antiques
Des craintes justifiées
Prévenir l’épilepsie du nourrisson
L’élimination de l’épileptique à la naissance
Contrôler la nourrice
Un interdit alimentaire de la nourrice : le céleri
Prévention de la contagion et isolement de l’enfant épileptique
Les soins médicaux aux enfants épileptiques
Magie, astrologie et exorcisme contre l’épilepsie des enfants

Aperçu du texte

L’épilepsie est une maladie bien connue et identifiée dans l’Antiquité. Ce qui caractérise ses formes les plus sévères, la crise épileptique, a été reconnu par les médecins antiques, même si des cas relevant pour nous d’autres maladies ont été certainement parfois inclus dans leurs descriptions. L’épilepsie est évoquée de manière plus ou moins détaillée depuis les traités de la collection hippocratique (ve-ivsiècles av. J.-C.) jusqu’aux écrits médicaux de la fin de l’Antiquité. Les caractéristiques de la crise lui ont fait attribuer une origine surnaturelle, opinion combattue par les médecins hippocratiques et leurs successeurs. Cette réfutation n’empêche pas les praticiens comme les profanes de reconnaître que c’est une maladie très grave, affectant singulièrement la santé et la vie sociale du patient. L’épilepsie est de surcroît un mal qui frappe particulièrement les enfants. De nombreuses stratégies ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patricia Gaillard-Seux, « L’épilepsie de l’enfant dans l’Antiquité (ier-ve siècles) : prévention et traitement », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 124-3 | 2017, 175-202.

Référence électronique

Patricia Gaillard-Seux, « L’épilepsie de l’enfant dans l’Antiquité (ier-ve siècles) : prévention et traitement », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 124-3 | 2017, mis en ligne le 16 novembre 2019, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://abpo.revues.org/3705

Haut de page

Auteur

Patricia Gaillard-Seux

Maître de conférences d’histoire romaine, université d’Angers, CERHIO CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page