Navigation – Plan du site

Les étudiants rennais à l’épreuve de l’occupation allemande

Rennes’s students during the German occupation
Hugo Melchior
p. 101-120

Résumés

En 1940, l’Université française apparaissait comme « une pyramide sociale inversée ». Toutefois, en dépit de leur situation radicalement différente de celle de la grande majorité des jeunes Français de cette époque, qui leur conférait le sentiment légitime d’occuper une place privilégiée au sein de la société, les étudiants vont être confrontés, eux aussi, à cette période d’exception politique découlant de la défaite de juin 1940. En effet, les étudiants durent subir pareillement le poids des contraintes allemande et vichyssoise, que ce soit à l’intérieur de leur université ou dans l’espace public. Dès lors, il nous a semblé intéressant d’essayer de restituer la réalité de ces différentes formes de contraintes qu’ont eu à subir les étudiants dont l’étude du quotidien à l’heure allemande a été longtemps ignorée dans l’historiographie, et cela en nous intéressant au cas exemplaire des étudiants rennais.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XXe siècle, 1939-1945

Noms de lieux :

Rennes, Bretagne
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Maintenir l’ordre à l’intérieur et en dehors de l’Université : une obsession permanente pour les autorités allemandes et vichyssoises
Des autorités administratives françaises assumant le rôle de l’occupant dans le contrôle des étudiants
Des étudiants pris entre l’antisémitisme d’État et le STO

Aperçu du texte

Désignés comme des « jeunes travailleurs intellectuels » par la charte de l’UNEF rédigée en 1946 lors du congrès de Grenoble, les jeunes gens composant le monde étudiant pendant les années d’occupation de la France par l’Allemagne formaient un monde distinct au sein de la société française, principalement en raison de la faiblesse de leurs effectifs et de leurs caractéristiques sociologiques. L’Université française apparaissait alors comme « une pyramide sociale inversée ». En effet, malgré l’augmentation du nombre d’étudiants entre 1940 et 1945, les effectifs passant de 76 485 pour l’année 1940-1941 à 97 000 pour l’année 1944-1945, cette tendance à la hausse ne fut pas synonyme de massification, et encore moins de démocratisation réelle d’un enseignement supérieur demeurant presque totalement fermé aux fils et aux filles de la classe ouvrière.

Toutefois, en dépit de leur situation radicalement différ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hugo Melchior, « Les étudiants rennais à l’épreuve de l’occupation allemande », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 124-2 | 2017, 101-120.

Référence électronique

Hugo Melchior, « Les étudiants rennais à l’épreuve de l’occupation allemande », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 124-2 | 2017, mis en ligne le 17 juillet 2019, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://abpo.revues.org/3669

Haut de page

Auteur

Hugo Melchior

Doctorant en histoire, université Rennes 2

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page