Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jahan, Sébastien, Les étrangers en Poitou au xviiie siècle. Traverser ou rester

Philippe Jarnoux
p. 176-178
Référence(s) :

Jahan, Sébastien, Les étrangers en Poitou au XVIIIe siècle. Traverser ou rester, La Crèche, Geste éditions, 2016, 334 p.

Texte intégral

1Dans son parcours original d’historien hors des sentiers battus, Sébastien Jahan, après avoir observé les notaires ou les travailleurs de la forêt, s’interroge ici sur la présence des étrangers dans le Poitou du xviiie siècle. Le sujet est évidemment d’une immédiate actualité – au cœur de nombre de débats politiques contemporains – mais sa projection sous l’Ancien Régime n’en est pas seulement un reflet décalé, elle renvoie aussi à des discussions et des questionnements historiographiques parfois vifs et, en tout cas, fondamentaux pour qui cherche à définir la nature des sociétés d’Ancien Régime. Si l’historiographie a depuis longtemps mis en évidence les mobilités urbaines, elle s’interroge aujourd’hui abondamment sur les circulations larges ou locales, exceptionnelles ou banales, sur l’ouverture des campagnes ou l‘enracinement des populations, sur l’impact ou les significations de ces mouvements sur les représentations que les peuples et les individus se font d’eux-mêmes et d’autrui, bref sur les cristallisations nationales et les sentiments d’identités collectives.

2S. Jahan s’inscrit dans tous ces questionnements à partir d’un matériau d’archives très diversifié. Il utilise certes les sources classiques des registres paroissiaux, des correspondances officielles, des lettres de naturalité, des procédures de droit d’aubaine… mais il y ajoute les fruits parfois inattendus ou insoupçonnés de ses nombreux dépouillements d’archives et les trouvailles d’étudiants de maîtrise puis de master de l’université de Poitiers. Ce large éventail de sources permet de donner un peu plus de vie à ces hommes et ces femmes, de s’élever parfois au-dessus de leur passage fugace dans les sources pour suivre au plus près leurs cheminements.

3Province rurale, sans grand pôle d’attraction, éloignée des frontières comme des littoraux (le livre aborde surtout le haut-Poitou mais fort peu le bas-Poitou vendéen et littoral), le Poitou n’est assurément pas l’espace où l’on trouve les plus grandes concentrations d’étrangers et c’est aussi ce qui fait son intérêt quand il s’agit de réfléchir sur la perméabilité des sociétés d’Ancien Régime. L’enquête se déroule en quatre temps. Il faut d’abord définir et compter. Définir suppose d’établir des critères et des distinctions et S. Jahan souligne combien la notion d’étranger est relative pour les populations d’alors quand un prêtre signale en marge de son registre d’inhumation un défunt d’origine normande comme « étranger ». L’étude ne prend pas en compte ces étrangers de l’intérieur mais s’attache exclusivement aux non régnicoles parmi lesquels des différences se marquent aussi : les Savoyards ou Liégeois francophones sont sans doute culturellement plus proches des Poitevins que ne peuvent l’être des sujets alsaciens ou bascophones du roi de France.

4Compter relève de l’illusion en ce qui concerne les étrangers de passage sans doute fréquents puisque le Poitou est traversé par l’une des grandes routes qui mènent de Paris vers l’Espagne mais qui échappent bien souvent aux sources. Ceux qui s’établissent, en revanche, ne sont qu’en très petit nombre : une centaine assurément repérée mais dont le nombre augmentera certainement quelque peu dans l’avenir au gré des découvertes dans les archives.

5Parmi les étrangers, S. Jahan s’attache en premier lieu à ceux qui passent et qui constituent le plus grand nombre. On retrouve avec eux une fluidité discrète faite de circulations de marchands suisses ou savoyards engagés dans des tournées internationales, de quelques artistes italiens, de réfugiés irlandais, de militaires de passage comme ces dizaines de prisonniers portugais mourant à l’Hôtel-Dieu de Poitiers entre 1707 et 1709, de domestiques des Grands, de pèlerins de Saint-Jacques ou de moines italiens quêtant pour le rachat des captifs en « Barbarie ». Comme le reste du royaume, le Poitou voit évidemment passer tous ces individus, petit peuple mobile et habituel, que l’historiographie traditionnelle avait souvent oublié ou négligé pour se concentrer sur les voyages des artistes et des écrivains, des princes ou des condottieri italiens… mais qu’il convient aujourd’hui de réintégrer dans notre compréhension des dynamiques sociales.

6Ceux qui s’installent font l’objet de la troisième partie qui révèle quelques groupes – déjà connus ailleurs – tels que les marchands et artisans suisses ou savoyards ou les Jacobites irlandais. Leur rareté relative en Poitou ne les rend pas exceptionnels, moins exceptionnels en tout cas que ces familles de colons défricheurs allemands recrutés par le marquis de Perusse, passionné d’agronomie, pour remettre en culture ses terres auprès de Monthoiron dans les années 1760 ; la petite colonie compta jusqu’à une centaine de personnes en 1764 avant de se disloquer. Les installations plus ordinaires passent évidemment par le travail et les alliances familiales, bien plus faciles en ville où les opportunités sont diverses, bien plus aisées pour les artisans ou les marchands, nécessairement en contact avec les populations locales. La dernière partie du livre s’intéresse aux interactions, aux lieux, aux acteurs et aux formes du contact entre l’autochtone et l’étranger. Elle met en avant le rôle des auberges, lieux privilégiés de sociabilité ouverte, les formes de la surveillance des populations, les solidarités collectives, les complicités sociales objectives ou les ostracismes latents. Au travers du regard sur les étrangers, c’est aussi le fonctionnement social quotidien, dans ses réalités fines, que scrute S. Jahan.

7L’ouvrage s’achève par la présentation d’un petit recueil de documents significatifs et d’un catalogue de notices individuelles dont on peut regretter qu’il ne se soit pas transformé en véritable outil prosopographique (ce qui était possible au regard du nombre modeste d’individus concernés). S’il ne révolutionne pas les connaissances sur la question mais contribue plutôt à confirmer – à l’échelle du Poitou – ce que l’on savait ou devinait déjà par ailleurs, ce travail de S. Jahan présente l’intérêt de montrer une fois encore la pertinence des échelles d’observation locale et provinciale, la finesse des stratifications sociales et le lent maillage relationnel qui permet l’engloutissement de l’individu dans le collectif. L’étranger est aussi un miroir dans lequel se révèle et se reflète le fonctionnement social, à l’échelle d’un village, d’une province ou de la France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Jarnoux, « Jahan, Sébastien, Les étrangers en Poitou au xviiie siècle. Traverser ou rester », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 124-2 | 2017, 176-178.

Référence électronique

Philippe Jarnoux, « Jahan, Sébastien, Les étrangers en Poitou au xviiie siècle. Traverser ou rester », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 124-2 | 2017, mis en ligne le 17 juillet 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://abpo.revues.org/3679

Haut de page

Auteur

Philippe Jarnoux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page