Navigation – Plan du site
Comptes rendus

The Non-Classical Lexicon of Celtic Latinity, vol. 1 – letters A-H, Corpus Christianorum – Continuatio mediaevalis, Royal Irish Academy Dictionary of Medieval Latin from Celtic Sources, Constituent Publication I – with foreword by Dáibhí Ó Cróinín

Bernard Merdrignac
p. 195-197
Référence(s) :

Turnhout, Brepols, 2005

Texte intégral

1Voici une vingtaine d’années, Michael Lapidge et Richard Sharpe publiaient une Bibliography of Celtic Latin Literature: les Bretons continentauxavaient déjàleur place, pour la première fois, dans cette contribution au projet de Dictionnary of Medieval Latin from Celtic Sources patronné par la Royal Irish Academy quis’efforçait de circonscrire la littérature latine dans les pays celtiques ainsi que les productions des auteurs celtes émigrés à l’étranger du ve au xiiie siècle.

2Dix ans plus tard, en collaboration avec le Dictionnary of Medieval Latin from Celtic Sources, les éditions Brepols publiaient sous forme de base de données le corpus Archive of Celtic-Latin Literature de la Royal Irish Academy qui prenait en compte la plupart des textes insérés dans la Bibliography of Celtic Latin Literature. Y figuraient des auteurs incontournables tels que Gildas, Patrice, Colomban ou Jean Scot Erigène, bien entendu, mais aussi, par exemple, pour la Grande Bretagne, Caradog de Llancarfan ou Giraud de Barry, pour l’Irlande Muirchú, Tírechán ou Cogitosus, pour l’Écosse, Jocelin de Furness entre autres. À côté des nombreux peregrini insulaires émigrés sur le continent tels que Dungal, Dicuil ou Muiredach, les hagiographes bretons du ixe siècle (comme Bili, Ratvili, Wrmonoc) étaient pris en compte, mais aussi Abélard ou Robert d’Arbrissel, quoique le caractère celtique de la latinité de ces derniers auteurs reste largement sujet à caution. Notons aussi qu’à côté des canons pénitentiels et des textes législatifs insulaires, les Libri Romanorum et Francorum (Canones Wallici) étaient restitués à la Bretagne. Le caractère archaïque (ve siècle) de cette « ancienne loi des Bretons armoricains » que soupçonnait déjà L. Fleuriot a été brillamment confirmé par S. Kerneis qui présente des arguments permettant d’établir que la rédaction de ce texte a été l’un des éléments de la pacification de l’Armorique à la suite de la victoire d’Aetius sur la Bagaude de 445.

3Dans l’« Avertissement » qui ouvre le présent ouvrage, Daibhi O’Croinin, président du Comité éditorial, retrace ces étapes préliminaires qui ont aboutit, sous les auspices de la Royal Irish Academy, à la publication du premier volume (lettres A à H) de ce Lexique de la latinité celtique (NCLCL) durant la période du ve au xiiie siècles. Il ne s’agit à proprement parler - précisent en introduction Anthony Harvey et Jane Power - ni d’un dictionnaire étymologique (quoique celui-ci fournisse des indications de provenance ou des rapprochements suggestifs), ni d’un thesaurus (bien que, pour chaque terme, soit mentionnées sa fréquence et son extension chronologique et géographique). Le NCLCL prend aussi en compte des mots qui se rencontrent en latin standard mais qui apparaissent, dans les sources recensées dans l’ACLL, avec une orthographe spécifique ou sous des formes qui ne se retrouvent pas ailleurs dans l’Occident médiéval. La trop fameuse britannica garrulitas (« bavardage breton » ; ou mieux : « logorrhée bretonne ») trouve donc ici la place qui lui revient.

4Dans cette perspective, parmi les constatations que permet la consultation de ce premier tome, on trouve déjà la confirmation de la richesse du vocabulaire d’origine grecque ou hébraïque dans la latinité celtique. Ainsi, le verbe charaxare, démarqué du grec caravsein (« inciser », « graver »), est pris au sens d’« écrire » à partir de Virgilius Maro Grammaticus (ve-vie siècles) ; cet emploi figuré se relève surtout chez des auteurs insulaires (Adamnan, Aldhelm, Penitentiale Bigotianum). Mais il se rencontre aussi chez les Bretons continentaux. À la formule «Mihi craxanti litteras missereatur Trinitas » dans le colophon du scribe Arbedoc sur un manuscrit breton (Paris BN lat. 12021, f° 139R) de la seconde moitié du ixe siècle signalée naguère par P.-Y. Lambert (EC, 21-1984), puis par L. Lemoine (ABPO, 102-1995), on peut aussi adjoindre la charte 2 de Landévennec « sicut in primo libro de vita eius scripto nuper edidimus atque caraximus » qui fait référence à la Vita de saint Guénolé. Cet attrait pour le vocabulaire recherché n’implique d’ailleurs pas que les auteurs maîtrisaient le grec (ou l’hébreu) pour autant. Il est plus probable qu’ils avaient recours à des glossaires gréco-latins, comme cela pourrait être le cas de l’adjectif diasyrticus (« ironique ») dans la Vita de saint Magloire (qui, sans doute faute d’édition intégrale, n’est pas prise en compte dans l’ACLL).

5Les Hisperica Famina ont souvent été présentées (à la suite de P. Grojean) comme des manuels scolaires destinés à permettre l’acquisition d’un vocabulaire recherché, voire prétentieux, par des élèves pour qui le latin était une langue morte. Le NCLCL facilite les relevés et fournit, entre autre, l’occasion de vérifier l’utilisation très mesurée de l’hispérisme par certains hagiographes bretons qui se contentent d’insérer quelques mots choisis dans leurs productions. En compulsant le lexique, on relève par exemple que dusmus (défini par les HF comme équivalent de diabolus) n’apparaît que chez deux auteurs bretons du ixe siècle : Liosmonoc, auteur du Libellus sacerdotalis, et Bili, à qui l’on doit une Vita de saint Malo. L’emploi de l’accusatif anfitricem dans la Vita de saint Cunual est ici rapproché du terme anfitridis/anfitritis qui, dans les Hisperica Famina, désigne métaphoriquement la mer, en concurrence avec le nom poétique Thetis d’où dérive theticus (« l’adjectif hispérique par excellence », pour reprendre la formule de L. Lemoine) qui apparaît d’abord chez Gildas et se retrouve chez Nennius et dans le glossaire de Leyde. Gageons que le second volume du NCLCL ne manquera pas de prendre en compte les occurrences de l’adjectif chez les hagiographes bretons. Il est intéressant de rappeler ainsi ce goût du vocabulaire ampoulé qui se rencontre aussi très tôt chez les auteurs insulaires. Mais comme L. Lemoine l’avait souligné dans son article de la présente revue (ABPO, 102-1995), si le « maniérisme » caractérise une partie de la production des auteurs bretons de la Renaissance carolingienne, il serait sans doute exagéré de taxer ceux-ci d’hispérisme, sinon peut-être à propos d’une hymne introduisant la Vita de saint Malo par Bili où se relèvent les formes almus (au sens de « saint »), anthleta Dei, didascalum, etc. qui trouvent place dans le présent Lexique.

6Comme il se doit, le NCLCL traite amplement du vocabulaire philosophique forgé par Jean Scot Erigène. Retenons au passage l’emploi fréquent par celui-ci du terme agalma, issu du grec,qu’il définit (au pluriel) par rapport au latin imagines. Il vaut peut-être la peine de noter que ce mot agalmatha (au sens de « statues ») fait partie du vocabulaire grec qui avait retenu l’attention de R. Largillière dans son étude sur la Vita de saint Corentin [BSAF, t. 52 – 1925]. Cette dernière (dont on attend toujours une édition correcte) n’a pas été recensée dans l’ACLL. Toutefois, la remarque n’est peut-être pas anecdotique quand on se souvient que H. Guillotel a proposé d’identifier l’auteur de cette Vita avec l’évêque de Quimper Bernard de Moélan qui n’est autre que le célèbre Bernard de Chartres (xiie siècle). Évidemment, le présent CR n’a pas la prétention d’épuiser pas tous les services que ce Lexique est susceptible de rendre à ses utilisateurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Merdrignac, « The Non-Classical Lexicon of Celtic Latinity, vol. 1 – letters A-H, Corpus Christianorum – Continuatio mediaevalis, Royal Irish Academy Dictionary of Medieval Latin from Celtic Sources, Constituent Publication I – with foreword by Dáibhí Ó Cróinín », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 114-3 | 2007, 195-197.

Référence électronique

Bernard Merdrignac, « The Non-Classical Lexicon of Celtic Latinity, vol. 1 – letters A-H, Corpus Christianorum – Continuatio mediaevalis, Royal Irish Academy Dictionary of Medieval Latin from Celtic Sources, Constituent Publication I – with foreword by Dáibhí Ó Cróinín », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 114-3 | 2007, mis en ligne le 30 septembre 2009, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://abpo.revues.org/441

Haut de page

Auteur

Bernard Merdrignac

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page