Navigation – Plan du site

Des prisonnières en guerre : le cas des femmes condamnées à mort au sortir de l’Occupation

Prisoners of war : the case of women condemned to death in the aftermath of the occupation
Fabien Lostec
p. 121-143

Résumés

La Libération est un moment spécifique dans le rapport des femmes à l’emprisonnement. Au regard des temps ordinaires, leur part au sein la population carcérale est en nette augmentation, notamment car de nombreuses collaboratrices, ou présumées telles, sont enfermées. Cette période se distingue également par la multiplicité et l’extrême porosité des statuts de prisonnières. Certaines femmes sont tour à tour captives, internées, détenues et incarcérées, témoignant ainsi du progressif retour à la légalité républicaine. En effet, passés les temps confus d’une captivité aux mains de la Résistance et de la population, les nouvelles autorités reprennent le contrôle de l’emprisonnement. À travers le cas des femmes condamnées à mort au titre de l’épuration, il s’agit donc de comprendre les différentes scansions qui rythment la sortie de guerre. Enfin, alors que la prison est un enjeu, l’analyse de la vie quotidienne des collaboratrices derrière les barreaux doit nous permettre de répondre à une question essentielle : ces prisonnières en guerre sont-elles des prisonnières comme les autres ?

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XXe siècle, 1939-1945
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Être prisonnière à la Libération
Dans le tumulte de la Libération : des femmes captives
Vers la détention : des prisonnières dans les mains des autorités républicaines
La prison : un enjeu de l’épuration
Le quotidien des femmes incarcérées
Purger sa peine : entre linéarité du temps carcéral et rupture de la vie privée
Des femmes entre ordre carcéral et ordre moral
Un milieu carcéral inégalitaire

Aperçu du texte

Dans ses mémoires, Mathilde Carré, alias « la chatte », ancienne espionne au service des nazis, évoque la journée du 13 juin 1949, au cours de laquelle elle fit son « entrée dans la Centrale de Rennes », quelques mois après la sentence la condamnant à la peine capitale. « On nous aligna dans la partie réservée où passent toutes les prisonnières à leur arrivée et au départ » précise-t-elle, « une espèce d’isoloir, long couloir bordé de cellules et se terminant par le “gnouf” ou “mitard” ». C’est dans la prison bretonne, en effet, que la plus grande partie des femmes condamnées à mort au titre de l’épuration furent emprisonnées à compter de 1944.

Depuis une vingtaine d’années, les historiens ont décentré leur regard afin d’analyser cette épuration, non plus comme l’ultime avatar de la Seconde Guerre mondiale, mais comme une forme à part entière de la démobilisation de la société. Davantage que l’épuration en France...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabien Lostec, « Des prisonnières en guerre : le cas des femmes condamnées à mort au sortir de l’Occupation », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 124-2 | 2017, 121-143.

Référence électronique

Fabien Lostec, « Des prisonnières en guerre : le cas des femmes condamnées à mort au sortir de l’Occupation », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 124-2 | 2017, mis en ligne le 17 juillet 2019, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://abpo.revues.org/3671

Haut de page

Auteur

Fabien Lostec

Doctorant Tempora EA7468 – Université Rennes 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page